La voix (voie ?) de Kanô Jigorô !

Le 5 novembre 1929 (an 4 de l’ère Shôwa), Kanô Jigorô fait un discours, intitulé Kokumin dôtoku no konpon genri (「国民道徳の根本原理」, le principe fondamental de la morale citoyenne), devant le Centre de recherche sur l’éducation physique du ministère de l’Education (文部省体育研究所), discours qui est alors diffusé à la radio japonaise (東京放送局 Tôkyô hôsô kyoku) [1] [2]. Continuer la lecture de « La voix (voie ?) de Kanô Jigorô ! »

Ninjas et journalisme

En mai 2015, un journaliste, en charge de l’article sur les ninja d’un numéro spécial Japon à paraître sur l’été de cette même année, d’un journal se revendiquant sérieux, m’a demandé de bien vouloir répondre, par écrit, à quelques questions (en bleu). Je publie ici l’intégralité de ma réponse, qui commence par une remarque liminaire, telle quelle (à l’exception de quelques fautes de frappe corrigées). Outre que je n’ai pas reçu ne serait-ce qu’un accusé réception à cet envoi, je laisse juge le lecteur, s’il retrouve l’article en question, de l’art et de la manière d’utiliser les sources sollicitées auprès de spécialistes quand elles ne cautionnent pas le discours visiblement attendu. Continuer la lecture de « Ninjas et journalisme »

Butsukari renshû et Uchi komi

Suite à la parution de Promenades en judo (1) en octobre 2015, deux hauts gradés français m’ont dit que leurs premiers professeurs – qui n’était autre, pour l’un d’eux, que Me Michigami – n’employaient pas le terme d’uchi komi mais celui de bustukari pour ce même exercice. Or, comme jusque-là j’ignorais que cette appellation avait été usitée en France, j’y vois l’occasion d’une petite explication. Continuer la lecture de « Butsukari renshû et Uchi komi »

Mifune Kyûzô, l’esprit et… le corps !

img053

 

(photo : Claude Thibault, Vérités sur le judo japonais, Judo International, Paris, 1963)

Mifune Kyûzô 三船久蔵 (1883-1965), « L’homme que l’on appelait la divinité du judo » (pour reprendre le titre du livre de Shimazu Yoshitada 嶋津義忠, cf. sources ci-dessous), 10e dan du Kôdôkan, est, pour beaucoup de judokas de par le monde, ce vieil homme chétif, ballotté par ses partenaires de randori et qui, sur une reprise d’opportunité, projette les 8e dan aussi facilement que des benjamins (ici ou ici). Continuer la lecture de « Mifune Kyûzô, l’esprit et… le corps ! »