(jour 28) Conférence sur le jûdô Kôdôkan – 8 (4/6)

 

Traduction de travail par Yves Cadot de :
Kanō Jigorō. « Kôdôkan jûdô kôgi dai-hachikai 講道館柔道講義 第八回 (Conférence sur le jûdô Kôdôkan - 8) ». Kokushi 國士. Mai 1900.

 

 

Il s’agit maintenant de parler de l’endroit où poser le regard et, à part dans quelques cas spécifiques, les yeux ne doivent pas être fixés sur un endroit particulier. Il me faut voir l’entièreté du partenaire. Si l’on regarde un point particulier, on ne perçoit pas les changements hors de cette zone. Les changements dans le randori de judo peuvent être soit soudains, soit progressifs. Les premiers sont faciles à percevoir même si notre regard est concentré sur une seule partie mais, pour les seconds, ils seront difficiles à déceler si on n’a pas une vision d’ensemble. Il est quelque chose que les anciens disaient aussi à propos du regard dans le combat de jûjutsu : « en combat, on doit regarder l’ennemi comme on observe un grand arbre de loin ». Cela veut dire que si on a une vision globale, on comprend naturellement les changements dans les parties. Que la vision ne soit pas concentrée localement signifie que, à la place d’un regard constamment équilibré qui ne se focalise pas sur une partie, on peut le porter vers un point particulier par extraordinaire en cas de nécessité. Il en va de même pour ce qui est de la force dans le corps ou les membres : il faut en permanence se relâcher, et ne mettre de n’en placer ni dans le corps dans son ensemble, ni dans ses parties. Ainsi, lorsque c’est nécessaire, on peut mettre une force suffisante là où il y en a besoin. Dans la situation où, l’objectif établi, on introduit de la puissance, la transférer rapidement pour un autre but nécessite de d’abord se relâcher là où on l’avait placée avant de la réintroduire ailleurs. Ceux qui n’en ont d’abord pas exprimé peuvent donc plus facilement exprimer prestement de la puissance. Aussi peuvent-ils rapidement utiliser leur force conformément à leur intention. C’est pourquoi mettre de la puissance dès le début est néfaste. En épuiser par trop rend le travail lent.

それから眼の着けどころであるが、眼はある格段の場合のほかは、特に一と所のみを見ておってはならぬ。彼の全体に眼を注いでおらねばならぬ。局所に眼を着けているとその着眼以外の変化が分らぬ。柔道乱捕の変化は、急遽の変化と、徐々の変化とがある。急遽の変化は一局部のみに着眼しておっても分りやすいが、徐々の変化は全体に着眼しておらぬと分りにくい。古人も柔術勝負の際着眼のことについていうたことがある。「勝負のとき敵を見るは遠方より大木を見るがごとくすべし」と。その意味は全体に眼を着けていれば、その局部における変化が自然と分るということである。かく眼を局部に注がぬということは、不断は平均に眼を注ぎ、一部分を見詰めておらぬ代りに、必要のときは格段なる、注目を一か所に対してなし得るということになる。体または手足の力も同様で、不断は力を抜いて全体にも局所にも力を入れておらぬがよい。そうすると必要のあるときは、その場所に十分の力を入れることが出来る。一度ある目的をもって力を入れている場合に、ほかの目的のために急に力を入れ換えることは、一度入れた力を抜き、さらに入れ直すわけになる。最初力を入れておらぬものが、急に力を出す方がしやすいわけである。それで早く意のごとく力を用うることが出来ることになる。そのような訳であるから、始めから力を入れていることは損である。よけい草臥もすれば働きも遅くなる。