(jour 167) À l’attention des pratiquants de judo [2] (8/20)

 

Traduction de travail par Yves Cadot de : Kanō Jigorō. « Jūdō shugyōja ni tsugu 柔道修行者に告ぐ (À l’attention des pratiquants de judo [2]) ». Jūdō 柔道. Octobre 1922.

Il en va de même pour les aliments et comme on ne saurait considérer que les repas ordinaires des Japonais sont tout à fait idéaux, je pense qu’il y a lieu de faire des recherches, en prenant référence sur la nourriture des étrangers, afin que nous puissions manger de façon plus nutritive, meilleure au goût, plus pratique et plus économique qu’actuellement. Toutefois, comme les recherches progressent à ce sujet ces derniers temps, nous devrions en connaître la méthode bientôt mais, pour l’heure, ce sur quoi je veux attirer l’attention, est que les Japonais mangent inutilement trop. Il est naturel qu’une personne extrêmement active mange plus que quelqu’un de qui occupe un poste assis, mais il faut que chacun cesse de convoiter plus de nourriture que nécessaire. Et puis, selon la façon de la consommer ou le choix de l’heure, il y aura une différence d’effets nutritionnels pour une même quantité de nourriture, et cela doit aussi être pris en considération.

食物も今日の日本人の常食が必ずしも理想的とは思われないから、外国人の食物をも参考して、今より以上の栄養物を今より以上に美味しく便利に、経済的に食べられるように研究する余地はあると思う。しかしそれは近来だんだん研究が進んで来たから、追ってその方法が知られるようになるであろうが、さしあたって注意したい事は日本人は不必要に過食をしているということである。盛んに活動する人が坐業をする者より多くの食量を要することは当然であるが、各自がその必要以上に食物を貪るということは、これをやめなくてはならぬ。また同量の食物を摂るにしても、これを摂る仕方なり時間の選び方によって栄養上の効力に相違のあることであろうから、それもまた考慮する必要がある。