(jour 54) Devenez une personne dont la naissance a du sens ! (1/3)

Traduction de travail par Yves Cadot de :
Kanō Jigorō. « Umare kai aru hito to nare 生れ甲斐ある人となれ (Devenez une personne dont la naissance a du sens !) ». Kokushi 國士. Octobre 1898.

Quand on ouvre les yeux et découvre la surface de la Terre, il y a arbres et plantes, animaux et bêtes. L’homme naît parmi eux, avec un potentiel de cent ans. Que l’homme naisse et meurt est semblable aux plantes et animaux. Que l’homme se vête et se nourrisse n’est en rien différent des plantes qui tirent leurs nutriments du sol, de l’air, des animaux qui arpentent la terre à la recherche de nourriture. Alors, en quoi l’homme diffère-t-il des plantes et animaux ? Serait-ce donc que les plantes n’ont pas la parole, l’homme oui, que les animaux rampent alors que l’homme se tient debout ? C’est certes une différence. Mais il doit bien y en avoir une autre d’importance.

Alors quelle peut donc bien être cette grande différence ? Celle-ci : l’homme, doté de sa propre conscience, a la faculté de prévoir ses actions et de les bien réaliser. Bien sûr, hormis l’humain, les animaux inférieurs n’en sont pas totalement dépourvus non plus. Que le chat attrape la souris en relève. Que la souris chaparde de la nourriture dans la cuisine en se dérobant au regard du chat, aussi. Mais, eux, ne font que suivre les directives de leur instinct et, de leur naissance à leur mort, du matin au soir sans discontinuer, ce n’est que réitération de la même méthode de recherche de nourriture par laquelle ils ne font rien d’autre que de se maintenir en vie. Il n’en va pas ainsi de l’homme. Son cerveau particulier, subtil et actif, perçoit les liens de cause et conséquence, les connaissances progressent avec l’expérience et, sans limite, de celles-ci, anticipe l’avenir en se basant sur le passé, se fixe un but individuel et, mettant en œuvre les moyens pour l’atteindre, écartant les obstacles qui l’en empêchent, il parvient finalement à y accéder. Ce n’est que par l’habile emploi de cette faculté que nous nous ne sommes ni des plantes, ni des animaux, et que nous pouvons accomplir le dessein pour lequel nous sommes né humain. En d’autres termes, comme animal qui se tient debout, sans plumes ni fourrure, sans griffes ni crocs, ce n’est qu’alors que l’on peut être qualifié de véritable humain. Et on doit dire que sans mobiliser cette faculté, si nous sommes biologiquement humain, nous sommes spirituellement des animaux. Et pourtant, parmi la multitude d’humains, tous la mobilisent-ils en permanence ?
眼を開きて、地球上を観れば、草木榛々たり、鹿豕狉々たり。人はその間に生れて、百年の寿を保つ。人の生死あるは、草木鹿豕と同じ。人の衣食して生を保つは、草木の地中空中より養分を取り、鹿豕の地上に彷徨して餌を求むるとなんぞ異ならん。しからば人の草木鹿豕と類を異にするは、何にか由る。草木の言なくして、人のこれある、鹿豕の匍匐して、人の直立する、これその異なるところか。しかり。これもまたその異なるところの一なり。しかれども別にその大に異なるゆえんのものなくんばあらず。

その大に異なるゆえんのものはなんぞや。人は、自己の意識をもって事を企て、よくこれを成すべき能力を有すること、これなり。もちろん、人間以外の下等動物にても、全くこの能力なきにはあらず。猫の鼠を捕うるも、この能力なり。鼠の猫の目を偸みて厨中の食物を窃み去るも、またこの能力なり。しかれども彼らは、ただ本能の指示するに随い、生より死に至るまで、日夕営々として同一の採食法を反覆し、もってその生命を維持するに過ぎず。人に至りてはしからず。その特種の脳髄は、玄妙霊活にして、よく事物の因果を判別し、智識は経験と共に進みて、窮極するところなく、その間よく過去に由りて未来を察し、一個の目的を定めて、これに達する手段を運らし、これを妨ぐる障礙を排除して、ついにこれに到達するを得るなり。よくこの能力を運用してこそ我らは、始めて草木たらず、鹿豕たらずして、人間と生れたる効果を全うするものというべけれ。換言すれば、羽毛なく爪牙なく、匍匐せずして、直立せる一個の動物は、この能力を運用してこそ、始めて真正の人間と称するを得べけれ。もしこの能力を運用せずんば、我らは、生理的の人間にして、心理的の鹿豕なりといわざるべからず。しかるに世間多数の人は、はたして常にこの能力を運用しつつあるか。