(jour 42) Conférence sur le jûdô Kôdôkan – 10 (2/3)

 

Traduction de travail par Yves Cadot de :
Kanō Jigorō. « Kôdôkan jûdô kôgi dai-jûkai 講道館柔道講義 第十回 (Conférence sur le jûdô Kôdôkan - 10) ». Kokushi 國士. Avril 1901.

 

 

Si vous parvenez à vous déplacer conformément à cet exposé, c’est parfait mais, souvent, il n’en va pas ainsi. Supposons qu’il me tire et que je ne suive pas en déplaçant simultanément corps et pieds conformément aux explications précédentes, mais que je n’avance qu’un seul pied, droit ou gauche, puis que l’autre pied et le corps suivent, il y alors risque qu’il me porte une technique. La raison en est que si, lorsqu’il me tire, je n’avance qu’un seul pied sans que le corps et le pied ne suivent ensemble d’abord, je serai en déséquilibre lorsque je voudrai finalement avancer le corps et le second pied. Pendant un court instant, on ne se tient pas debout naturellement mais, comme il y a du poids sur le pied avancé, on peut éviter de tomber. Dans un tel cas, s’il accroche, de son pied positionné en forme de faucille, le talon de mon pied qui avance d’abord et le tire (de son pied gauche si j’ai avancé le droit, du droit si j’ai bougé le gauche), je ne peux faire autrement que chuter. Il faut bien sûr choisir l’instant de l’accroche. C’est le moment où il y a du poids dans mon pied avancé et que mon corps et mon pied arrière flottent alors que je veux les avancer mais ne l’ai pas encore fait, c’est-à-dire quand mon équilibre est perdu. Cette technique se nomme ko soto gari. C’est quand l’avant du pied avancé pointe vers l’intérieur, et que le talon est donc orienté vers l’extérieur, qu’elle est le plus facile à porter. Si, à l’inverse, les orteils sont orientés vers l’extérieur et le talon vers l’intérieur (le reste étant en tout point semblable à ko soto gari), on portera ko uchi gari. Dans ce cas, il en va ainsi que je l’ai expliqué mais, pour ce qui est de la manière de faire, si c’est moi qui porte la technique, à l’instant où son pied est avancé et qu’il est sur le point d’y mettre du poids en avançant son corps et son autre pied, j’oriente ma pointe de pied vers l’intérieur, je place exactement le creux du pied sur son talon, et je pousse dans l’axe de ses orteils (si c’est sur son pied droit, avec mon pied droit et avec le gauche sur son pied gauche). C’est là le principe mais il est important d’en maîtriser le timing. Comme cela peut faire mal quand on est en retard, mieux vaut pour les débutants, lorsqu’ils portent ces techniques, le faire dans l’idée d’être un tout petit peu en avance plutôt qu’exactement dans le temps. Une autre chose à laquelle il faut veiller pour ces techniques, est qu’il ne faut pas les réaliser simplement en puissance. Il faut s’appliquer à les porter, même tout légèrement, sans se tromper, ni dans le temps, ni dans la manière. Quand on ne pense dès le départ qu’à y mettre de la puissance, le corps ainsi que bras et jambes se raidissent et l’on se fourvoie et dans le timing, ni dans la manière. Avec de la pratique, on en vient à pouvoir les porter tant avec légèreté qu’avec puissance.

この講釈の通りに進退することが出来ればよいが、往々そうは行かない。今仮に彼が我が体を引いたとし、その時我は講釈の通りに体と足とを同時に動して、附いていかず、まず右なり、左なり一方の足だけを前に進め、それから他の足と体とがこれに附いて動くという場合があると、その時は彼の業が掛る恐れがある。なぜというに、彼から引かれたとき、最初体と足とが同時に附いていかず、一方の足だけが先に進むときは、いざこれから体と他の足が附いて進んでいこうとする際、我が体の平均が失われることになる。しばらくの間は体が自然に立っているのでなく、進んだ方の足に力が入っているため、ようやく倒れることを防ぎ得るのである。そのような場合には、彼が足先を鎌のように曲げて、我が先に出た足の踵の辺に引っかけて引くときは(我が右足が先に出たときは、彼の左足で掛け、我が左足のときは彼の右足で)、我が体は倒れるよりほかはない。もちろん掛ける時機は択[えら]ばなければならぬ。それは進んだ足に力は入った、後の足は体と共に浮いて前に進もうとする、しかしまだ進んでこない、すなわち体の平均は失われているというときである。この業は、小外苅と称えるのである。この小外苅という業は、先に出た足の爪先が内に向き、すなわち踵が外向いているときに掛りやすい。もしこれに反対して、爪先が外向いて、踵が内向いて出てきたときは(ほかはことごとく小外苅の場合とどうようであって)、小内苅という業が掛る。小内苅を掛ける場合は、今述べた通りであるが、その業を掛ける仕方は、我が掛ける方にあるとき、彼の足が出て、これからその足に力が入って、体と後の足が進んでこようという間際に、我が足先を内に返し、ちょうど土不踏が彼の踵にあたるようにして、彼の爪先の方に向けて押すのである(彼の右足に掛けるときは、我が右足で、左足に掛けるときは左足で)。理屈はまずこんなことであるが、掛けるには時機を得ることが大切である。とかく後れ勝ちになって掛け損ずるものであるから、初心の者がこれらの業を掛けるには、適当の時機より、少々早い目に掛けるくらいな心持でちょうどよいほどになる。またこれらの業について、注意しておくべきことは、ただ強くさえ業を掛ければよいというものではない。業は軽くかかっても、時機と掛け方とを誤らぬようにしなければならぬ。最初からただ強く業を掛けようとのみ思うていると、体も手足も固って時機を失い、方法を誤るものである。熟練してくれば、強くも軽くも自在に掛け得るようになる。