(jour 71) Pratique et renforcement (2/4)

 

Traduction de travail par Yves Cadot de :Kanō Jigorō. « Shûgyô tanren 修行鍛錬 (Pratique et renforcement) ». Kokushi 國士. Février 1899.

 

 

Quand on observe cela dans les actes quotidiens de la jeunesse, on s’aperçoit que ceux qui ont déjà pris l’habitude de la paresse se montrent incapables d’endurer la plus infime tâche. Par exemple, ayant entendu qu’il était fort bon pour la santé de se lever tôt et se promener alentours, ils prévoient de se lever tôt le lendemain et, alors qu’ils se sont couché de bonne heure, lorsqu’ils se réveillent, ils ne parviennent pas à quitter leur lit chaud, n’arrivent pas à se lever alors qu’ils le voudraient, et le soleil est déjà haut quand ils le font finalement. Ou bien, ayant entendu qu’il y a de nombreux bénéfices pour la santé à se frictionner à l’eau froide, ils commencent cela en plein été, ce qui est bien, mais quand l’automne passe, que l’hiver s’installe et que l’on en arrive à la période d’agresser la peau dans le froid, ils mettent un terme à cette ablution qui leur permettrait de se mettre sitôt à la tâche jour après jour. Or, faire tout cela n’impliquerait pas la moindre difficulté s’ils n’avaient ne serait-ce qu’un peu de force mentale. N’étant pas en mesure de supporter le moindre labeur, comment peuvent-ils espérer faire de grandes choses dans l’avenir ?

Mon Kôdôkan organise chaque année un entraînement d’hiver [NDT : kangeiko] dans le froid. L’entraînement commence à 4 heures et se termine à 7 heures. Bien que la blanche neige envahisse le jardin, que le vent froid pique la peau, et alors que l’est ne blanchit pas encore, tous les membres [NDT : du Kôdôkan] s’arrachent à leur oreiller et se lèvent pour se diriger sitôt vers le dôjô, enfilent leur keikogi froid comme la glace et débutent l’entraînement. Ils sont vraiment courageux ! Cette année encore, ce sont à peine cent et quelques personnes qui viennent quotidiennement à l’entraînement ces derniers temps mais, une fois le kangeiko débuté, ce sont plus de deux cents et quelques pratiquants qui se rassemblés. On doit dire que ça monte en puissance ! Bien sûr, ce n’est pas parce que l’on pratique dans le froid que l’on assiste à des progrès significatifs quant au nombre de randori. Et pourtant, nous attendons année après année ces temps froids et ceux qui participent à cet entraînement, sans exception, souhaitent briser la tendance au relâchement à laquelle se contentent de s’abandonner les jeunes, cultiver l’habitude de la pratique et de l’entraînement et, ne renonçant pas devant les difficultés, visent à développer leurs qualités d’endurance et stoïcisme. Certains critiqueront le kangeiko comme ne répondant au contraire pas aux principes de l’hygiène, mais c’est une théorie ne faisant que craindre l’excès d’activité, seulement avertie d’une part des connaissances et ignorante de l’ensemble. Affronter le froid pour des personnes en convalescence physiquement affaiblie, ou nativement de faible constitution, n’est évidemment, fondamentalement, pas conseillé. Mais tout jeune doté d’une santé ordinaire, lors des entraînements dans le froid, non seulement tirera des bénéfices de cette pratique et de ce renforcement, mais en éprouvera au plus profond de lui une indicible satisfaction.

青年日常の行為につきてこれを察するに、その懶惰[らんだ]の習慣すでに成れるものは、些少[さしょう]の労にすら耐うることあたわざるに至る。あるいは早朝郊外に散歩することのはなはだ衛生によろしきを聞き、明旦[みょうたん]の早起を期して、早く眠に就きながら、明旦眠覚むれば、床中の暖なるを去るに忍びず、起きんと欲して起きることあたわず、ようやく起きれば日すでに三竿[さんかん]に及べり。あるいは冷水摩擦の衛生に効多きを聞き、盛夏の候をもってこれを始めたるは善けれども、秋去り冬来りて、寒気肌を襲うころに至れば、たちまち日々の課業たる冷水摩擦を廃止せり。これらの事は、一片の克己の心忍耐の力だにあらば、これをなすことまことに難からざらん。かかる些少の労苦にすら耐うることあたわざるものは、いずくんぞ将来の大業を成さんことを望むべけんや。

我が講道館は、年々寒中に寒稽古を行う。稽古は午前四時に始り、七時に至りて終る。白雪庭に満ち、寒風肌を刺すにもかかわらず、東方いまだ白まざるに、館員は皆枕を排[おしの]けて起[た]ち、ただちに道場に赴き、氷のごとく冷き稽古衣を着けて、稽古を始む。真に勇気凛々たり。本年のごときは近来日々館に出入するもの、百数十名に過ぎざりしに、寒稽古一たび始れば、来集するもの二百十余名に及べり。盛なりというべし。もちろん寒天に修行したりとて、勝負の数において特に著[しる]き進歩を見るにあらず。しかるに我らが年々この冱寒[こかん]の候を期して、この稽古をなすゆえんのものは、他なし、ただ少壮者が安逸に流るる惰風を打破して、修行鍛錬の習慣を養い、もって困難に屈せず、克己忍耐の力を養わんと欲するに在り。世あるいは寒稽古を難じて、これかえって衛生の道に適わずというものあり、しかれどもただ労働の過度を懼るるに過ぎずして、一を知りて二を知らざる説なり。かの病後身体衰憊せるもの、または資性尫弱[おうじゃく]にして、ややもすれば寒気に冒さるるがごときものは、もとよりこの労に耐うべからず。いやしくも尋常の健康を有する少壮者にありては、寒天の稽古のごときは、その修行鍛錬の効あるのみならず、その心胸の爽快なること、名状すべからざるものあるを覚えん。