(jour 53) Conférence sur le jûdô Kôdôkan – 13 (4/4)

 

Traduction de travail par Yves Cadot de :
Kanō Jigorō. « Kôdôkan jûdô kôgi dai-jûsankai 講道館柔道講義 第十三回 (Conférence sur le jûdô Kôdôkan - 13) ». Kokushi 國士. Septembre 1901.

 

 

Je pense que vous aurez maintenant compris le tsukuri, mais il me faut expliquer les conditions du kake. Ceux qui pensent que dans tout koshi waza consiste à projeter en pliant les hanches ne sont pas rares mais cette façon se limite à un type de koshi waza et, généralement, on doit porter la technique en se redressant le plus possible et, dans un cas comme celui d’uki goshi, c’est particulièrement nécessaire. Pour uki goshi, le partenaire en vient à tomber du fait que lorsqu’il flotte vers moi, j’engage mon buste en veillant à me voûter le moins possible, tire avec la main qui tient la manche, enroule son corps autour de mes hanches non en m’arrondissant mais en me vrillant. Quand on est très bien positionné, sa tête passe entre mes jambes du fait de la puissance cumulée de ma torsion et de la traction de la main. La raison pour laquelle il vaut mieux se vriller que se voûter est que si je tente de projeter en m’arrondissant, je suis en déséquilibre et facilement vulnérable à une technique de contre [NDT : kaeshi waza]. En outre, ma puissance physique est inutilement employée et celle utilisée à le projeter est relativement faible. Quand je projette en vrillant, non seulement je ne gâche pas de puissance, mais je peux engager prestement la technique et il lui est difficile d’esquiver.

Vous aurez ainsi, je pense, globalement compris la façon de placer uki goshi mais cela peut peut-être apparaître difficile aux débutants. Comme certainement, au début, le corps et les membres ne répondent pas conformément à ce principe, en pratique, la technique ne peut être portée. Pourtant, il faut sans se lasser s’entraîner patiemment en respectant ce principe. Il est bon de s’exercer d’abord en demandant au partenaire de ne pas défendre exprès. Comme cela devient facile si on a bâti de bonnes habitudes au départ, il faut d’abord bien pratiquer cet uki goshi et ne pas céder à de vilains défauts lorsque l’on passe ensuite à d’autres koshi waza.

Le koshi waza que je souhaite aborder ensuite est harai goshi. Harai goshi n’est pas aussi difficile qu’uki goshi. Et il n’y a pas non plus de risque de développer de mauvaises habitudes en s’y exerçant d’abord. C’est pourquoi, d’un point de vue pédagogique, la faire en premier s’entend, mais comme il me semble plus pertinent d’en évoquer le principe une fois compris celui d’uki goshi, j’ai décidé pour ma part de l’enseigner ensuite.

これで作[つくり]のことは分ったろうが、掛[かけ]はどういう工合にするかということを説明せねばならぬ。世間には腰業はすべて腰を曲げて投げるものであるかのように心得ているものも少なくないが、腰を曲げて業を掛けることはある種類の腰業に止まるのであって、大体はなるべく腰は伸して業を掛けるはずであって、浮腰のごときは大いにその必要があるのである。浮腰の場合には我が体はなるべく跼[こご]まずにいて彼が浮いてきたとき我が体の上部を振り袖を持っている手を引き跼む力でなく捩る力で彼の体が我が腰の辺を廻[めぐ]って落ちるようになるのである。ごくよく業が掛ったときは体を捩る力と手の引く力とで彼の頭が我が両股の間に這入るようになる。なぜ跼まないで捩る方がよいかというに跼んで投げようとすると我が体が崩されやすく返し業が掛りやすい。また我が体の力が無駄に働くようになって彼を投げるために働く力が比較的少なくなる。捩る方の投げ方をすると力に無駄が出来ぬのみならず業も敏捷[びんしょう]に掛けることが出来、彼が避けにくい。

浮腰の掛け様はこれで一通り分るであろうと思うが、初心者にはずいぶんむつかしく感ぜられるであろう。おそらくは最初当分の間はこの法通りには身体四肢が働けないから、実際業が掛らない。しかし厭[あ]きずに辛抱して法則を守って稽古せねばならぬ。最初のうちは相手にことさらに防禦しないようにしていてもらって、練習するがよい。初めによい習慣を作っておけば後には容易になるから、最初この浮腰の修行を十分にして、それからほかの腰業を稽古すると悪い癖が附かないでよい。

次に話そうと思う腰業は掃腰である。この掃腰は浮腰ほどにむつかしくない。また最初に稽古しても別段悪い癖を附ける恐れもない。だから教授上この方を先にするのも一法であるが、理窟は浮腰の理窟を知ってから聞いた方が順序がよかろうと思うから自分はこの方を次に教えることにしたのである。