(jour 172) À l’attention des pratiquants de judo [2] (12/20)

 

Traduction de travail par Yves Cadot de : Kanō Jigorō. « Jūdō shugyōja ni tsugu 柔道修行者に告ぐ (À l’attention des pratiquants de judo [2]) ». Jūdō 柔道. Octobre 1922.

Les habitudes des banquets doivent aussi être grandement réformées

Non qu’il n’y ait pas l’équivalent à l’étranger mais je trouve que la société japonaise, en particulier, subit d’énormes dégâts des mauvaises habitudes des banquets. Je pense que, parfois, lorsqu’il y a nécessité, il est bien d’organiser un banquet mais, dans notre pays, il y en a beaucoup trop et, de plus, il est de nombreuses choses à améliorer dans leur méthode. Le premier défaut dans les banquets organisés au Japon est que leur heure de début est totalement inappropriée et que le temps de consommation d’alcool est par trop long. En particulier à la campagne où il est fréquent que l’on commence avec une ou deux heures de retard sur l’horaire fixé, ce qui fait que, une fois débuté, on ne peut manger jusqu’à la fin. Ce la convient peut-être aux personnes qui boivent de l’alcool mais, pour les autres, il n’est pas convenable de pas leur donner à manger.

 

宴会の仕方も大いに改良を要する

またこれは外国にも同様の事がないでもないが特に日本の社会は、宴会の弊風のために多大の損害を受けていると思う。時に必要があって宴会を開くことはあってもよいことと思うが、わが国ではその度数が多きに過ぎ、かつその方法に改良すべき事が甚だ多い。日本に行われている宴会の第一の弊は、その始まる時間が甚だ不正確であることと、その飲酒の時間の長過ぎることとである。特に田舎では定めの時刻から一時間、二時間くらいおくれて開かれることが通例であり、それから宴会が始まると最後まで御飯をたべることが出来ない。酒を嗜む人にはそれでもよいかも知れぬが、酒を飲まぬ人にまで飯を食べさせぬことはよろしくない。