(jour 96) Éducation physique du peuple et esprit du peuple (1/2)

 

Traduction de travail par Yves Cadot de : Kanō Jigorō. « Kokumin taiiku to kokumin seishin 国民体育と国民精神 (Éducation physique du peuple et esprit du peuple) ». Sakkō 作興. Mars 1931.

 

 

J’ai pu m’exprimer sur l’éducation populaire dans les numéros précédents et, comme une vingtaine de formateurs ont, sur Tôkyô, ainsi qu’une vingtaine d’autres, sur Ôsaka et le département de Hyôgo, terminé leur préparation, tout est prêt pour organiser à tout moment des formations dans tout le pays. A Tôkyô, quelques volontaires parmi eux sont actuellement en train de discuter de se rendre dans les écoles ou usines pour enseigner en plus de leur pratique personnelle. Il a été décidé que le séminaire national se tiendra à Osaka pendant sept jours à partir du 1er mai et à Tokyo, sur la même durée, à partir du 11 mai, et tous les départements en seront bientôt informés. Les préparatifs progressant régulièrement, ce n’est qu’une question de temps avant qu’un centre local pour cette éducation physique ne soit créé dans tout le pays. Je pense donc qu’il est opportun de dire quelques mots sur l’esprit du peuple que nous essayons d’inculquer à nos citoyens à partir d’aujourd’hui dans le cadre de cette éducation physique. Comme on peut le comprendre en découvrant une partie de la conférence que j’ai donnée sur l’éducation physique populaire lors d’un colloque national sur l’éducation physique de la commission pour l’éducation secondaire organisé à Tokyo récemment, je la reproduis ci-dessous.

De nos jours, dans quelque pays que ce soit, l’éducation physique est considérée non seulement comme un moyen d’améliorer le corps, mais aussi comme une pratique spirituelle. Selon le type d’éducation physique, toutes sortes de formations de l’esprit y ont été historiquement associées. Toutefois, celle ayant le plus de sens ne peut être que celle qui apporte le plus de résultats essentiels en fonction de la situation actuelle du pays. Et quelle est-elle donc pour notre pays ? D’abord de respecter la famille impériale, qui est le fondement de l’unité du peuple, et à protéger l’identité nationale. En deuxième, d’étoffer la puissance de l’individu comme de l’État. En troisième, d’éviter de dépenser de l’énergie dans des conflits inutiles et de faire que les gens soient en harmonie et coopèrent.

先般来逐号国民体育のことについて述ぶるところがあったが、この体育の幹部講習員は東京を中心として約二十名、また大阪および兵庫県を中心として約二十名それぞれすでに練習を終えたのでいつでも全国的の講習をなし得る準備が出来た。東京においてはそれらの人のうち有志は、あるいは学校にあるいは工場に行き指導をなし、自己の練習を兼ねて普及に着手せんと目下協議中である。全国的講習の日もいよいよ来る五月一日より七日間大阪において、同十一日より七日間東京において挙行することに決定し、近く各府県にその旨を通知する運びになっている。かく準備は着々進んでいるから、全国的にこの体育の地方的中心の出来るのもただ時の問題である。してみれば今日からわれらがこの体育に結びつけて国民に植えっけんとしている国民精神について、ここに一言するは適当の機会であると思う。それは過日東京において催された中等教育会の体育に関する全国的協議会において、私が国民体育に関してなした講演筆記の終りの一部分を見れば分るから左にそれを掲げる。

今日はいずれの国においても体育といえば、ただ身体をよくするのみならず、精神の修行をも兼ねたものと考えられている。体育の種類によっては、歴史的にいろいろの精神修養がそれに伴って行われている。しかしどういう意味の精神修養が一番大切であるかといえば、その国の現状に照して最も必要なる結果を齎[もたら]す精神修養でなければならぬ。我が国においていうてみるとそれは何であろうか。第一、国民の結束の基礎である皇室尊崇国体擁護ということである。第二、個人の力や国家の力を充実するということである。第三、無用の争いに力を消耗することを避けて、人々相互に融和協調するということである。