(jour 37) Conférence sur le jûdô Kôdôkan – 9 (7/10)

 

Traduction de travail par Yves Cadot de :
Kanō Jigorō. « Kôdôkan jûdô kôgi dai-kyûkai 講道館柔道講義 第九回 (Conférence sur le jûdô Kôdôkan - 9) ». Kokushi 國士. Octobre 1900.

 

 

Supposons d’abord qu’il se tienne en shizen-tai, sans forcer ni sur l’avant ni sur l’arrière. Alors, lorsque je le pousse sur la poitrine rien qu’avec la force de mes doigts, il va forcément se trouver en limite de déséquilibre arrière (à moins qu’il ne change la position de ses pieds pour se maintenir). Pour s’opposer à cela, il doit nécessairement résister à la force de mes doigts par celle de son corps et repousser vers l’avant. Si, alors qu’il veut mettre de la force vers l’avant, soit je le pousse par l’arrière, soit le tire par devant, il ne fait aucun doute qu’il pourra tomber en avant plus facilement encore que lorsqu’il ne donnait pas cette énergie. De même lorsque, à l’inverse, je le pousse par derrière d’un seul doigt vers l’avant, il tombera dans cette direction à moins qu’il ne repousse vers l’arrière avec la force de son corps. Si, de mon côté, je le pousse par devant au moment où il est sur le point de mettre de la force vers l’arrière dans l’intention de résister, je peux le faire tomber d’un seul doigt. Ainsi, il peut résister convenablement dans la direction où je mets de la force mais il est alors certain que, du côté opposé, il n’applique aucune force. Et si j’attaque là, je peux facilement le faire tomber.

En expliquant de la sorte, il peut tomber parce qu’on a convenu qu’il ne bougerait pas ses pieds mais certainement vous dîtes-vous que s’il peut esquiver en bougeant ses pieds, il n’a pas à s’inquiéter d’être renversé d’un doigt. Et, effectivement, je ne peux pas le faire tomber si facilement s’il peut réagir en déplaçant ses appuis. Toutefois, je dois vous dire que c’est possible en poussant un peu plus loin le principe.

まず彼が自然本体になって、立っており前へも後へも力を入れずにいると仮定せよ。そのとき我は指先だけの力ででも、彼の胸を押すときは、彼は必ず後に倒れるに極[きま]っている(両足の位置を変えて維持しさえせねば)。これを防ごうと思えば、彼は必ず体の力で指の力に抵抗して、前へ押し反[かえ]さなければならぬ。もし彼が前へ力を入れてくれば、これを後から押すか前から引くかすると力を入れずにおったときより一層容易く前へ倒れるに相違ない。またこれに反して後から一本の指で前へ押すときは、体の力で後へ押し反さぬ以上は前へ倒れる。後へ押し反そうとして彼が力を入れれば、我はこれを前から押す、そうすると一本の指ででも倒すことが出来る。こんなわけであるから彼が力を入れている方向にはその人相応の抵抗はなし得るようなもののその反対の側には、必ず力の入っておらぬところがある。そこを攻めれば容易く倒せるわけである。

こう説明すると、それは足を動さぬという約束だから倒れるが、足を動しながら逃げれば一本の指などで倒される気遣はない、というものがあるだろう。それはいかにもそうで足を動して逃げ出せば、そう容易く倒すことは出来ぬ。しかしそこにまた理窟を押していけば倒せる道理があるということを話しておかなければならぬ。