(jour 8) Conférence sur le jûdô Kôdôkan – 2 (5/5)

 

 

Traduction de travail par Yves Cadot de :
Kanō Jigorō. « Kôdôkan jûdô kôgi dai-nikai 講道館柔道講義 第二回 (Conférence sur le jûdô Kôdôkan - 2) ». Kokushi 國士. Décembre 1898.

 

 

La seconde de ces raisons est que comme le jûjutsu était en plein déclin au moment où j’ai commencé à enseigner le jûdô, parmi les professeurs de jûjutsu, nombreux étaient ceux qui, perdant leur dignité passée, en étaient venus à divertir les gens contre droits d’entrée en proposant des combats accompagnés de leurs disciples ou autres, ou qui faisaient spectacle public payant de combats contre des lutteurs de sumô. En Occident, par exemple, il arrive fréquemment que l’on demande de l’argent au public pour assister à un discours et, si cela avait été fait dans cet esprit, cela n’aurait certainement pas entraîné le mépris des gens, mais comme il s’agissait de faire montre d’un art qu’on avait transformé en objet de divertissement pour une foule avide de distraction contre rémunération, il en était naturellement venu à s’attirer la mésestime.

Comme cela ne se fait plus aujourd’hui, la génération actuelle a sans doute du mal à s’imaginer telle époque mais c’était au point que, alors, je me suis dit que si je commençais à enseigner sous le nom de jûjutsu, les classes sociales supérieures en éprouveraient de l’aversion. J’ai donc décidé de parler de jûdô et de ne pas recourir à l’appellation jûjutsu. La raison pour laquelle je l’ai appelé jûdô Kôdôkan est que je voulais clarifier le fait qu’il s’agissait du jûdô enseigné dans un dôjô du nom de Kôdôkan qui différait de celui de l’école Jikishin ou autre. C’est pourquoi le véritable nom de ce que j’enseigne est jûdô Kôdôkan. Toutefois, comme pratiquement personne ne connaît le jûdô de l’école Jikishin, les gens en sont rapidement venus à considérer que, quand on dit seulement « jûdô », il s’agit du jûdô Kôdôkan. Et, depuis que j’ai commencé à employer le mot jûdô au Kôdôkan, on en est arrivé à ce que l’on appelle communément jûdô ce qui était jusque-là baptisé jûjutsu ou bien taijutsu. Mais comme on ne peut pas dire que le mot jûdô n’existait absolument pas auparavant et que je ne veux pas qu’on me reproche de l’avoir usurpé pour l’usage exclusif du Kôdôkan sous prétexte que, de la même façon que l’on parle aussi de kendô pour le kenjutsu, on se rait mis à appeler jûdô le jûjutsu, il convient, pour faire la distinction avec les autres écoles de jûjutsu, et même si c’est long, de parler de jûdô Kôdôkan.

Pour les raisons évoquées, le jûdô Kôdôkan est assurément le résultat de mon étude sur la base du jûjutsu d’autrefois mais, depuis le début, clairement, il s’agit d’une science indépendante ayant pour objectifs imbriqués la pratique du combat et le renforcement de l’esprit comme du corps, et n’est pas une école du jûjutsu ancien. C’est ce que je tenais à préciser en préambule et, à partir de la prochaine fois, je commencerai à traiter du jûdô Kôdôkan en lui-même.

二つのうち、今一つの訳は、自分が柔道を講じ始めた時分は、世間では柔術がごく廃っておった時であったから、多数の柔術の先生の中には、従来の見識を失い、門人等を引き連れ、いろいろ組合せを作り、木戸銭を取って興行する人も出来、力士と組合せをして見世物同様に、銭を取って人に見せるというような人も出来た。西洋などでは、入場料を取って公衆に講義を聴かせることなどは多くあることだが、そのような精神でなすならば、決して世人は賤しめはしなかったろうが、銭をもって娯楽を買うつもりで見にくる公衆のために、娯楽の目的物となって芸を演ずるというようなふうであったから、自然他人の軽侮を受けるようになってきた。今日では、そのようなことがないから、今の人は自分がその時思うたほどには考えまいが、当時は柔術という名で教え始めては、上流の人は嫌がるであろうと思うほどであった。それで柔術という名称を用いないで、柔道ということにしたのである。なぜ講道館柔道としたかというに、直信流などとは違う講道館という道場で講ずる柔道であるということを明らかにするためである。それゆえ、自分が教えるところの柔道の真正の名は、講道館柔道というのである。しかし直信流柔道ということは、あまり世間で知る人もないから、単に柔道というと、講道館柔道のことと一時は世間の人も見倣すようになってきた。しかるに講道館で柔道という言葉を用うるようにし始めてより、世間では、これまで柔術とか体術とか称えきたった従来の柔術をも往々柔道と称えるようになってきた。しかしこれまで全く柔道という言葉がなかったのでなし、また剣術のことを剣道ともいうからは、柔術のことを柔道といったとて、あながち講道館専有の名を奪ったといって咎[とが]めるわけにもいかないから、やはりほかの柔術諸流と区別していうときは長くても講道館柔道といわなければならぬ。

段々と述べきたったような訳であるから、講道館柔道というものは、昔の柔術を基礎として研究した結果として出来たものには相違はないが、初めから明らかに勝負の修行と、心身の鍛錬とを合せて目的とした一種独立の学問であって、昔の柔術の一流ではない。これだけを緒言として述べておいて、この次から、講道館柔道の本体についての講義を始めるつもりである。