(jour 26) Conférence sur le jûdô Kôdôkan – 8 (2/6)

 

Traduction de travail par Yves Cadot de :
Kanō Jigorō. « Kôdôkan jûdô kôgi dai-hachikai 講道館柔道講義 第八回 (Conférence sur le jûdô Kôdôkan - 8) ». Kokushi 國士. Mai 1900.

 

 

Pour ce qui est de la distance entre les partenaires au moment du salut, il n’y a pas de règle fixe mais un bon critère est, lorsque l’on est debout, de se placer à une distance égale à la moitié de la taille cumulée des deux partenaires. Par exemple, lorsqu’une personne de 1,60m et une autre de 1,68m se font face, ils doivent se placer à une distance de 1,64m de talons à talons, une personne de 1,55m et une autre de 1,79m se saluent, ils doivent se tenir à 1,67m de talons à talons. La raison pour laquelle c’est un bon intervalle pour commencer le randori, c’est que quand nous sommes à cette distance, lorsque nous nous relevons après avoir salué, tandis que nous nous apprêtons mutuellement à entrer en contact pour combattre en nous saisissant les mains ou le keikogi, cela se fait bien si chacun avance d’un pas et, si l’un avance en voulant tout de suite venir au contact mais que l’autre ne veut pas, il lui suffit de reculer d’un pas pour l’éviter. On doit offrir ce minimum de confort.

礼をするとき、彼我の距離については、確然たる定めもないが、標準としては、立ったとき相互の間に彼我の身長を加え、これを二分しただけの距離のあるようにしたがよい。たとえば、五尺三寸の人と、五尺五寸の人と、相対して立っているとき、彼の踵から我の踵まで五尺四寸の距離あり、五尺一寸の人と五尺九寸の人と相対して立っているとき、彼の踵と我の踵と五尺五寸隔っているというような割合である。なぜそのような距離におって乱捕を始めることがよいかというと、彼我の間にそれほどの距離があると、礼をして後互いに立ちあがり、双方手なり稽古衣なりを掴み、相接して戦おうと思えば、互いに一歩ずつ進みさえすればよく、一方がすぐに接して戦おうと思うて、前進してきても、他の方がその場合に相接することを好まなければ、一歩退けばこれを避けることが出来る。これだけの便宜は与えておかなければならぬ。