(jour 48) Complétion de l’individu (6/6)

Traduction de travail par Yves Cadot de :
Kanō Jigorō. «Kojin no kansei 個人の完成 (Complétion de l’individu)». Taisei 大勢. Mai 1922.
Ainsi, la complétude de l’individu doit-elle en premier lieu consister en la réalisation du corps accompagnée d’une formation spirituelle mais, rien qu’avec cela, on ne peut pas encore parler de véritable complétude d’un individu en mesure de mener une vie sociale. Dans la mesure où l’homme est un membre de la société, il faut réfléchir la complétion de l’individu du point de vue de cette vie sociale. Il faut d’abord, quand on entre dans la vie active, être indépendant financièrement. En d’autres termes, il faut se créer le chemin vers l’habillement, la nourriture, le logement. Comme ce sont des choses que l’on peut obtenir en contrepartie de nos compétences physiques et spirituelles, on peut dire qu’il s’agit d’extensions de notre complétude du corps et de l’esprit. Une fois cette indépendance acquise, la confiance des gens obtenue, nos compétences reconnues, quoi que l’on désire faire, les gens y consentent, et si vous arrêtez ce qu’ils font parce que vous jugez que c’est mal, ils l’acceptent facilement. On peut dire de ceux qui bénéficient ainsi d’une telle confiance et influence que ce sont des individus qui se sont accomplis dans leur vie sociale. Il n’y a aucune raison pour qu’une telle confiance puisse être obtenue par ceux qui ne considèrent principalement que leur propre intérêt. Quand on réfléchit à soi, en même temps, on pense également aux autres, on se demande quelle est l’influence de notre comportement sur eux et on ne décide jamais en fonction de son seul intérêt personnel. La raison en est que, en somme, c’est par l’aide à l’accomplissement des autres que notre complétude propre se réalise. La vie sociale est quelque chose de réellement complexe où souvent l’intérêt personnel est en conflit avec l’intérêt d’autrui. Si l’on ne recherche pas l’harmonie, le lien social est impossible. C’est pourquoi rechercher la complétude individuelle tout en menant une vie sociale, revient à s’accomplir en s’accordant avec les autres membres de la société et en aucun cas à exclure les autres pour se réaliser seul. En fait, en ignorant les autres, la véritable complétion de soi n’est pas chose à laquelle on peut prétendre. 
かくて個人の完成は、第一次に身体の完成と共に精神的修養の備ったものでなければならぬが、しかしそれだけではまだ社会生活を営める個人の真誠の完成とはいえぬ。人間が社会の一員として棲息している以上はその社会生活上の個人の完成ということを考えなければならぬ。まず人として世に立つ以上は、生計上の独立がなければならぬ。すなわち衣食住の道が立たなければならぬ。これは身体と精神との力で購い得るものであるから、身体と精神との完成の延長であるといってもよい。その独立が出来、人から信用され、実力を認められて、おのれが何事をなそうと思っても、人がこれに同意し、人のすることが悪いと思ってそれを止むれば、人が容易に承諾する。かくのごとき信頼と実力を有するものは、社会生活における完成した個人ということが出来る。こういう信頼は自己の利益のみを主としている人には得られる道理はない。必ずおのれのことを考えると同時に人のことも考え、おのれの行動が他人にいかなる影響を及すかを考慮して、かりそめにも、自分だけの利害の打算から事を決することをしない。これがすなわち自己の完成は他の完成を助くることによって成就するという理由である。およそ社会生活は実に複雑なるものであって、一人の利害が他の人の利害と衝突する場合が多い。その調和を図らなければ社会の結合は出来ぬ。それゆえに、社会生活を営みながら個人の完成を図るということは、社会の他の成員と調和しつつ完成するという意味であって、決して他を排して自分だけを完うするという次第ではない。実際他を無視しては真誠の自己の完成は望み得られるものでない。