(jour 48) Conférence sur le jûdô Kôdôkan – 11 (5/5)

 

Traduction de travail par Yves Cadot de :
Kanō Jigorō. « Kôdôkan jûdô kôgi dai-jûikkai 講道館柔道講義 第十一回 (Conférence sur le jûdô Kôdôkan - 11) ». Kokushi 國士. Mai 1901.

 

 

Comme j’ai maintenant terminé de parler grossièrement de l’appellation des diverses parties du keikogi et de la façon de les saisir, nous voilà dorénavant armés pour l’explication des différentes techniques. Puisque j’ai déjà expliqué ko soto gari et ko uchi gari, je vais passer à hiza guruma. Considérons que nous sommes tous deux en shizen tai et que nous saisissons chacun de la main droite soit le côté gauche, soit le côté avant-gauche du revers. Et supposons que je saisisse l’extérieur médian ou l’inférieur médian de sa manche droite de ma main gauche. Alors, quand je le tire naturellement tandis que je recule mon corps, certainement avancera-t-il. S’il suit en préservant la posture shizen tai, je n’ai pas l’opportunité de porter une technique mais, la plupart du temps, il n’en va pas ainsi, et il le fait en pliant le genou de la jambe avancée tout en se voûtant légèrement. Dans une telle situation, j’applique légèrement ma voûte plantaire du pied gauche sur l’extérieur de l’avant de son genou avancé et, de ma main gauche, je tire naturellement en me cambrant tout en maintenant la saisie de ma main gauche sur son keikogi. Alors, son corps ne pouvant plus avancer en étant soutenu du fait de mon pied, et ce corps déstabilisé l’étant de plus en plus par ma traction, il ne peut bientôt plus le maintenir et il tombe. C’est ce qui s’appelle hiza guruma. Les trois points auxquels on doit le plus veiller dans cette technique sont qu’il ne faut non frapper ou cogner son genou du pied mais pousser extrêmement tranquillement, que ce qui tire son corps repose principalement sur la puissance de mon cambrement, que la pointe de mon pied qui vient en soutien dans la direction dans laquelle le partenaire est tiré soit non pas engagée vers l’intérieur mais ressorte sur l’extérieur. Comme on ne peut pas dès les premiers temps manier ainsi son corps dans les bonnes conditions, il faut, pendant les exercices, que les deux s’entraînent à être mutuellement tirés conformément à la technique et son principe.

これでまず一通り稽古衣の各部分の名称とこれを持つ持ち方の大体の話が済んだから各種の業を説明するため武器を得た。小外苅と小内苅とのことについてはすでに説明したから、これから膝車の話をしよう。まず彼我ともに右自然体に立合っていて互いに右の手で彼の左横襟ま

たは左前襟を持っている。左の手で彼の右外中袖なり右下中袖なりを持っていると仮定せよ。その場合に我が体を退けながら自然に彼を引くときは、彼は我に附いて進んでくるはずである。彼が自然体を維持しながら進んでくれば、我から業を掛ける隙がないわけであるが、往々そうはいかないで、少し跼[こご]みながら前に進んだ方を膝を折って附いてくる。そのようなとき我は我が左足の土不踏の辺を、彼の曲った膝の先へ外の方から柔らかに当て、我が左の手は彼の稽古衣を持ったまま、我が体を反らしながら自然に引く。すると彼の体は我が足で支えられて進むことが出来ず、崩れかかった体は我が引く力でいよいよ崩れついに維持しきれなくなって倒れる。これが膝車という業である。この業について最も注意すべきは、我が足先で彼の膝を蹴ったり打ったりするのでない、ごく静かに押すのであるということと、彼の体を引くのは主として我が体の反る力に因るということと、彼が引かれてくる方向を我が支えている足先より内に入らず外に出るようにするということとの三点である。最初からそう都合よく彼の体を扱うことの出来るものでないから、練習中は二人相互にわざと法に適うように引かれ合って稽古をするがよい。