(jour 50) Conférence sur le jûdô Kôdôkan – 13 (1/4)

 

Traduction de travail par Yves Cadot de :
Kanō Jigorō. « Kôdôkan jûdô kôgi dai-jûsankai 講道館柔道講義 第十三回 (Conférence sur le jûdô Kôdôkan - 13) ». Kokushi 國士. Septembre 1901.

 

 

Passons maintenant à l’explication des balayages [ashibarai waza]. Les balayages sont des techniques que l’on a de nombreuses occasions de placer, que ce soit en combat réel ou lors de l’entraînement ordinaire. Mais, comme elles ne fonctionnent pas si l’on ne s’y exerce pas correctement, je souhaite que vous vous y exerciez autant que possible une fois bien assimilé ce que je vais expliquer ici.

Lorsque le partenaire avance, il le fera soit du pied droit, soit du gauche en premier. J’ai déjà dit que l’on peut porter ko uchi gari ou ko soto gari à l’instant où son pied est sur le point de recevoir la moitié du poids de son corps, et c’est dans une situation tout à fait similaire, quand son pied gauche avance vers la droite, ou son pied droit vers la gauche, que l’on porte un balayage. Pour le dire autrement, en règle générale, quand il avance son pied droit ou gauche, si c’est le droit, il l’avance à droite d’une droite qui passerait directement par son pied gauche et, si c’est le gauche, à gauche d’une ligne tracée dans l’axe du pied droit mais il arrive, selon certaines circonstances, que le pied gauche avance à droite de cette ligne, ou le pied droit à gauche. Dans cette situation, il perd physiquement la capacité de se soutenir à droite ou à gauche, et se retrouve dans une position dans laquelle il peut aisément tomber. C’est alors que je balaye en cherchant, si c’est le pied droit qu’il a avancé, à placer la plante de mon pied gauche légèrement en dessous de sa malléole externe à l’instant où, alors qu’il veut porter son poids sur ce pied avancé, il ne l’a pas encore totalement fait. Il tombe alors dans la direction dans laquelle il n’a plus d’appui. Balayer, c’est percuter fermement mais, au début, lors de l’entraînement, il faut plutôt s’exercer dans l’intention de pousser plutôt que de balayer. En réalité, si je pose bien ma plante du pied selon les règles, même si c’est au-dessus de la malléole externe, ce n’est pas si douloureux que cela pour aucun des deux mais comme, quand on n’est pas encore très habile, il arrive que je frappe de ma malléole interne sa malléole externe ou son tibia, mieux vaut balayer une fois suffisamment exercé. Si l’opportunité le permet, on peut le faire tomber même avec l’idée de pousser et non de balayer. Il convient de d’abord connaître la situation adéquate, puis de s’exercer à balayer.

これから足掃業を説明しよう。足掃業は真剣勝負の場合にも不断の稽古の時にもずいぶん掛ける機会のある業である。しかしよく練習をせぬと掛らぬからここに説くところをよく会得した上せいぜい練習しておくことが望ましい。

彼が前に進む場合には右なり左なりの足を先に出す。そのときその足に体の重みが半分乗ろうとするその瞬間小内苅とか小外苅とかいう業が掛るということは前に述べたが、ちょうど同じような場合でただその出た足が左なら右の方へ右ならば左の方へ踏み出してくるとき足掃が掛るのである。これをいい換えれば彼が右なり左なりの足を踏み出してくるとき通例は右足は左足より真っすぐ前に伸した線より右に踏み出し左足はまた右足より真っすぐに前に伸した線より左に踏み出すが、どうかした機勢[はずみ]で左足をその線より右に、右足をその線より左に踏み出すことがある。その時は彼の体は右または左の方に支える力を失って倒れやすい位置になっている。そこをその出た足に体の重みが乗り掛ってまだ本統に乗らぬ瞬間彼の足が右ならば我が左足の土不踏の当るように外踝の少し下の辺を目掛けて掃うのである。そうすると彼は支える力を欠いている方に倒れるようになる。掃うというは強く打つことであるが最初、稽古の時は掃うよりは押すくらいな心持で練習する方がよい。実際法則の通りに土不踏が彼の足に当れば、よしや踝の上を打っても双方別段痛みも感ぜぬが、未熟の向きはどうかすると我の内踝で彼の外踝だの臑[すね]などを打つことがあるから相応に練習が出来てから掃うがよい。場合さえよければ掃わなくも押すくらいな心持で掛けても彼を倒すことは出来る。第一適当の場合に掛けることを覚えて、それから強く掃うことを練習するのが順序である。