(jour 54) Conférence sur le jûdô Kôdôkan – 14 (1/4)

 

Traduction de travail par Yves Cadot de :
Kanō Jigorō. « Kôdôkan jûdô kôgi dai-jûyonkai 講道館柔道講義 第十四回 (Conférence sur le jûdô Kôdôkan - 14) ». Kokushi 國士. Novembre 1901.

 

 

Passons maintenant à l’explication de harai goshi. Pour cela, il est bon de raconter le processus de découverte de cette technique. Comme les anciens également l’employaient, sans doute l’ont-ils inventé autrement que moi mais voici comment on a commencé à l’utiliser au Kôdôkan. C’était encore au tout début du Kôdôkan et, alors que je portais uki goshi sur un élève, cela ne fonctionna soudain plus alors que ça avait marché jusque-là. La raison était que lorsque je voulais engager la technique, il esquivait en sautant. Pour être plus précis, lorsque je voulais engager la hanche droite et que j’enlaçais ses hanches de la main droite pour me coller à lui, avant que je ne me vrille, il sautait d’un pas vers l’avant latéral en supportant tout son poids de la jambe gauche. Et ainsi, comme son corps s’en allait vers une position différente, je manquais ma cible première. Je me mis donc à réfléchir en me demandant s’il n’y aurait pas une bonne idée. Si ma technique ne passait plus, c’est qu’il avançait vers l’avant latéral. Je me dis qu’il me faudrait donc l’empêcher de le faire. Alors, en levant ma jambe droite et en plaçant ma fourche au niveau de sa fourche avant latérale droite, je prévenais son avancée vers le latéral avant et, dans le même temps, je remontais au niveau de l’aisselle la mais qui, dans le cas d’uki goshi, aurait dû se trouver au niveau de la ceinture et au moment où l’arrière de mon corps collait à l’avant du sien en le pêchant légèrement (bien sûr, dans ce cas, ce n’est pas totalement l’arrière de mon corps qui se colle à l’avant du sien mais, dans l’hypothèse de harai goshi à droite, c’est la partie entre mon dos et mon flan droit qui vient contre sa poitrine et la partie entre l’arrière de ma hanche et mon côté droit qui vient contre son ventre environ), je fais comme si je balayais vers l’arrière latéral de ma fourche droite en agissant de la hanche tandis que ma gauche, qui tient en saisie normale l’extérieur médian de la manche droite de son keikogi, l’attire en direction de la hanche gauche. En essayant ainsi, la technique passa bien. Mais mon élève réfléchit également et en arriva à pouvoir aussi éviter cette technique. Comme il n’avançait plus latéralement comme auparavant, il avait trouvé le moyen de ne pas tomber en restant sur place. En somme, lorsque je voulais pêcher dans l’intention de faire harai goshi, il sortait le ventre et maintenait son corps ferme avec l’intention de se cambrer légèrement. Ce faisant, la technique ne pouvait absolument pas passer. J’ai donc dû réfléchir à nouveau. Quand il et relâché, même en parvenant à mettre le haut de son corps en mouvement n’a que peu d’effet sur le bas mais, quand il met autant de force à rester ferme, son corps est tel un mannequin fiché dans le sol. Selon le principe du levier, si quelque chose se tient droit et haut, il est facile de le renverser avec très peu de force en plaçant le pivot très bas et en tirant sur l’extrémité haute. C’est pourquoi j’ai pensé que, dans une telle situation, il pourrait être bien de porter une technique en appliquant ce principe sur le corps humain également. Alors, au moment où il met de la force en se cambrant, je me replis extrêmement bas devant lui au point que la zone de mes hanches se place sous l’articulation de ses genoux, que je m’en sers de pivot et que je le projette en le faisant tomber sur mes hanches en le tirant par la manche et l’épaule de son keikogi. Cette technique s’appelle tsuri komi goshi.

これから掃腰のことに説き及そう。掃腰の説明をするには掃腰という業が出来た来歴から話すが便利である。昔の人もこの業を用いたから、他の人は自分と違う順序で考え出したかもしれぬが、まず講道館で用い始めたのはこういうところからである。講道館のまだ始めのころであったが自分が一人の門人に浮腰を掛けた場合に、これまで掛ったのが急に掛らなくなった。なぜかというと、彼は我が業を掛けるとピョイと飛んで逃げてしまう。これを委しくいうと、右腰を掛けようと思って彼の前に我が後を密着させ後から右の手で彼の腰を抱くと彼は我が体を捩るより先に、彼の左足で体を支えながら一歩横前へ飛ぶ。そうするというと違った位置に彼の体が行くから、元の狙いが外れてしまう。そこで何とかよい分別はないものかと思って考えた。このとき我の業が掛らなくなったのは、彼が横前へ出てくるからである。これを出さなくすることが出来ればよいと考えた。そこで我が右足を上げその股の辺で彼の右足の前横股の辺に当て、彼が横前に出られぬように止め、同時に浮腰の場合に彼の帯の辺にあるはずの手を脇の辺に上げ、少し彼の体を釣り上げる心持で我が背を彼の前に密着させる機[とたん]に(もちろんこの場合には我が真後は彼の前に附着せぬ、右掃腰の場合には我が背と右横との間くらいが彼の胸に当り、後腰と右横との間くらいが彼の腹部に当るくらいになる)、腰を横に振り右股で横後の方向に掃うようにし我の左の手は彼の稽古衣の右中外袖を順に捕りながら自分の左腰の方へ引き附けるのである。こんなふうにやってみたところが都合よく業が掛った。しかるに先方でもまた工夫してこの業を防ぐようになってきた。どうして防ぐかと考えてみると、彼は元のように横前に出られなくなったものだから、いながら倒れない工夫をしてきた。すなわち我が掃腰を掛けようと思って彼を釣り出そうとすると、彼は腹を出し、少し反るような心持で体をしっかりとしている。そうするとどうしても業が掛らない。そこでまた考えてみた。彼の体がグニャグニャしているときは上部を動しても下部に関係を及すことは少ないが、こんなにしっかりと力が這入っている場合には、体は、一の作付の人形のようなものだ。槓杆の理窟で高く立っているものならば支点をごく低く置き、上の方の端を引けば些少の力で、これを覆すことが出来る。それだから人間の体もそのような場合には、この理を応用して業を掛ければよいと考え出した。そこで彼が反り身になって力を入れている時は、我は彼の前にごく低く距み、腰の辺が彼の膝の関節より下に当るくらいにして、これを支点として、彼の稽古衣の肩なり袖なりを持って引いて彼の体を我が腰の上に倒れかからしめて投げる。これが釣込腰という業である。