(jour 150) À l’attention des pratiquants de judo (1/10)

 

Traduction de travail par Yves Cadot de : Kanō Jigorō. « Jūdō no shugyōja ni tsugu 柔道の修行者に告ぐ (À l’attention des pratiquants de judo) ». Jūdō 柔道. Février 1918.

Lorsque, il y a 36 ans, j’ai fondé le Kôdôkan, il n’y avait qu’à peine quelques personnes qui venaient quotidiennement à l’entraînement.

Au point que, ayant en permanence l’impression qu’il me manquait quelque chose et pensant qu’il me faudrait un disciple physiquement puissant, je m’étais mis à en chercher un de toute part. Aujourd’hui, le judo s’est répandu dans tout le pays et connaît un succès tel qu’il est difficile, à Tokyo, de trouver une école un tant soit peu importante qui n’ait pas de dôjô de judo et, au Kôdôkan, lorsque nous organisons le kangeiko ou le shochûgeiko, nous pouvons voir des centaines de participants chaque jour, tandis que, lors de la cérémonie du kagami biraki organisée chaque année en janvier, des centaines de personnes sont promues au grade supérieur… les situations sont tellement incomparables que c’en est stupéfiant.

Le judo, ainsi que je l’explique toujours, est, si la façon de pratiquer est juste, la meilleure méthode de renforcement du corps et de l’esprit, et, dans le même temps, si on se trompe dans sa façon de pratiquer, vecteur de danger sur ces deux aspects. C’est pourquoi, je voudrais, alors qu’il est si largement répandu aujourd’hui, que les pratiquants optent pour une méthode adaptée et qu’il la mette en application sans se fourvoyer.

三十六年の昔、予が講道館を創始したころは、日々稽古に来るものは数名に過ぎなかった。

いつも物足らぬ心持がするので、せめては体力のある内弟子でも置いたならばと思って諸方を探し廻ったことがあるくらいであった。それが近年は全国に普及して東京のごときは、少し大きな学校で柔道場のないところは容易に見出[みいだ]すことが出来ぬほどの盛況を呈し、講道館において、寒稽古とか暑中稽古とかを挙行する時は、日々数百人の出席者を見、例年一月に行う鏡開式の時などは一回に数百人の昇段者があるほどで、実に今昔の感に堪えぬ次第である。

柔道は予が毎々説くように、その修行の方法がよろしきを得れば、最も価値ある心身の鍛錬法であると同時に、その方法を過ればかえって心身に危害を及すものである。だから今日のように広く行われるようになった以上は、各修行者をして適当なる方法を択んでそれを実行し決して過誤のないようにしてもらいたいと思う。