(jour 60) Conférence sur le jûdô Kôdôkan – 15 (3/6)

 

Traduction de travail par Yves Cadot de :
Kanō Jigorō. « Kôdôkan jûdô kôgi dai-jûgokai 講道館柔道講義 第十五回 (Conférence sur le jûdô Kôdôkan - 15) ». Kokushi 國士. Décembre 1901.

 

 

Passons à seoi nage. Il y a toutes sortes de manières de placer seoi nage mais nous n’en évoquerons que trois ici. Pour la première, supposons que nous nous faisons face chacun en migi shizen tai et qu’au moment où, alors qu’il se tient parfaitement droit, il avance en flottant légèrement sur l’avant, en conservant la saisie de la main gauche sur sa manche, je pivote vers ma gauche afin de coller mon dos contre lui, ma main droite lâchant le revers pour, tandis que je tourne, saisir au niveau soit de son épaule soit du haut de sa manche droite et que je me pelotonne subitement. Il est alors projeté vers l’avant en passant par-dessus mon dos. Ce à quoi il faut alors faire attention est que, comme il est difficile de porter la technique si mon corps n’est pas parfaitement collé au sien, si je n’obtiens pas un bon contact pour avoir trop peu pivoté vers la gauche, il me faut rechercher ce contact parfait en tournant encore un peu plus, par exemple. Il faut alors veiller à ne pas tirer trop tôt son corps en force. Ce n’est que lorsque je me pelotonne pour le projeter que je peux faire en sorte de lui transmettre une force de traction. Sinon, il anticipe, et je ne peux pas porter la technique. Dans cette explication, je me place en pivotant vers la gauche tout en conservant la saisie de la manche de ma main gauche mais, on peut également conserver la main droite au revers, pivoter vers la droite et, comme précédemment, venir parfaitement coller mon dos à sa poitrine, prendre l’épaule ou le haut de manche de ma main gauche puis me pelotonner subitement. C’est la deuxième forme. Dans ces deux formes, lorsque mon corps pivote, soit vers la droite, soit vers la gauche, comme il y a un risque pour qu’il m’en empêche, il faut choisir un moment où il ne tient soit pas mon col, soit pas ma main. S’il me tient col ou manche, comme je ne peux pivoter librement, mieux vaut ne pas porter cette technique.

Pour la troisième façon, s’il est en droitier, lorsque je prends en inversé le côté de son col droit de ma main droite, tout en conservant cette saisie inversée, je sors le coude à l’extérieur (généralement par-dessous son aisselle) et, tout en pivotant légèrement, je colle mon dos contre sa poitrine en commençant par l’épaule droite et, avec l’intention de le charger un peu, comme précédemment, je me pelotonne subitement. Dans ce cas, ma main gauche tient sa manche droite et, il peut y avoir de nombreuses possibilités pour sa main droite mais, généralement, sa main gauche tient ma manche droite. C’est pourquoi sa main gauche peut m’être d’une quelconque gêne pour placer la technique mais pas au point, comme dans les autres formes, de devoir absolument renoncer à la porter si on ne nous a pas lâché. On ne peut pas la porter s’il anticipe spécifiquement mais rien ne l’empêche s’il ne fait que saisir.

次は背負投にしよう。背負投もいろいろと掛け方があるけれど、ここではまず三種類だけを話そう。その第一種は互いに右自然体で相対していると仮定すれば彼がシャンと立ってはいるが少し前の方に浮き出したとき、我は左の手で彼の袖を持ったまま、我が体を左に廻し、彼の体の前に我が後が密接するようにし、我が右の手は襟を放して、体が廻ると同時に彼の右肩または右奥袖の辺を捉え、急に体を跼めるのである。そうすると彼の体は我が背を越えて先へ投げ出される。このとき一つ注意を要するのは我が体と彼の体とがピッタリ附着しないと業が掛りにくいからもし一通り体を左へ廻しただけで十分に附着しなければ、今一層廻し、ともかくも体と体とはよく密着するようにしなければならぬ。今一つ注意を要するのは、あまり早く彼の体を我の力で引き出さぬようにすることである。彼を投げるために跼むとき始めて引く力が彼に通ずるようにするがよい。そうせぬと、彼が早く悟ってしまって我が業が掛らなくなる。今説明した掛け方は、左の手で袖を持ったまま体を左へ廻して掛けたのであるが、これを右の手で襟を持ったまま、我が体を右へ廻し前と同じように我が背を彼の胸にピッタリ附け左の手で彼の奥袖を持って急に体を跼める仕方もある。これで二種類になる。この二種類とも我が体が左なり右なりへ廻るとき、彼がこれを支える恐れがあるから彼の手で我が袖なり襟なりを持っておらぬときを択ばなければならぬ。彼が袖なり襟なりを持っているときは自由に我が体を廻すことが出来ぬから業は掛けぬ方がよい。

第三種の掛け方は彼が右向に組んでいるときでいえば我は彼の右横襟を右の手で逆に持っている場合とすると、その手は逆に持ったまま置いて、肘を外へ張り出し(普通は彼の腋の下に)、体を少し廻しながら我が右肩から背が彼の胸に附くようにし幾分か彼の体を担ぎ上げるような心持になって、前の場合と同様急に体を跼めるのである。このとき我が左の手は彼の右袖を捕ってい、彼の右の手はいろいろであるが左の手は多くは我が右袖を持っている。それゆえ彼の左の手が我が業を掛けるに幾分か邪魔にはなるが前の二種類の背負投の場合のように是非放さなければ掛らぬというほどのことはない。彼がことさらに予防しておっては掛らぬけれど、ただ持っているだけでは強いて差支はない。