(jour 50) A propos de la fonction des kata et du randori (2/2)

Traduction de travail par Yves Cadot de :
Kanō Jigorō. « Kata to randori no shokunō ni tsuite 形と乱取の職能について (A propos de la fonction des kata et du randori) ». Jūdō 柔道. Décembre 1934.
D’autre part encore, quand on s’exerce au jūdō en tant qu’éducation physique, en plus du randori, le kata est indispensable. Comme le randori consiste à s’exercer en en se confrontant, il y a de nombreux effets quant au développement du corps. Cependant, si on souhaite le faire de façon harmonieuse et proportionnée, il n’existe pas de méthode plus adaptée que le kata. En dernier lieu, il y a encore une chose qui doit reposer sur le kata. C’est l’exercice du type que j’appelle forme dansée. Par exemple, si on souhaite exprimer les pensées ou les émotions, le mouvement de tout ce qui se trouve entre la terre et le ciel par les gestes des quatre membres, du torse ou de la tête, il faut s’en remettre au kata. Ce type de kata n’existait peut-être pas dans le jūdō d’autrefois mais il en est déjà parmi les kata du jūdō Kōdōkan et je pense, dans le futur, en mettre au point plusieurs afin qu’ils contribuent à la formation spirituelle et soient une méthode qui allie et l’éducation physique et l’intérêt.
Je pense qu’avec ce qui précède il est maintenant clair qu’on ne doit négliger ni le randori ni le kata, mais je voudrais ajouter une chose ici. Et c’est que la valeur du randori, en plus de son intérêt et du développement du corps, est qu’il forme la capacité à s’adapter aux circonstances. Lors de l’exercice du randori, on ignore la façon dont le partenaire va agir. C’est pourquoi il faut être façonné et formé physiquement comme mentalement pour pouvoir répondre en l’espace d’un instant quoi que l’autre attaque. On ne peut développer cette compétence au moyen du kata mais parfaitement au travers du randori et c’est là que réside encore une des nécessités de ce dernier. 
Il y a énormément de choses à dire à propos du kata et du randori mais, si l’on doit d’abord s’en tenir aux grandes lignes, elles tiennent en ce qui précède.
その外にまた、柔道を体育として練習するには乱取の外に形が必要である。乱取は二人で互いに競うて練習するのであるから、身体の発育のため、効果が多い。しかし身体を円満均斉に発達せしめようと思えば、形によらなければ、他に適当の方法はない。最後に、形によらなければならぬことがなお一つある。それは私が舞踊式と称える種類の練習である。たとえば思想とか感情とか、天地間の物の運動を四肢や胴や頸の動作によって表現しようと思えば、形によらなければならぬ。昔の柔道にはこの種類の形はなかったかも知れぬが、講道館柔道の形には現在もすでに出来ているし、将来はそういう形を多数拵えて、精神の修養にも資し、また体育と興味を結びつける方法ともしたいと思っている。
以上述べたところによって、乱取と形の偏廃すべからざるものであることは、明らかになったと思うが、ここにさらに一言しておきたいことがある。これは乱取の値打は、興味と身体の発育のほか、さらに臨機応変の能力を養うということである。乱取練習の際は、対手はどういうことをしてくるか分からぬ。それゆえ、先方がどういう攻撃をしてきても、咄嗟の間にそれに応じ得るように、肉体的にも精神的にも鍛錬修養されていなければならぬ。この力は形では養われぬが、乱取によってこそ養い得らるるのであって、ここにまた乱取の大切なる由縁が存するのである。
形と乱取についてはいうべきことははなはだ多いが、まず大略を述べれば以上のようなものである。