(jour 57) Conférence sur le jûdô Kôdôkan – 14 (4/4)

 

Traduction de travail par Yves Cadot de :
Kanō Jigorō. « Kôdôkan jûdô kôgi dai-jûyonkai 講道館柔道講義 第十四回 (Conférence sur le jûdô Kôdôkan - 14) ». Kokushi 國士. Novembre 1901.

 

 

Il s’agit maintenant d’oshi ô soto gari, mais le tsukuri de cette technique consiste principalement en mon tsukuri plutôt qu’en le sien. Lorsque, comme précédemment, il se tient avec une jambe avancée et une autre reculée, tout en tenant son col de la main droite et sa manche de la main gauche, j’avance grandement mon pied gauche et je cherche à avancer le pied droit ainsi que dans le cas de hiki ô soto gari, puis le travail des bras et jambes est également en tout point semblable. La raison pour laquelle cela s’appelle oshi ô soto gari est que contrairement au précédent où je tirais, je pousse ici. Toutefois, ce à quoi il faut ici faire attention est que, même si on parle de pousser, si on le fait maladroitement, comme l’autre se méfie et ne nous laisse pas porter la technique, il faut habilement entrer en poussant légèrement sans qu’il s’en aperçoive. Si on pousse extrêmement habilement, il ne pourra pas l’éviter même s’il s’en aperçoit mais, même si cela est terriblement difficile pour les débutants, cela ne veut pas dire que ça leur est impossible si les circonstances sont favorables. Mais, dans ce cas, contrairement à hiki ô soto gari, le tsukuri est important.

Parlons ensuite d’ô uchi gari. Le rapport entre ô uchi gari et ô soto gari est exactement le même qu’entre ko uchi gari et ko soto gari. Pour ce qui est de l’ordre pratique d’apprentissage, il y a encore de nombreuses choses importantes mais, comme c’est plus facile à comprendre en évoquant dans le même temps le principe et l’appellation, je le fais ici. Pour cette technique, ainsi que pour uchi mata, j’entre la jambe droite ou gauche entre ses cuisses et, sans tirer comme pour uchi mata, mes mains n’agissent pas particulièrement, et je balaye depuis l’arrière vers l’avant sa fourche gauche si c’est avec ma fourche droite, sa fourche droite si c’est avec ma fourche gauche (ou peut-être est-ce plus proche de pousser ?). Là encore, comme il arrive que l’on heurte ses testicules quand on ne fait pas attention, même si plus rarement que pour uchi mata, on doit entrer avec la fourche légèrement orientée latéralement et non avec la tête du genou saillante directement sur l’avant. Et puis, lorsque l’on porte cette technique, quand il place principalement son poids sur une seule jambe soit en se cambrant, soit se raidissant, il faut attaquer le pied de cette fourche. Quand on n’obtient pas une telle posture qui permette de la porter facilement naturellement, tandis que je le tire ou pousse légèrement, il lui arrive de mettre de la force sur une jambe en se cambrant inversement en résistance à ma traction. C’est alors qu’elle se porte.

それから、今度は押大外苅の方であるが、この業の作は、主として彼を作るでなく我を作るにあるのである。彼が前のようにやはり片足を前に出して片足を後に引込めて立っているとき、我は右手で彼の襟を持ち左手で袖を持ちながら左足を十分前に進ませ、右足を引大外苅の場合と同じように出しそうして手足の働きもことごとく同じようにするのである。これを押大外苅という訳は前のが引いたに対してこれは押す心持であるからだ。しかしここに一つ注意しておかなければならぬのは、押すというても下手に押せば彼が用心して業を掛けさせないから、押す心持で彼が気附かぬように上手に入り込まなければならぬ。もっともごく上手に押せば、彼は承知していながらどうしても避けることが出来ぬからそれでもよいが、そんなに上手に押すことはとうてい初心者にはむつかしいが場合がよければ出来ぬかぎりではない。しかしこのときは引大外苅と違って作が大切である。

この次は大内苅のことをいおう。大内苅が大外苅に対することはちょうど小内苅が小外苅に対するようなものである。実地に練習する順序からいえば、まだ大切なものがいくらもあるけれど、理窟も名称もこれらを一緒に話した方が覚えやすかろうから、ここでいう。この業は内股のように右なり左なりの足を彼の股の間に入れ、内股のように引きつけもせず手も格別働かせず、右の股ならば彼の左の股、左の股ならば彼の右の股を彼の後の方から前の方へ掃うのである(むしろ押すというくらいか)。これも、油断をすると、彼の睾丸を蹴ることがあるから、内股のときほどではないが、少し股を横向け膝の頭が真っすぐに先へ出ぬようにして入れるがよい。それから、その業を掛ける場合は彼が反るか、直立していて片方の足で主として体の重みを支えているとき、その足の股に掛けるのである。かく自然に掛りやすい姿勢になっておらぬときは我が彼を少し引いたり押したりしているうちに、我が引きに対して彼が引かれじと反対に反り一方の足に力を入れることがある。そのような場合に掛るのだ。