(jour 168) À l’attention des pratiquants de judo [2] (9/20)

 

Traduction de travail par Yves Cadot de : Kanō Jigorō. « Jūdō shugyōja ni tsugu 柔道修行者に告ぐ (À l’attention des pratiquants de judo [2]) ». Jūdō 柔道. Octobre 1922.

Il en va de même pour l’habitat car, quand on considère que les maisons ordinaires sont fragiles, que même si le fait qu’elles soient bon marché à construire est un avantage, elles sont peu sûres, réclament beaucoup de soin, sont chères à entretenir, ne durent pas longtemps, prennent facilement feu, on ne peut les trouver comme étant les plus adaptées. Sans prendre en compte les gens aisés, chez les personnes ordinaires, chaque foyer semble faire un usage somptueux du terrain et de la superficie de la maison. Si on construisait de sorte à ce que plusieurs familles vivent dans une maison commune avec, pour chacune, une superficie propre extrêmement réduite, mais avec, en revanche, en commun, une pièce de réception, les chambres d’enfants, la cuisine, la salle à manger, alors différentes familles partageant les mêmes intérêts pourraient habiter ensemble et je pense que cela serait d’une grande aide économique tout en apportant encore de nombreuses autres commodités.

住宅においても一般の家屋は脆弱に出来ていて、建築費の安き点は一利であるけれども、そのため用心がわるく留守番を要するとか、修繕に費用がかかるとか保存年限が長くないとか、火災にかかり易いこと等を考えると、今日の家屋は最も適当とは思われない。裕福な人は格別、一般の人としては各家庭が余り土地及び家屋の面積を贅沢に使用しているように思われる。もし数多の家族が一つの共同の家屋に生活し、各家庭専有の面積をきわめて縮小し、その代り共同の客室、共同の小供部屋、共同の炊事場、共同の食堂を作るようにすれば、互いに趣味を同じうする幾つかの家庭が同居することが出来て、余程経済を助け、また経済以外の便利を得ることが多かろうと思う。