(jour 66) Conférence sur le jûdô Kôdôkan – 16 (3/6)

 

Traduction de travail par Yves Cadot de :Kanō Jigorō. « Kôdôkan jûdô kôgi dai-jûrokkai 講道館柔道講義 第十六回 (Conférence sur le jûdô Kôdôkan - 16) ». Kokushi 國士. Mars 1902.

 

 

Supposons maintenant que nous voulions tous deux porter tani otoshi et que j’attends de subir son mouvement, comme je peux vouloir le suivre sitôt qu’il se penche sur l’arrière, il ne peut manquer de vigilance le moins du monde. Toutefois, quelle que soit son attention, il ne peut que difficilement éviter de pencher soit sur l’arrière, soit sur l’avant. Et cela produira nécessairement un infime déplacement. Si, alors, je place un peu de force dans la direction où il penche, il réagira à l’inverse. Cela m’aide à nouveau et, lorsque j’insiste dans le sens de son mouvement, il perd sa posture sûre et adopte celle qui me permet de placer ma technique. Alors, si je prends l’exemple de tani otoshi, avec une réaction obtenue en cherchant un kuzushi vers l’arrière latéral droit, il vient vers l’avant latéral droit. Si, à ce moment-là, je ne fais que le tirer vers l’avant, il n’aura qu’à avancer le pied. Mais je peux faire en sorte qu’il ne puisse pas avancer lorsque je cherche à le tirer. La façon de tirer pour ce faire n’est alors pas particulièrement compliquée mais il y a un point important. Et c’est que tandis que je le pousse et le tire, je dois l’attirer afin d’amener son poids sur sa jambe avancée. Dans cette situation, c’est-à-dire qu’il n’est plus soutenu que par la jambe avant, il lui est difficile de pouvoir avancer. C’est le point le plus important. Si, une fois que l’on a fait en sorte qu’il lui soit difficile d’avancer, on tire plus encore, il est déstabilisé dans la direction de la traction. En d’autres termes, il flotte vers l’avant latéral droit. Quand il flotte ainsi, je fais en sorte de le soulever de ma main droite engagée sous son aisselle gauche, je maintiens bien enserré son bras en tenant fermement le haut de sa manche de ma main gauche, j’avance ma jambe gauche à l’extérieur de son pied droit (sa position exacte ne peut être que difficilement précisée hors de la situation pratique mais, pour résumer, il convient de l’engager profondément), je chute en arrière sans recroqueviller ni mon corps ni ma jambe, mais plutôt en me cambrant, je fais en sorte que, au moment où j’arrive sur le tatami, ce soit mon flanc gauche qui touche et que mon épaule droite soit au-dessus, et je le projette. Dans cette technique de projection, il s’agit de faire chuter avec la force de la chute du corps et non de projeter avec la puissance des bras, mais mes deux mains doivent le maintenir fermement jusqu’à ce qu’il soit effectivement projeté. Uki waza est une technique de cet ordre. Mais, en réalité, comme on ne peut pas la placer en respectant les étapes une à une, c’est tandis que l’on pousse et tire que se présente l’opportunité adéquate. Et, alors, il faut la placer ainsi que précédemment décrit.

Il existe de nombreux autres tsukuri, mais le plus simple pour commencer à retenir cette technique est, lorsque l’on cherche à placer uki waza vers la droite, de tirer s’abord sa manche gauche de la main droite et, alors que, pour ne pas être entraîné de ce côté, il avance au contraire vers la droite, on saisit en droitier et on construit de la manière que j’ai précédemment expliquée étape par étape. C’est une fois que l’on sait obtenir ce tsukuri que l’on peut placer uki waza.

今仮に相互に谷落を掛けんとて彼の動きを待ち受けているとすれば、少し彼が後ろに傾いてもすぐに我はそれに附け込んでいこうとするものであるから彼はなかなか油断が出来ぬ。しかしどれほど油断をせぬからとて後にも前にも少しも傾かぬということは出来にくい。必ず少しくらいな動きは生ずるものである。そのとき我はその動いた方に一層力を加えんとすると彼はかくはされじと反対に動いてくる。それをまた助けて一層動き出させるようにするとついには彼は安全の姿勢を失って業の掛る姿勢に変ずる。そこで谷落の場合でいうてみると、後右横に崩そうと思うて作った反動で彼は前右横に出てくることがある。そのとき我が彼を単に前へ引き出せば彼は足を進めて前へ出てくるのみである。しかしこの引きようによって彼が前に出ることの出来ぬようにすることが出来る。それはどういう引き方かというに別段むつかしいことでもないが、ただ一つそこに大切な点がある。その大切な点というは彼を押したり引いたりしている間に、彼の前の方に出た足に彼の体が載るように引くのである。彼の体が前足に載る、すなわち単に出た方の足で支えられるようになると、その足を前へ進めることは困難になってくる。それが第一の大切な点である。彼の体をして前に進みにくくしながらなおこれを引かば彼の体は引かれた方向に崩れる。すなわち前右横へ浮き出してくる。かく浮き出すと同時に彼の左脇下に差し込んだ我が右の手で彼の体を浮き上らせるようにし、彼の右奥袖を捕っている我が左手はその奥袖をしっかりと持ちながら彼の腕を抱き込み、我が左足は彼の右足の外に踏み占め(その位置は実際についてでなければしっかと定め難いけれども概して深く進んで)、我が体も足も跼めずむしろ体を反らせるくらいにして後へ倒れ、体が畳に着く時分には、我が左横が畳に着き、右肩が上になるようにし、彼の体を投げ倒すのである。この投業は手の力で投げるのではなく我が体を倒す力で投げるのであるが、我が両手は彼を投げてしまうまでしっかり捕えておらねばならぬ。浮業はまずこんなふうの業である。しかし実際においてはいちいち段をつけて掛けるわけにいかぬから、押したり引いたりしている間に適当なる場合が生ずる。その時前述のような心持で掛けるのである。

このほか作はいろいろとあるが、一番この業の覚え始めに出来やすいのは、右向で浮業を掛けようと思えば、まず我が右の手で彼の左袖を引きつけ、彼がその手に乗らじとかえって右の方を前に出してくる場合、右向に組んで前に段々説明したような作り方をする。その作が出来次第浮業を掛けるという仕方である。