(jour 18) Conférence sur le jûdô Kôdôkan – 5 (2/4)

 

Traduction de travail par Yves Cadot de :
Kanō Jigorō. « Kôdôkan jûdô kôgi dai-gokai 講道館柔道講義 第五回 (Conférence sur le jûdô Kôdôkan - 5) ». Kokushi 國士. Novembre 1899.

 

 

Je souhaiterais que cette conférence soit aussi facile à comprendre que possible mais comme cela ne remplacera les explications adaptées au cas par cas d’un professeur en chair et en os, il est souhaitable que vous recouriez autant que possible à un bon enseignant tout en vous référant à la transcription de cet exposé. C’est pourquoi un professeur est ce qui importe en premier mais, ce qu’il faut en second, est un dojo. Non qu’on ne puisse pratiquer le judo sur du sable ou de l’herbe mais le plus adapté est de le faire sur les tatamis. Comme, si un revêtement en tatamis est par trop fin, c’est dur et peu pratique, je pense que 8 ou 9 épaisseurs, c’est bien. Il faut utiliser pour la surface un tissage Ryûkyû solide et, pour ne pas que cela s’use de long temps, il faut le fixer par du fil entre 10 et 15 en faisant en sorte que celui-ci ne dépasse pas trop en surface. Pour ce qui est de la superficie du dojo, même s’il est possible de faire avec moins si on n’a pas le choix, il est bien d’avoir 4 à 6 m2 pour un couple. Mais cela passe avec plus étroit si plusieurs couples s’entraînent en même temps. En particulier lorsque le superviseur est bien vigilant et que l’on s’entraîne entre personnes habituées, on peut le faire à un assez grand nombre en un espace réduit. Lors du kangeiko au Kôdôkan, par exemple, 30 couples en général et, jusqu’à 40 lorsque nous sommes nombreux, pratiquent dans le dojo de 100 tatamis et je n’ai pas souvenir qu’il y ait eu particulièrement de blessures de ce fait. Mais s’entraîner dans une proportion de deux couples sur 20 tatamis, 3 sur 30 tatamis, est ce qu’il y a de moins dangereux. Il faut ensuite faire attention au plancher et aux solives. Si le plancher est en pin, on prendra du 2cm et, si c’est du cèdre, environ 3cm, et donc solide mais dans les dojos aux solives fines, mieux vaut, au contraire, un plancher pas trop solide. Lorsqu’il s’agit d’un vaste dojo et qu’il y a nécessité à ce que les solives soient épaisses, il est bon de volontairement séparer de 1,5cm à 2cm solives et plancher par endroits. Ainsi, comme la planche se déforme lorsque l’on chute à cet endroit, cela permet de ne ressentir que peu de douleur physique. Enfin, pour ce qui entoure le dojo, je pense qu’il est bon de prendre du lambris de pin de 2cm ou de cèdre de 3 cm environ. Toutefois, comme il est en fait peu pratique de lambrisser des quatre côtés, on essaiera de se contenter de deux ou trois seulement. Simplement, il faut faire en sorte qu’il n’y ait de danger d’aucun côté. Je m’arrête là pour ce qui est de l’équipement du dojo mais il faut que le ménage y soit bien fait en permanence et qu’il n’y ait pas de poussière. Il ne faut pas non plus qu’il y ait le moindre espace entre les tatamis et de bien les réparer s’ils sont abimés afin qu’il n’y ait pas de danger.

この講義は、出来るだけ分りやすくしていくつもりであるけれど、生きた師匠が時々の場合に応じてする講釈の代りにはならぬから、この講義の筆記を見ながら出来うべきだけ良い師匠の指導を受けることは願わしく思う。それゆえ師匠は第一に必要であるが、次に必要なるは、道場である。柔道の修業は、砂の上でも芝の上でも出来ぬことはないが、最も適当なのは畳の上である。畳の床はあまり細かくさしたのは堅くて不便ゆえ八通りか九通りくらいを適当と考う。表は琉球表のなるべく丈夫なのを用い、これを久しく損じないようにするには、十通り以上十五通り以下くらい畳糸をもって綴じ附け、そうしてその糸は畳の表にあまり多く出でおらぬようにするがよい。道場の広さは、その以下の広さでも強いてしてできぬことはないけれど、一組の稽古のために二間に三間以上の広さを要する都合である。同時に、幾組も稽古をするときは割合に狭くとも済むものである。ことに指揮監督がよく行届き、慣れたものが集って稽古をするときは、狭いところでずいぶん多人数の稽古もできる。講道館本館の寒稽古の時のごときは、百畳の道場に、大抵三十組、多い時は四十組も稽古することがあるけれど、それがために別段怪我が出来たようにも覚えぬ。しかし二十畳に二組とか三十畳に三組とかの割合で稽古しているのが、一番危げがない。それから根太と地板との注意である。地板の板は松ならば六分、杉ならば板割くらいで、丈夫の方がよいが、根太は狭い道場ではあまり丈夫でない方がかえってよい。広い道場であって、根太の木を太くする必要のある場合には、ことさらに地板と根太との間をところどころ五、六分も離しておくがよい。そうするとそのところに倒れた時、板が撓[たわ]むため、身体に苦痛を少なく感ずる利益がある。最後に道場の周囲のことであるが、周囲は通例松ならば六分、杉ならば板割くらいの厚きの羽目をもってするを適当と考える。しかし四方ことごとく羽目にしておくときは、実際不便であろうから、便宜のため二方なり三方なりだけを羽目にしておいてもよい。ただ周囲すべてなるだけ危険のないようにしておくことが必要である。道場の拵え方はこれくらいな話で止めておこうが、この道場は平素掃除をよくし、塵の立たぬようにしておかねばならぬ。また畳の敷き合せに決して隙の出来ぬようにし、また畳の損じは怠らず繕うて、危険のないようにしておかねばならぬ。