(jour 85) A propos de l’éducation physique populaire future (2/6)

 

Traduction de travail par Yves Cadot de : Kanō Jigorō. « Shôrai no kokumin taiiku ni tsuite 将来の国民体育について(A propos de l’éducation physique populaire future) ». Sakkō 作興. avril 1927.

 

 

Quant aux diverses activités en extérieur pratiquées aujourd’hui, comme chacun de leur point fort est balancé d’un inconvénient, elles peuvent difficilement se répandre largement. Il y a beaucoup de raisons à cela et je ne peux pas en traiter simplement mais, déjà, pour la majorité d’entre elles, il faut des installations et tenues spécifiques et, pour d’autres, comme il faut de nombreux camarades, c’est fastidieux. En outre, sommairement, ces activités ont un intérêt mais comme elles ne sollicitent les muscles que partiellement, elles ne permettent pas un développement complet et équilibré du corps. Je pense que c’est pour cela qu’elles ne sont pratiquées que par une faible part de la population.

Alors, si on me demandait si l’on peut envisager une éducation physique exempte de ces défauts, je répondrais sans hésiter : « J’en ai une ». Afin de résoudre ce problème, j’ai eu toutes sortes d’idées pendant de nombreuses années. A un moment, j’ai imaginé la « gymastique d’imitation ». Cela a été publié dans la revue Chûgaku kyôiku [NDT : « éducation moyenne »] en l’an 39 de l’ère Meiji [NDT : 1906] puis, un tout petit peu plus tard, dans Tôa no hikari [NDT : « lumière de l’Asie »] également et je l’avais conçue sur les réflexions ci-après.

Il existe globalement deux sortes d’activités. L’une peut être appelée pragmatique et sert des objectifs pratiques tels que jeter un filet ou tourner une roue. Ces disciplines ont du sens et, comme elles ont une utilité, elles sont plaisantes et engagent l’esprit. Mais il n’y a guère d’occasions de les pratiquer réellement. De plus, ce n’est pas avec une ou deux que l’on pourra solliciter le corps totalement et harmonieusement.

それでは、今日行われている各種の戸外運動などはどうかとゆうに、これも一長一短ありで、広く行われがたい。その行われがたい理由はといえば、それは色々あって一概には論ぜられぬが、先ず多くの種類に就いていえば、特別の設備を要したり、特別の服装をしなければならず、ある種類の運動になると、多人数の仲間を要するので、実行上億劫[おっくう]である。またそれ等の運動は、概して興味はあるが、筋肉を局部的に働かして、身体の円満、均斉に発達せしむることができぬ。それが国民の小部分のものより行わぬゆえんであろうと思う。

それでは、それ等欠陥のない体育が考えられようかと、尋ねるものがあれば、私はありと答えるのに躊躇しない。この問題を解決しようと思うて、永年の間種々の工夫をしていた。ある時は、擬というものを考え出したことがある。それは明治三十九年ころの「中学教育」という雑誌にも掲げてあり、その少し後の「東亜の光」にも載せてあるが、以下述べるような考えから編み立てたのである。

およそ運動は二様ある。一は実動ともゆうべきもので、実際に目的をもってするもの、例えば、網を打つとか、車を廻すとかゆうな運動である。それ等は運動に意味もあり、用にもたつことであるから、面白味もあり、精神も籠る。しかし実際にそれ等の運動をする機会はそう多くはない。また一つや二つでは身体を円満、均斉に働かせるとゆうわけには行かぬ。