(jour 25) Conférence sur le jûdô Kôdôkan – 8 (1/6)

 

Traduction de travail par Yves Cadot de :
Kanō Jigorō. « Kôdôkan jûdô kôgi dai-hachikai 講道館柔道講義 第八回 (Conférence sur le jûdô Kôdôkan - 8) ». Kokushi 國士. Mai 1900.

 

 

J’arrête là le préambule et vais maintenant entrer dans le vif du sujet et, pour ce qui est du randori, comme en règle générale nous sommes deux, un partenaire et moi, pour ce qui est d’exprimer le comportement mutuel des deux, il va me falloir répéter souvent soit « le partenaire » soit « moi ». Alors, comme c’est à la fois plus simple et plus pratique d’utiliser « il / lui / l’autre » pour le partenaire et « je / moi » pour ce qui me concerne, c’est ce que je ferai dans cet exposé.

Quand on est sur le point de commencer les randori, il faut d’abord se saluer mutuellement. Pour ce qui est de la position, les moins avancés ou le moins gradé des deux [NDT : shimoseki] se placent côté shimoseki du dojo et font face au jôseki et, les avancés ou le plus haut gradé, doivent se placer en regard pour saluer et, pour ce qui est de la façon de faire, chacun a les orteils relevés, les deux genoux et les deux mains sur le tatami, et baisse la tête jusqu’à hauteur des épaules. Entre maître et disciple, ou encore quand il y a une grande différence de dan, le supérieur peut partiellement simplifier le salut en ne posant pas forcément les deux genoux sur le tatami, en ne baissant pas nécessairement la tête jusqu’à la ligne des épaules. En revanche, les deux mains doivent absolument être posées sur le tatami.

前置きはまずこれだけにしておいてこれから実地のことについていおうが、乱捕は通例一人の相手と自分と二人でするものであるから、その二人相互の挙動をいい表すについて、相手とか自分とかいうことを幾度も繰返さねばならぬ。そこで相手のことを彼といい、自分のことを我という方が、一層簡単で便利であるから、これの講義では相手を彼といい自分を我ということにしよう。

いざこれから乱捕を始めようというときに、まず二人とも互いに相対して礼をすべきである。その位置は後進者または下席のものは道場の下席より上席に向き、先進者または上席のものはこれに相対したる位置にあって礼をするはずで、そうしてその礼の仕方は互いに両足は爪立ち、両膝と両手とは畳に附け、頭を肩の高さまで下げるのである。彼と我が師弟の間柄、または数段懸け隔るほど優劣のある場合には、一方は礼を幾分か略し、必ずしも両膝を畳に附けず、頭を肩の高さまで下げずともよい。けれど両手は必ず畳に附けなければならぬ。