(jour 75) Idées force du discours du premier jour de shochū keiko (1/2)

 

Traduction de travail par Yves Cadot de : Kanō Jigorō. « Shochū keiko no shonichi ni okeru kōwa taii 暑中稽古の初日における講話大意 (Idées force du discours du premier jour de shochū keiko [entraînement dans la chaleur]) ». Kokushi 國士. Août 1899.

 

 

Comme c’est aujourd’hui le premier jour du shochû keiko, je souhaiterais m’exprimer à propos de l’objectif de son organisation par le dôjô principal. D’un certain point de vue, sans doute pouvons-nous considérer le shochû keiko comme inutile. Comme, pour les gens ordinaires, la période de chaleur apparaît propice soit au voyage soit à la quête de fraîcheur, aller au dôjô et s’entraîner, non seulement en cette période mais en choisissant en plus les heures les plus chaudes de la journée, peut leur sembler une souffrance inutile, que plutôt que de permettre au corps de devenir plus robuste encore pour s’être entraîné dans la chaleur, cela lui serait, à en faire trop, à l’inverse préjudiciable en entament la santé.

Si le Kôdôkan met en place le shochû keiko, c’est pour la même raison qu’il organise le kangeikô et cela n’a pas pour objet d’imposer à tous, malades et personnes physiquement faibles y compris, de venir s’entraîner. Ceux qui ne peuvent pas supporter l’entraînement dans la chaleur n’ont pas à venir. De même que ceux qui doivent partir en voyage peuvent le faire. Mais pour tous ceux qui ne sont ni malade, ni de faible constitution, qui n’ont ni à voyager ni autre empêchement, l’idée est de les faire venir pratiquer le plus possible.

En période estivale, il fait certes chaud mais, avec une chaleur de l’ordre de celle de Tôkyô, on n’a pas à s’inquiéter de quelconques problèmes dus à la pratique du judo pour des personnes de constitution ordinaire. Certains, dès lors qu’ils trouvent qu’il fait chaud, trouveront difficile de supporter cela alors même qu’elle est fort modérée mais, si vous êtes d’humeur à vous dire « Et alors ? », vous ne ressentirez aucune souffrance même dans des canicules extrêmes. Et c’est l’habitude d’être dans cette disposition de « Et alors ? », d’être serein face à un peu de chaleur ou de souffrances, que je souhaite inculquer au plus possible de personnes. Sans objectif, il est difficile pour quiconque de sortir, s’exposer au soleil ardent et transpirer en bougeant son corps mais si on a pour but un type de pratique, on a alors envie de faire un long chemin sous un ciel brulant, et on parvient aussi à ne pas ressentir de souffrance à être en eau au travers de l’activité physique.

本日は暑中稽古の初日であるから、本館が暑中稽古を執行する目的を述べようと思う。暑中稽古は、ある見方よりすれば、無益なようにも思われるであろう。普通の人には、暑中は旅行をするとか、避暑にでも出掛けるとかに適当の時であるから、そんな時分、ことにまた日のうち最も暑い時刻を択んで、道場に出で稽古するなどのことは、無用の苦しみをすることであって、暑い時分に稽古したとて、ことさらに身体が丈夫になるものであるまい、あまり無理をすると、景気に中[あ]てられたりして、かえって身体に害があると思われるであろう。

講道館が暑中稽古を執行するのは、寒稽古を執行するのと同じような訳で、病人でも、身体の弱いものでも、だれでも皆来て稽古をせよとの趣旨ではない。暑中の稽古に堪えぬものは来るに及ばぬ。また旅行する必要のあるものも旅行するがよい。しかし病人でもなく、薄弱な身体のものでもなく、旅行する必要もなく、他に故障もないものは、なるべく来て修行せよとの趣旨である。

暑中は暑いに相違はないが、東京くらいな暑さならば、普通の体質のものには柔道の修行が害のある気遣はない。少々の暑さでも、暑いと思えば我慢のしにくいものであるが「なあに」という気分でいると、ずいぶん酷い暑さでも苦にならぬものである。それでその「なあに」という気分になり、少々の暑さも苦痛も平気でいるような習慣をなるべく多くの人々に養いたいと思うのである。だれも目的なしに、外に出で暑い日に曝され、身体を動して汗を出すことは出来にくいが、一種の修行を目的としてならば、それがために炎天に遠路を通うて道場に出席する気にもなり、また身体を動して汗を出すことも苦もなく出来るのである。