(jour 6) Conférence sur le jûdô Kôdôkan – 2 (3/5)

 

 

Traduction de travail par Yves Cadot de :
Kanō Jigorō. « Kôdôkan jûdô kôgi dai-nikai 講道館柔道講義 第二回 (Conférence sur le jûdô Kôdôkan - 2) ». Kokushi 國士. Décembre 1898.

Alors, tandis que je pratiquais et faisais des recherches ainsi que je l’ai expliqué, le jûjutsu était vraiment quelque chose d’intéressant et, dans un monde qui a rejeté le sabre comme aujourd’hui, non pas seulement bénéfique pour le combat, mais également vraiment bon pour le corps (à ce moment-là, comme conséquence de ma pratique du jûjutsu, j’avais fait l’expérience d’une transformation physique totale par rapport à mon enfance). De plus, j’en étais arrivé à ressentir profondément qu’il n’est pas juste intéressant mais que c’était une pratique vraiment efficace pour le renforcement de l’esprit et du corps. Et c’est pourquoi m’est venue l’idée que je voulais le diffuser largement. Cependant, comme à l’origine le jûjutsu n’est pas apparu dans un but d’éducation physique ou d’éducation intellectuelle et morale mais a été conçu pour le combat, c’est naturellement qu’il est devenu éducation physique, éducation intellectuelle et morale, et c’est pourquoi pour le diffuser largement de nos jours, il était nécessaire d’y adjoindre encore quelques idées. Et j’en suis venu à penser que, même en tant que méthode de combat, comme les écoles d’autrefois avaient chacune leurs forces et faiblesses, il serait bien d’en prendre tous les points forts, et de recomposer l’ensemble. Alors, je pris tous les avantages dont j’avais pu avoir connaissance, j’y ajoutai mes propres idées et inventions, et je décidai d’une méthode et d’une progression avec un objectif qui ne se limiterait pas seulement à l’affrontement mais qui allierait et le renforcement de l’esprit comme du corps, et la pratique du combat. Et c’est le jûdô Kôdôkan. La raison pour laquelle je l’ai appelée jûdô et non jûjutsu, c’est que ce que je propose n’est pas seulement la technique [NDT : jutsu], que j’en traite, certes, mais que c’est principalement le principe [NDT : ]. Aujourd’hui, les gens parlent de jûdô pour le jûjutsu mais, jusqu’à ce que je commence à expliquer le jûdô, ce mot n’était utilisé qu’extrêmement rarement à l’exception de l’école Jikishin qui ne disait pas jûjutsu mais jûdô. C’est donc dans l’intention de me distinguer des écoles de jûjutsu ordinairement pratiquées que j’ai volontairement opté pour ce terme qui n’était qu’exceptionnellement employé. Et, la raison pour laquelle je n’ai pas usé d’un mot entièrement nouveau, c’est que si cela aurait été pertinent en ce que le jûdô Kôdôkan que j’enseigne a un but plus large comparé aux écoles de jûjutsu d’autrefois, et que sa méthode de pratique diffère en de nombreux points, mais comme c’est quelque chose qui est né en se basant globalement sur ce que nous ont apporté les maîtres qui nous ont précédés, le nommer d’une façon totalement nouvelle ne me satisfaisait pas.

さて今まで段々述べたようにして修行もし研究もしておったうちに、柔術というものは、なかなか面白いものである、今日のように廃刀の世の中では、勝負の修行として有益であるばかりでなく、身体のためにも非常によい(当時自分は柔術の修行の結果として幼少の時に比して体格全く一変したことを実験した)。また単に面白いのみならず、心身鍛錬の上によほど効能のある修行であるということを深く感ずるに至った。それゆえ、これを広く世に行われるようにしたいという考えを起した。しかし元来柔術は体育または智徳の教育を目的として起ったものではなく、勝負のために工夫したものが、自然体育にもなり、智徳の教育にもなるようになったのであるから、今日これを広く行われるようにするには、さらに幾分かの工夫を加えることが必要である。また勝負の方法としても、昔の諸流はおのおの長短があるから、諸流よりすべてその長所を取り、新たに組立て直したがよかろうと考えるに至った。そこで諸流につき自分が知り得ただけの長所を取り、さらに自分の工夫発明を加え、目的を単に勝負のみに止めず、心身の鍛錬と勝負の修行とを合せて目的として、一種の修行の方法と順序とを定めた。これがすなわち講道館柔道である。なぜ柔術といわず、柔道と称えるのかというと、自分の説くところは、単に術ではない、術も講ずるが、主とするところは道である。今日では人々が柔術のことを柔道柔道というようになったが、自分が柔道を講じ始めた時分までは、柔道という言葉は、直信流という流儀で柔術といわず、柔道というた、その他はごくごく稀にしか用いられておらなかった。それで自分は普通世に行われている柔術諸流と区別するつもりで、ことさらに稀にしか用いられおらぬ言葉を採ったのである。またなぜ全く新たな名を用いなかったかというに自分の講ずるところの講道館柔道は、従来の柔術諸流に比して目的も広くなっているし、修行の方法も幾分か違っているから、新たに名を附けてもよいわけだけれど、大体は先師より授けられたことに基づいて出来たものであるから、全く新しい名を附けることは、好まなかったのである。