(jour 4) Conférence sur le jûdô Kôdôkan – 2 (1/5)

 

 

Traduction de travail par Yves Cadot de :
Kanō Jigorō. « Kôdôkan jûdô kôgi dai-nikai 講道館柔道講義 第二回 (Conférence sur le jûdô Kôdôkan - 2) ». Kokushi 國士. Décembre 1898.

Qu’il y ait eu une grand nombre d’écoles et branches de jûjutsu, j’en ai déjà parlé précédemment mais, parmi celles-ci, avant la Restauration [NDT : 1868], les trois qui étaient les plus en vogue à Edo [NDT : ancien nom de l’actuelle Tokyo avant 1868] étaient les écoles Tenjin shin.yô, Yôshin, Kitô. A l’échelle de tous les fiefs, en plus de ces trois-là, les écoles qui rassemblaient de loin le plus grand nombre de pratiquants étaient certainement la Sekiguchi, la Shibukawa, la Take-no-uchi, la Kyûshin, notamment. Dans le tumulte de la Restauration, la pratique du jûjutsu, à l’instar de celle des autres arts guerriers, a été un temps rejetée et, dans tout le pays, on en est arrivé à ce qu’elle ne soit plus considérée que par une infime poignée de personnes mais, à partir des années 15-16 de Meiji [NDT : 1882-3], l’élan est quelque peu revenu et, progressivement, on en est arrivé à la situation actuelle.

Je voudrais expliquer la relation entre le Kôdôkan et le jûjutsu mais je pense que, pour cela, présenter les circonstances de la naissance du jûdô Kôdôkan en permettra certainement une meilleure compréhension.

柔術にあまたの流派のあることは、前にすでに述べた通りであるが、 そのうち、維新の前、 江戸で最も盛んに行われていたのは、 天神真楊流、楊心流、起倒流の三流であった。諸藩を通じていうてみれば、この三流のほかに関口流、渋川流、 竹内流、扱心流、などは、ずいぶん修行者が多くあったうちであろう。維新の騒動で、柔術の稽古は、ほかの武芸の稽古と同様に一時廃れて、全国を通じてごく少数の人を除けばほとんどこれを顧みるものもないような有様に なっておったが、 明治十五、六年に至 ってようやく気運が幾分か 回復してきて、追々と今日の 有様を呈するようになってきた。

これから柔術と講道館柔道との関係につき述べるつもりであるが、 それには講道館柔道が起った事情を話すが一番分りやすかろうと思う。