(jour 65) Conférence sur le jûdô Kôdôkan – 16 (2/6)

 

Traduction de travail par Yves Cadot de :Kanō Jigorō. « Kôdôkan jûdô kôgi dai-jûrokkai 講道館柔道講義 第十六回 (Conférence sur le jûdô Kôdôkan - 16) ». Kokushi 國士. Mars 1902.

 

 

Il s’agit maintenant de tani otoshi. Tani otoshi n’est certes pas une technique particulièrement évoluée, mais elle ne présente pas spécialement de danger. Quand on se tient bien sûr comme pour yoko otoshi, il arrive que pour une raison [NDT : hazumi] ou une autre, sa posture soit brisée soit l’arrière latéral droit (quand on se tient en droitier), soit sur l’arrière latéral gauche (quand on se tient en droitier [sic]). Alors, dans le cas où je suis en droitier, j’avance profondément d’un grand pas mon pied gauche tout en chutant sur son arrière, et, mon corps et ma main le poussant plus encore vers son arrière latéral droit, il chute sur le dos. Le tsukuri de cette technique est difficile mais, s’il est bin obtenu, c’est-à-dire que si j’ai bien réussi à le déstabiliser, le kake est véritablement facile. Ce qui la différencie de yoko otoshi est, outre la direction dans laquelle je le fais chuter, que pour cette technique, plutôt que de fermement maintenir enroulé son bras au-dessus de son coude, mieux vaut le maintenir légèrement en saisissant le haut de manche.

Passons maintenant à uki waza. Uki waza est une des techniques les plus difficiles mais, quand on la place bien, elle est vraiment magnifique. Pour le tsukuri, ainsi que dans le cas de yoko otoshi, si nous nous tenons en droitier, ma main droite s’engage sous son aisselle, la main gauche saisit le haut de manche, et enserre non pas fermement comme dans le cas de yoko otoshi mais plutôt souplement comme pour tani otoshi, son bras au-dessus du coude et pêche légèrement le partenaire vers l’avant. Il faut beaucoup travailler cette façon de pêcher mais, une fois parfaitement acquise, le sens du kuzushi en judo devient limpide.

Ainsi que je l’ai expliqué en début de cet exposé sur le nage waza, briser [NDT : kuzusu] la posture de quelqu’un n’est pas particulièrement difficile. Cela peut se faire avec extrêmement peu de force si le partenaire n’en met pas. Et, s’il le fait, on peut utiliser cette force. Si l’on fait l’un ou l’autre dans le respect des principes, on peut dominer le partenaire.

今度は谷落である。谷落という業は格別さえた業でない代りに別段危険もない。これはやはり横落のように組み合っているとき、どうかした機[はずみ]で彼が後[うしろ]右横(右向に組んでいる場合に)または後左横(右向に組んでいる場合に)に崩れることがある。そのとき我は右向の場合ならば我が左足を深く彼の後の方へ倒しながら踏み出し、我が体と手とで彼を一層後右横の方へ押しながら我は横に、彼は仰向に倒れるようにする。この業は作り方がむつかしいが、よく作れば、すなわちよく彼を崩すことが出来さえすれば掛はまことにしやすい。横落と違う点は彼を倒す方向が違うほかに、この業の場合には彼の二の腕から肘を強く抱き込むよりは、かえって奥袖を捕りながらフワリと抑えているくらいがよいのである。

次は浮業の話に移ろう。浮業は最もむつかしい業の一つであるが、これがよく掛ると実に見事である。この作り方は横落の場合と同様、右向に組んでいるときならば我が右の手は腋下に差し込み、左の手は彼の奥袖を捕り、横落のときほどしっかりとでなくむしろ谷落の場合のようにフワリと彼の二の腕から肘の辺を抱き込み軽く彼の体を釣り出すようにする。この釣り出し方が最も熟練を要するのであって、これがよく解ると柔道の崩しということの意味合が明瞭になる。

投業の講義の初めに説明した通り、他人の体を崩すことは別段むつかしいことでない。彼が力を入れておらなければごくわずかな力で彼を倒すことが出来る。またもし彼が力を入れていればその力を利用することが出来る。どちらにしたところが法をもってすれば彼を支配することが出来る。