(jour 93) A propos de la méthode de développement de l’esprit du peuple et du renforcement du corps (4/6)

 

Traduction de travail par Yves Cadot de : Kanō Jigorō. « Kokumin seishin no Sakkō to kokumin shintai no tanren to no hōhō ni tsuite 国民精神の作興と国民身体の鍛錬との方法について (A propos de la méthode de développement de l'esprit du peuple et du renforcement du corps) ». Chūtō Kyōiku 中等教育. Juillet 1930.

 

 

Quand on réfléchit à propos de toutes les éducations physiques aujourd’hui pratiquées dans le monde, on n’en trouve aucune qui soit dotée de toutes les qualités nécessaires comme éducation physique populaire, même si cela ne les empêche pas d’être pratiquées par ceux qui le souhaitent. Si je critique d’abord les disciplines sportives, leur objectif étant la compétition, chacun de leur mouvement est nécessaire à cette fin mais n’ont pas pour étalon l’éducation physique. De plus, la plupart nécessitent toutes sortes d’infrastructures, de nombreux camarades et s’accompagnent de divers tracas pratiques. En conséquence, même si elles sont pertinentes en ce qu’un petit nombre d’enthousiastes s’y adonnent, on ne saurait les estimer légitimes comme éducations physiques pratiquées par de nombreux citoyens. Et puis, ces disciplines sportives ont certes des effets sur la formation de l’esprit, on ne peut les considérer adaptées à l’épanouissement de l’esprit particulièrement nécessaire au Japon d’aujourd’hui. Et l’on peut faire la même critique aux éducations physiques de type militaire. Dans la mesure où les mouvements du corps effectués dans cette optique ne le sont pas à des fins d’éducation physique, elles sont nullement idéales sur ce plan. De plus, la formation spirituelle qui peut accompagner l’exercice militaire cultive la morale nécessaire aux guerriers d’autrefois et non l’ensemble de celle indispensable aux citoyens d’aujourd’hui. En outre, elle ne met pas spécifiquement la priorité sur la culture de la moralité qui est une question particulièrement urgente de nos jours. C’est pourquoi on ne peut les considérer comme des méthodes idéales. Il y a aussi ce que l’on appelle les gymnastiques qui, d’un point de vue de l’éducation physique, apparaissent de prime abord comme proche de l’idéal mais, d’un autre côté, elles présentent un grand défaut. Celui-ci est que leurs mouvements sont dépourvus de sens, n’ont pas d’objectif secondaire et, qu’en conséquence, la plupart sont inutiles dans la vie réelle, n’ont pas d’intérêt et il est difficile d’y impliquer l’esprit. Et, quand on réfléchit à la formation de l’esprit, elles n’apparaissent ni inférieures ni supérieures aux disciplines sportives ou méthodes militaires. Quand on raisonne ainsi, on ne peut, parmi toutes celles pratiquées de par le monde jusqu’ici, en considérer aucune comme dotée des qualités nécessaires à être une gymnastique populaire qui associe l’épanouissement de l’esprit du peuple.

今日世に行われているあらゆる体育の種類について考察してみると、有志のものがする体育としては、差支えないにしても、国民体育として必要なるすべての資格を備えているものは見当らぬ。まず競技運動について批判してみれば、競技運動の目的は競技そのものにあるのであるから、身体の各動作は競技の目的を達するに必要なものではあるが、体育を本位とするものでない。また多くの競技は種々の設備を要し、多数の仲間を要し、実行に種々面倒が伴う。したがって少数有志のする体育としては適当であっても、多数の国民の行う体育としては、適当とは考えられない。またこの競技運動は、精神修養の上にも効果のあるものであるが、今日の日本において特に必要とする精神の作興のために適切のものとは考えられない。これと同様の批判は、武術という形式で行われている体育にも加えられる。武術を目的として行う身体の動作は、体育のための動作でない以上は、体育として理想的のものではあり得ない。また武術の練習に伴うてなし得らるる精神修養は、昔の武士に必要な道徳を養うにあって、今日の国民に必要とする道徳の全部ではない。また今日において特に急務とする徳性の涵養には、特に重きを置いておらぬ。そういう訳で、それが理想的の方法とは考えられぬ。それからまたいわゆる体操は体育としてのみ論ずれば、まず理想に近いものであろうが、一方に大なる欠陥を有する。それというのは、体操は動作に意味がなく、体操以外に副次的の目的がなく、したがって実生活に役に立たぬ運動が多く、興味がなく、精神が籠り難い。また精神修養という点から考えると、競技運動や武術に劣るとも優るものとは思われない。かく論じきたると、従来世に行われているのは、いずれも国民精神の作興を兼ねた国民体育としては、十分の資格を備えているものと見做すことが出来ぬ。