(jour 40) Conférence sur le jûdô Kôdôkan – 9 (10/10)

 

Traduction de travail par Yves Cadot de :
Kanō Jigorō. « Kôdôkan jûdô kôgi dai-kyûkai 講道館柔道講義 第九回 (Conférence sur le jûdô Kôdôkan - 9) ». Kokushi 國士. Octobre 1900.

 

 

Alors, les moyens de le déstabiliser sont extrêmement complexes. Ce n’est en rien uniforme et, parfois, il faut user de son déplacement, parfois du travail des bras. Mais, de façon générale, considérez que c’est par le déplacement de mon corps que je vais déséquilibrer le sien. Alors, comment me mouvoir ? Il me faut dans la mesure du possible conserver la posture shizen-tai et, pour le déséquilibrer vers l’avant, ou vers l’avant droit ou gauche, il me faut,, en maintenant une légère saisie de son keikogi, reculer légèrement un de mes pieds en même temps que mon corps (peu importe qu’il s’agisse du droit ou du gauche si je suis en shizen hontai, le gauche si je suis en migi shizen-tai, le droit si je suis en hidari shizen-tai), puis aussitôt ramener l’autre pied afin de maintenir une position adéquate pa rapport au pied qui a d’abord été déplacé. Le partenaire est alors déséquilibré dans l’une ou l’autre direction. Si ce n’est pas le cas, c’est qu’il a avancé en proportion de ce que je l’ai tiré ou bien résisté vers l’arrière (même s’il peut aussi arriver qu’il esquive latéralement). S’il est déséquilibré, c’est que j’ai déjà atteint mon but. S’il a avancé sans que sa posture ne soit déstabilisée, je peux soit tenter de le déséquilibrer par un même type de déplacement que précédemment, soit le fixer de nouveau en changeant mes mains. S’il n’avance pas mais, au contraire, résiste en sens opposé, c’est moi qui avance à sa suite. Si j’avance sans jamais briser ma posture, je peux le déséquilibrer dans la direction inverse à celle de mon intention première. S’il n’est pas déséquilibré, n’avance pas non plus, ne résiste pas en arrière mais s’échappe latéralement pour éviter mon attaque, je pousse ou tire dans l’une ou l’autre des directions en fonction de son déplacement. En somme, le déséquilibrer repose sur ces deux manières que sont pousser et tirer. Et alors, il me faut préserver parfaitement ma propre posture, qu’il s’agisse de shizen-tai ou jigo-tai, et, bien sûr, ne pas me déstabiliser moi-même ni être déséquilibré par l’autre.

さて彼を崩す手段については、なかなか込入っている。あるときは我が体の動き方で崩し、あるときは手の働きで崩すというふうで、決して一様ではない。しかし大体においては我が体の動き方で、彼の体を崩すものと心得ておらねばならぬ。さらば我が体をどう動したらばよいかというに、我が体はできるだけ自然体の姿勢を失わぬようにし、彼を前に崩すときも、前右横なり、前左横なりに崩すときも彼の稽古衣を軽く持ったまま、我が一方の足を体と共に少し後に下る(自然本体のときは左右いずれにても、右自然体のときは左足、左自然体のときは右足とす)、そうしてただちに他の足を先に下った足に対して、適当な位置を保たせるように引き寄せる。そうすると彼はいずれかの方向に崩れる。崩れなければ前へこちらが引いただけ進んでくるか、または後へ引き反すかする(ある場合には横に避けることもあるけれども)。彼が崩れてくればすでに目的に達したのである。彼が姿勢を崩さず、前へ進んでくれば、我はさらに前と同様な動き方をして、彼を崩そうとするか、さらに手を変えて掛るかする。もし彼が前へ進んでこず、反対に引きつけようとすれば、我は彼について進んでいく。我はあくまで我が姿勢を崩さず、進んでいけば、彼を前に我が崩そうと思うた方向と反対の方向に崩すことが出来る。もし彼の体が崩れもせず、進みもせず、引き反しもせず、横に体をかわして、こちらの攻撃を避けるときは、彼がそのときの動きかたに応じて、いずれかの方向へ押すか引くかする。結局彼を崩すには押すと、引くとの二つの方法に依るのである。そうして、我は自然体でも、自護体でもよいが、自分の姿勢を正しく維持して自分から崩さぬはもちろん彼に崩されぬようにしなければならぬ。