(jour 19) Conférence sur le jûdô Kôdôkan – 5 (3/4)

 

Traduction de travail par Yves Cadot de :
Kanō Jigorō. « Kôdôkan jûdô kôgi dai-gokai 講道館柔道講義 第五回 (Conférence sur le jûdô Kôdôkan - 5) ». Kokushi 國士. Novembre 1899.

 

 

Je vais maintenant dire un mot à propos du keikogi. Ce qui est ordinairement nécessaire en randori sont ces trois éléments : veste, pantalon et, comme accessoire à cela, une ceinture. Bien sûr, comme, quand on se trouve pris dans une rixe, on ne choisit pas les vêtements que l’on porte et cela peut même arriver quand on est nu, il n’y a aucune raison de choisir absolument un keikogi déterminé pour l’entraînement mais, d’un autre côté, pendant la pratique, comme il faut au maximum éviter la blessure et veiller à l’hygiène, et que, dans le même temps, il faut et considérer les aspects pragmatiques et penser à l’apparence extérieure comme à l’aspect financier, je pense qu’il n’est certainement pas inutile de se baser autant que possible sur cela et de présenter un keikogi standard prenant tout cela en compte. Si j’en donne les grandes lignes, pour la veste, on prendra des kimonos de dessous doublés [NDT : awase juban] à manches serrées en coton blanc (on peut en superposer jusqu’à trois au niveau du buste sans que cela ne gêne) en les cousant serré de fil blanc sur l’ensemble depuis les hanches et vers le haut. Quant à la longueur, elle descendra de 3 à 6 cm sous le genou et, comme pour le kimono ordinaire, on le croisera devant et fermera d’une ceinture. Pour la largeur, elle doit couvrir tout l’abdomen de façon à ce que chaque pan atteigne la couture du flanc et, en ce qui concerne les manches, leur longueur sera telle que, bras plié, elles dépassent le coude de 3 à 6 cm et leur largeur telle qu’en plus du bras qui l’occupe, on pourra y rentrer le poing entier de l’autre main. Quant au pantalon, il sera aussi de coton blanc et il en existe deux types, long et court, mais, pour le premier, il est généralement doublé, à la fourche ample, et lié devant par un cordon. Il me semble bien que, pour la longueur, il arrive environ entre le genou et la malléole. Pour le court, la confection est globalement identique et tel que l’on puisse y substituer un caleçon à l’occidental, pour une longueur correcte s’il arrive à mi-cuisses. Il est bon que cela soit uni pas trop inconfortable. Pour ce qui est de la ceinture, elle doit bien sûr être de coton blanc très épais replié cinq à six fois et cousu dans le sens de la longueur entre quatre et six fois. Pour la longueur, cela dépend de la corpulence de chacun mais il faut pouvoir la nouer après avoir fait deux tours.

次に稽古衣のことについて、少しいうておこう。稽古衣は、上衣と、下穿[したばき]と、その附属品として帯との三種が普通の乱捕に必要のものである。もちろん勝負を決する場合は、裸体であるときも、どんな着物を着ているときも択ぶことはないから、したがってその稽古も必ずしも一定の稽古衣を要する訳はないようなものであるけれども、一方には修行中、なるべく怪我を避けなければならぬ、衛生上の注意もしなければならぬ、また一方よりは修行上の便利も図らなければならぬ、外観も経済上のことも考えなければならぬ、してみるとこれらの点を考えて一定の稽古衣を示しておいて、なるべくこれに拠らしむることは無用のことであるまいと思う。ここにその大略をいうておこうが、上衣は白木綿の筒袖[つつそで]、袷襦袢[あわせじゅばん](腰より上を三枚にするも差支なし)にして、腰より上全体を白糸をもって細かく刺したるものである。襦袢の長さは膝より一、二寸下に達し、普通の襦袢のように前を合せ帯をもって締めるのである。そうしてその幅は左右とも腹部の全体を覆い、両端とも脇の縫いめに達するようにし、筒袖の長さは腕を曲げたとき肘より一、二寸先に出るくらいとし、その太さはその筒袖を通した腕のほかに他の手の拳を入れていっぱいになるほどのものを適当とするのである。そうして、下穿はやはり白木綿で拵え、長いのと短いのと二種を用うるが、長いのは通例袷にして、股引[ももひき]を緩く拵えて前で紐で結ぶようにしたのである。その長さは膝と踝[くるぶし]との中間くらいに達するを適当と思う。短いのも大体の拵え方は同じだが、西洋褌[ふんどし]をもって代用することも出来るくらいなもので、長くも股[また]の中間に達するほどあればよい。これは一重にしてあまり窮屈でないように拵えておくがよい。それから帯であるが、これはやはり白木綿のごく地の厚いので、五つ折または六つ折にして、白糸をもって竪に四通り以上六通り以下くらい刺したのである。その長さは人々の胴の廻り次第で異なるわけであるが、まず二つ廻って結べるようになればよいのである。