(jour 69) Conférence sur le jûdô Kôdôkan – 16 (6/6)

 

Traduction de travail par Yves Cadot de :Kanō Jigorō. « Kôdôkan jûdô kôgi dai-jûrokkai 講道館柔道講義 第十六回 (Conférence sur le jûdô Kôdôkan - 16) ». Kokushi 國士. Mars 1902.

 

 

Passons à wakare. Cette technique à part ne se voit pas sinon en certaines occasions ou chez les personnes très habiles en randori mais je voudrais l’expliquer ici car elle est parfaite pour expliciter la théorie du nage waza. Pour cette technique, lorsque d’une posture droite l’adversaire s’est un peu recroquevillé sur l’avant, que les talons sont un rien soulevés, et que le poids du corps est sur les orteils, alors, si je suis en droitier, je place la paume de ma main gauche au niveau de la ceinture arrière, et je pousse de la main droite en saisissant soit sa manche, soit son coude gauche. Je guette le moment opportun où, sa posture étant de plus en plus périlleuse, il va tenter de la préserver en avançant légèrement le pied, pour me laisser tomber sur le dos. Le partenaire ne trouvant plus d’appui, il tombe finalement à la renverse. C’est véritablement une technique à part, mais une telle situation ne se présente que rarement. Cependant, comme on rencontre d’innombrables occasions de projeter selon ce même principe, c’est une technique qu’il faut bien étudier.

Parlons maintenant de daki wakare. C’est lorsque le partenaire, craignant mon nage waza, se met à quatre pattes que l’on porte daki wakare. Quand il est dans cette position, je serre son cou de ma main gauche en passant par l’épaule gauche et tout en me tenant sur son côté gauche, j’enserre de ma main droite ses hanches jusqu’à son ventre puis, en même temps que je me sacrifie sur le dos, je le projette par-dessus mon corps.

Il y a ensuite ura nage. C’est également une bonne technique. Lorsqu’il se tient debout, il arrive que je la porte tant sur son flanc gauche que sur son flanc droit et, dans ce dernier cas, tout en me recroquevillant, j’entre en contact de manière à ce que ma poitrine soit à peu près au niveau du côté arrière droit de ses hanches, la main gauche l’entourant par derrière, plaçant la paume sur l’avant latéral gauche de sa poitrine et ma paume de la main droite sur le côté avant droit de son bas-ventre, puis, avec la puissance de mon corps, je le jette en me cambrant. Pendant le sacrifice, on peut soit se séparer de lui, soit le maintenir fermement contre soi mais comme, dans ce second cas, la technique est violente, il est bon de s’entraîner au début en séparant mon corps du sien dans la projection. Mais comme, même comme cela, cela reste une technique difficile, mieux vaut que les tout débutants ne l’emploient pas.

この次は別[わかれ]にしよう。別という業は、何かの機か、よほど上手な人々のする乱捕の場合かでなければ普通あまりない業であるけれど、投業の理論を解明す上に適当な業であるからここに説明しておこう。この業は直立の姿勢から少し前に跼み、踵の方が心持上り、足の先の方で体を支えるようになったとき、我は右組の場合でいわば左の手の平を後帯の辺にあて、右の手で彼の左袖なり左肘を持ちながら押す。彼の姿勢ますます危険になるゆえ少しく足を前に進め維持せんとするを、適当の時機を見て我が体を仰向に倒す。彼は支え兼ねついに転倒するに至る。これが本統の別業であるがこのような場合は稀にしかない。けれど、これと同じ道理で彼を投げる機会は幾らもあるからよく研究を要する業である。

それから今後は抱別の話にしよう。抱別という業を掛ける場合は、彼が我が投業を恐れて四這[よつんぱい]になっているときなどである。彼が四這になっているとき、我は彼の頸を我が左の手で彼の左の肩の方から抱き込み、我が体が彼の体の左の方に立ったままおりながら、我が右の手は彼の腰から腹へかけて抱き込み、我が体を仰向に捨てると同時に、彼を我が体を越えて投げだすのである。