(jour 63) Conférence sur le jûdô Kôdôkan – 15 (6/6)

 

Traduction de travail par Yves Cadot de :
Kanō Jigorō. « Kôdôkan jûdô kôgi dai-jûgokai 講道館柔道講義 第十五回 (Conférence sur le jûdô Kôdôkan - 15) ». Kokushi 國士. Décembre 1901.

 

 

Cette technique de sumi gaeshi est difficile à porter lorsqu’il se fait léger et relâche toute force, mais, quand il met tout son poids sur la jambe avancée en tendant tout son corps, c’est facile. Pour placer sumi gaeshi, on peut aussi saisir son col plutôt que la ceinture d’une main. Mais cela est valable lorsqu’il se redresse sans se voûter ni mettre trop de force. Quand il se pelotonne, le mieux est d’engager la main sous l’aisselle quand elle n’a pas la ceinture. En outre, la main à la manche ne se contente pas forcément de juste la saisir. Avec la manche, elle peut aussi enserrer le bras entre le coude et l’épaule. Quand on se tient ainsi voûtés, chacun une main introduite sous l’aisselle et la manche saisie bien haut, lorsque son bras est serré sous mon aisselle, on peut porter sumi gaeshi, mais aussi toutes sortes de yoko sutemi. Sumi gaeshi est une technique qui se situe entre ma sutemi et yoko sutemi et on peut soit la classer dans les premiers, soit la considérer comme l’une des seconds.

この隅反という業は彼が身を軽くして力を入れずにいると掛りにくいが全身に力を入れていながら前に出た方の足に体の重みを載せてくるときはことに掛りやすい。隅反の業を掛けるに、片方の手で帯を持つ代りに彼の襟を持ってもよい。しかしこれは彼が跼まず伸びてあまり体に力を入れておらぬときに適するのである。彼が跼んでくるときは帯を持たなければ腋の下に手を入れるがよい。また袖を持っている方の手も必ずしも単に袖を持つだけに限らない。袖と一緒に彼の肘から二の腕へ掛けて抱き込んでもよい。こんなふうに互いに跼んで組んでいて片方の手は腋の下に差し込み片方の手は袖を深く捉え、彼の腕を我が腋下に抱え込んでいる場合には隅反の業も掛るがまたいろいろの横捨身業が掛る。隅反は真捨身業と横捨身業との中間に位している業で真捨身業の中に入れることも出来、横捨身業の一種と見倣すことも出来る。