(jour 151) À l’attention des pratiquants de judo (2/10)

 

Traduction de travail par Yves Cadot de : Kanō Jigorō. « Jūdō no shugyōja ni tsugu 柔道の修行者に告ぐ (À l’attention des pratiquants de judo) ». Jūdō 柔道. Février 1918.

Il y a tout d’abord, concernant le corps, des choses à éviter et d’autres à faire.

Certaines personnes, qualifiées de « moine de trois jours » [NDT : « peu persévérantes »], se lassent facilement. Les gens d’un tel caractère s’entraînent un court moment pour arrêter bientôt. Bien sûr, cela n’est pas bénéfique pour la pratique du judo, mais même pour ceux qui continuent à pratiquer pendant longtemps, il n’est pas conseillé d’être paresseux à certains moments et de pratiquer de manière excessive à d’autres. Il faut autant que possible éviter les interruptions, comme d’en faire trop sur une période. Cela est facile à comprendre si on y réfléchit du point de vue des principes de développement corporel que nous enseigne la physiologie.

まず身体に関することについて避けて欲しいことと努めてもらいたいことがある。

よく三日坊主といって物事に倦[う]みやすい人がある。そういう質[たち]の人は、しばし稽古してたちまち止[や]めてしまうようなことがある。かかることの柔道の修業の上に益のないことはもちろんであるが、永く継続して修行する人でも、ある時は懶[なま]け、ある時は過度に練習するようなことはよろしくない。なるべく中絶しないようにまた一時に行[や]り過ぎないようにすることが必要である。これらのことは、生理学が教える身体発育の理窟を辿って考えてみれば、容易に分ることである。