(jour 99) A propos de la gymnastique d’imitation (2/7)

 

Traduction de travail par Yves Cadot de : Kanō Jigorō. « Gidō taisō ni tsuite 擬働体操について (A propos de la gymnastique d'imitation) ». Chūtō Kyōiku 中等教育. Juillet 1909.

 

 

Si l’on classe les méthodes d’éducation physique actuellement pratiquées, on peut distinguer deux types : les activités réelles et les fictives.

Les réelles, c’est le nom générique pour tous les travaux pratiques tels que marcher, nettoyer, porter des charges, lutter, lancer une balle, jouer au volant, etc. Les fictives, c’est le nom générique de, ainsi que les gymnastiques pratiquées aujourd’hui, celles qui visent à bouger le corps et les membres pour la seule éducation physique sans autre objectif collatéral. Si l’on compare les avantages et inconvénients des activités réelles et fictives, ces dernières ont été construites dès le départ selon des considérations physiologiques et ont pour bénéfice de renforcer les poumons ou de développer le corps harmonieusement mais comme ce sont des gymnastiques extrêmement peu intéressantes, elles n’échappent pas au fait qu’il est difficile de s’y adonner seul. D’un autre côté, les activités réelles sont amusantes en ce qu’elles sont toujours pratiquées dans un but, qui peut être accomplir un travail, ou rivaliser, et c’est donc naturellement que l’on s’y investit facilement mais, dans de nombreux cas, elles ne sont pas adaptées à l’objectif de développement équilibré du corps. Il arrive qu’elles entraînent une pression sur les poumons, ou qu’elles aient le défaut de ne développer que le bras droit ou le gauche. On peut tenter une comparaison. Pour nourrir le corps humain, il faut recourir en proportions adaptées aux nutriments tels que protéines, lipides, glucides, sels, etc. Alors, on peut mettre tous cela sous forme de médicament dans un bol et les avaler en plusieurs fois en faisant la grimace tous les jours. Mais c’est extrêmement pénible. A l’inverse, les activités réelles consisteraient à manger un steak ou du sashimi. Pour être savoureux, ça l’est, mais avec cela seul, il y a déséquilibre dans les apports, et on finit même par s’en lasser. Il faut bien sûr manger du steak et de l’omelette, du sashimi et du chawanmushi [NDT : flanc aux œufs], du riz et des tsukemono [NDT : aliments macérés].

今日まで世に行われている体育法を類別すれば、実働と虚働との二種に別つことが出来る。

実働とは、歩く、掃除をする、荷物を運ぶ、相撲を取る、球を投げる、羽根をつく、その他すべて実際に働くことの総称である。虚働とは今日世に行われている普通体操のように他に別段目的なく、単に体育のため、身体四肢を動す運動の総称である。そこでこの実働と虚働との長短を比較してみれば、虚働体操は元来生理上から考えて仕組を立てたものであって、肺臓を強くするとか、体を平均に発育させるとかいう点に長所があるが、きわめて興味の少ない体操であるから、おのずから身の入りにくいのを免れない。一方の実働の方は、いつでも何か仕事をするとか、勝ち負けを争うとか、一種の目的があってすることゆえ、面白味があり、自然と身が入りやすいが、体を均一に発育させるという趣意には適わぬ場合が多い。時には肺臓を圧迫するようなことの生ずる場合もあり、また右の手とか、左の手とかのみを発育させるというような弊がある。ちょっと物に譬えてみると、こんなことになる。人間の身体を養うには、蛋白質、脂肪、含水炭素、無機塩類、水分等の養分を適当なる割合で用いなければならぬ。それゆえこれらの薬品を茶碗に入れて毎日何回か顔を顰[しか]めてグッと飲む、こうすると身体を養ってい

くことが出来る。しかしそれでははなはだ苦しいことである。これに反して実働という方は、ビーフステーキなり刺身なりを食うようなものである。旨いことは旨いが、それだけでは養分に過不及が出来また飽いてもくる。やはりビーフステーキ、オムレツも食い、刺身茶碗蒸も食い、飯漬物も食うがよい。