(jour 46) Complétion de l’individu (4/6)

Traduction de travail par Yves Cadot de :
Kanō Jigorō. «Kojin no kansei 個人の完成 (Complétion de l’individu)». Taisei 大勢. Mai 1922.

Arrêtons-nous là dans un premier temps pour ce qui est du corps pour passer au domaine suivant, l’intelligence et, bien que de l’enfance jusqu’à la vieillesse les gens aient sans cesse des occasions d’acquérir des connaissances et d’exercer leurs facultés intellectuelles, il est incroyable de constater à quel point elles ne sont pas mises à profit. Si l’on excepte ce que l’on peut acquérir du fait des autres, nombreuses sont les opportunités de nous former par notre volonté et nos efforts. Or, le commun des mortels, à l’exception d’une infime partie d’entre eux, ne les met pas à profit. Mais si l’on veut s’accomplir, dès notre enfance, chaque fois que l’on a la chance d’acquérir des connaissances, il faut faire en sorte de ne pas se tromper dans ce que l’on doit prendre et ce que l’on doit rejeter, ainsi que de, par la méthode appropriée, conserver longuement ce qui a pu être acquis. Mais toute connaissance n’est pas forcément bonne. Certaines sont d’une valeur relativement faible tandis que d’autres peuvent même s’avérer dommageables. Est-ce à dire qu’il faut s’efforcer d’ingurgiter autant de connaissances que notre énergie nous le permet si elles s’avèrent utiles ? Non. Et la raison en est que les connaissances ne sont qu’un des éléments nécessaires à l’homme, et qu’elles ne se révèlent précieuses qu’associées aux innombrables autres qui lui sont indispensables. C’est pourquoi on ne saurait consacrer qu’une partie de la totalité de l’énergie globale qu’il nous est possible de dépenser à l’acquisition de connaissances. Et les exemples d’exagération ne sont pas rares. On voit souvent des gens d’immense talent qui, parce qu’ils ont trop englouti d’énergie dans leur penchant pour l’appropriation de connaissances et alors qu’ils avaient tout pour être de grands savants, se retrouvent simplement qualifiés de docte ou de dictionnaire ambulant. C’est, tout en s’appliquant à acquérir des connaissances, en ne négligeant pas d’aiguiser son intelligence, que l’on peut devenir un savant de valeur. Mais si une telle personne n’a pas veillé à se compléter physiquement, peut-être ne pourra-t-elle pas travailler longtemps pour la société. 
身体に関することはまずこれだけにしておいて、次は智の方面であるが、幼少の時から老年に至るまで、人は絶えず知識を取得し、智力を錬磨する機会があるにかかわらず、その機会を利用しないことは不思議なほどである。他の力によって養い得ることは別として、自己の心掛と努力とによって養い得る多くの機会がある。それを大抵の人はその中のきわめて小部分よりほか利用しておらぬのである。自己を完成しようとするならば、幼少の時から知識を得る機会のあるごとに、その取るべきものと棄てるべきものとの選択を誤らないようにして、すでに取り得たものは適当の方法で永くこれを把持するようにせねばならぬ。知識でさえあれば何でも良いというはずはない。あるものは比較的価値が少なく、あるものはかえって害がある。さらば有用の知識ならば精力の続くかぎり幾らでもその取得に努めてよいかというに、そうは行かぬ。なぜならば、知識は人間の必要とする一事項に過ぎぬので、他の必要なる幾多の事項と相待ってこそ貴重すべきである。それゆえに、人間の費し得る全精力のうち、一部分しか知識の取得に割当てることは出来ぬはずである。この適用を過った実例は世間に珍しくない。優れた天稟の人があまり知識の取得のみに偏して精力を使ったため、立派な学者となり得るものを、単に物識りとか活字引とかいわれるような人となってしまったようなことが間々ある。知識の取得に努めると同時に、智力の錬磨をも怠らなかったならば、価値ある学者となることが出来よう。しかしその人が身体の完成に留意しなかったら、学者として永く世のために働くことが出来ぬかもしれぬ。