(jour 148) La dignité du jūdōka (8/9)

 

Traduction de travail par Yves Cadot de : Kanō Jigorō. « Jūdōka no hinkaku 柔道家の品格 (La dignité du jūdōka) ». Jūdō 柔道. Novembre 1917.

Quand on réfléchit à ce que j’ai écrit ci-avant sur l’activité, les relations, le travail, la pratique du judo est efficace pour parer de dignité l’homme quel que soit l’aspect. Que l’on considère qu’il puise dans le flux du bushidô, enseigne à accorder de l’importance à la dignité, enjoint à la simplicité, la frugalité, la loyauté, l’honneur, et qu’il est l’enseignement de l’utilisation la plus efficace de la force du corps et de l’esprit, le résultat de cette pratique ne peut être que d’être paré de dignité. Et quand, parfois, ce n’est pas le cas, force est de dire que c’est la conséquence du fait que l’on s’intéresse principalement à la technique en oubliant totalement l’esprit du judo. Les personnes qui pratiquent le judo doivent, évidemment, veiller grandement à ne pas tomber elles-mêmes dans ce piège et, lorsqu’elles découvrent quelqu’un qui y est tombé, ne doivent pas manquer de voler à son secours.

以上活動ぶり、交際ぶり、仕事ぶりとして段々に述べてきたことについて考えてみると、柔道の修行はいずれの方面からも、人に品格を備えしむるに有効のものである。その武士道の流れを汲んで、品格を重んずべきことを教え、質素倹約信義廉恥を説くところから見ても、またその身心の力を最も有効に使用する方法の教えであって、人の身を立て志を遂げる道行の修養であるという事から考えても、その修行の結果として、品格は備ってこなければならぬ。たまたまそのしからざるもののあるは、全く柔道の精神を忘れて技術の末に心をもっぱらにした結果であるといわなければならぬ。柔道を修行する者は、大いに警戒して自らその弊に陥らぬよう注意するはもちろん、他人にその欠陥を発見する時はこれを救う事を怠ってはならぬ。