(jour 192) Meilleure utilisation de l’énergie et prospérité mutuelle (3/55)

 

Traduction de travail par Yves Cadot de : Kanō Jigorō. « Seiryoku saizen katsuyō jita kyōei 精力最善活用自他共栄 (Meilleure utilisation de l'énergie et prospérité mutuelle ». Seiryoku zen.yō 『精力善用』(Bonne utilisation de l'énergie). Aijitsu Kyōikukai 愛日教育会. Juillet 1925.

L’impasse économique

Pour ce qui est de l’économie, comme je suis sûr que les gens d’Ôsaka sont parfaitement au fait, je ne vais pas m’y attarder mais nous sommes vraiment dans une situation extrêmement inquiétante. Pendant la période faste, les exportations excédaient année après année les importations et une grande quantité d’argent entrait dans notre pays mais comme cela n’a duré qu’une très courte période et, en l’an 8 de l’ère Taishô [NDT : 1919], déjà, c’étaient aux importations d’être excédentaires et l’année dernière, en incluant la Corée et Taiwan, cela représentait 630 millions de yens tandis que cette année, sur le premier semestre, on en est à plus de 700 millions. Comme, si l’on continue ainsi, il n’y aura pas d’autre moyen que de recourir à la dette pour combler l’écart entre exportation et importation, nos concitoyens doivent sérieusement se demander ce que nous pouvons faire pour cela.

経済上の行詰り

経済上のことは大阪の方にはよくお分りのことと信じますから、それらについては長くは申上げませぬがどうも心配に堪えない状態にあるのであります。あの好況時代には輸出は年々輸入に超過して、多額の金が我が国に這入ったのでありますが、それはわずかの間しか続かなかったので、大正八年にはもう輸入超過に転じ昨年のごときは、朝鮮台湾を入れると六億三千万円、本年も上半期において七億何千万円かの超過であります。かくのごとき状態で進むならば、借金に依らなければ輸出入の差金を決済する途がなくなるので、国民はこれに対して、どうすればよいのかということを、真面目に考えなければならぬ次第であります。