(jour 52) Conférence sur le jûdô Kôdôkan – 13 (3/4)

 

Traduction de travail par Yves Cadot de :
Kanō Jigorō. « Kôdôkan jûdô kôgi dai-jûsankai 講道館柔道講義 第十三回 (Conférence sur le jûdô Kôdôkan - 13) ». Kokushi 國士. Septembre 1901.

 

 

Supposons d’abord que le partenaire se tienne en shizen tai. Quand je suis également en shizen tai et que je veux placer ma hanche droite, je dois, sans jamais me départir de cette posture, placer mon pied droit à l’intérieur de son pied droit, coller l’arrière de ma hanche au devant de la sienne et, bien sûr, mon dos aussi est en contact avec sa poitrine. Dans ce cas, si mes pieds sont à l’intérieur des siens, on dit de préserver la posture shizen tai mais, tordant mon corps avec un certain élan [NDT : ikioi], mes hanches sont un peu plus basses que les siennes. Il semble que parmi les jûjutsuka d’autrefois, nombreux étaient ceux à enseigner koshi nage en descendant beaucoup et en cassant le corps de sorte que mon dos était éloigné de sa poitrine et que seules les hanches étaient en contact, mais ce n’est pas correct. De même que, toujours pour koshi nage, il arrive souvent que l’on projette en saisissant l’arrière de la ceinture mais, en principe, la main ne doit pas prendre la ceinture. La main doit, en même temps que mon corps se colle au sien, l’enlacer le plus profondément possible afin d’obtenir le contact au niveau de sa ceinture. Le travail de la main ne consiste pas seulement à le tracter et lever, mais à faire que son corps soit le plus largement possible dépendant du travail du mien en maintenant le contact entre mon corps et le sien. Et la main gauche (rappelons-nous que nous sommes dans le cas où nous plaçons la hanche droite) saisit naturellement l’extérieur de sa mi-manche droite. D’abord, tout en plaçant [NDT : tsukuri] mon corps ainsi, je le pousse un peu de mes hanches en m’efforçant de maintenir ma posture la plus droite possible. Alors, en réaction à cette poussée, il se met à flotter légèrement sur l’avant. C’est à cet instant qu’il faut porter la technique. Mais lorsqu’il à peu près compris, il se méfie lorsque je tente de faire ce que j’ai décrit précédemment, et ne vient pas s’alléger vers l’avant. Avec ce type de partenaire, il faut, avant de faire ce que j’ai dit ci-avant, il faut réfléchir à le faire flotter puis, tandis qu’il s’allège, faire le tsukuri ou le kake. Quant à cette façon de l’amener à flotter sur l’avant, afin qu’il ne s’en rende pas compte, soit je le pousse pour obtenir une réaction, soit je place la paume de ma main sur l’arrière de la ceinture et le pousse vers l’avant pour le faire flotter sans qu’il s’en aperçoive.

まず彼が自然本体で立っていると仮定せよ。我も自然本体の姿勢でいるとき右の腰を掛けるつもりならばなるべくその姿勢を崩さず我が右足を彼の右足の内側に併べて踏み我が腰の後部を彼の腰の前部に密着させるはもちろん我が背中も彼の胸部に密着させるのである。このとき我が足は彼の足の内側にあれば自然体の姿勢を保つとはいうものの勢い幾分か体が捩れ我の腰は彼の腰より幾分か低くなるわけである。昔の柔術家の中には腰投の場合には甚だしく腰を下げ体を曲げ我の背中と彼の胸部とは離し腰のみを密着させるように教えた人も往々あったようであるが、それはよろしくない。腰投の時手で彼の後帯を捉えて投げることも往々世間で遣るが原則としては手で帯を捉えてはならぬ。手は我が体が彼の体に接着すると同時になるべく深く先まで届くように彼の帯の辺に密接せしめて彼の体を抱くのである。手の働きは彼の体を引き上げるためではなく彼の体を我が体と附着せしめて我が体の働きがなるべく多く彼の体を支配し得るようにするためである。それから左の手(右の腰を掛ける場合と記憶せよ)は彼の右外中袖を順に捕るのである。まずこんな塩梅に我が体を作りながら我が姿勢はなるだけ真っすぐに立っているように心掛け腰の辺で心持彼を押すのである。そうすると彼は押された力の反動で心持前へ浮いて出てくる。その出てきた瞬間業を掛けるのである。しかし彼が一通り心得のあるものであると前にいうたように作ってしまうと用心して浮いて出てこない。それだけの相手であると前にいうたように作る前に彼を浮せる工夫をし浮き出すと同時に作りもし掛けもしなければならぬ。その浮し出す法は彼が気がつかぬように我より押し反動で出てくるように仕向けるか、我の手の平を彼の後帯の辺に当てておいて彼が気づかぬように前へ押して浮せるかするのである。