(jour 36) A propos du sens fondamental du jūdō (5/9)

 

Traduction de travail par Yves Cadot de :
Kanō Jigorō. « Jūdō no konpongi ni tsuite 柔道の根本義について (A propos du sens fondamental du jūdō) ». Jūdō 柔道. Novembre 1937.

Éducation intellectuelle et judo

Ce principe doit encore être appliqué tant à l’éducation intellectuelle qu’à l’éducation morale. Jusqu’ici, érudits et pédagogues ont diversement débattu à propos de ces deux éducations mais le but de celles-ci n’ayant pas été clarifié et, qui plus est, leur équilibre n’ayant jamais été démontré, il existe toutes sortes de difficultés pour approfondir leurs méthodes. Les gens m’objecteront peut-être que quelque chose comme la proportion entre l’éducation intellectuelle et l’éducation morale ne saurait être fixée par des chiffres. Et, qu’en conséquence, c’est une demande impossible que d’avoir pour prérequis de la déterminer.

C’est évidemment quelque chose qui s’entend parfaitement, mais un équilibre ne se décrète pas forcément arithmétiquement. C’est-à-dire qu’il n’est pas impossible de déterminer l’importance relative de chacune en se disant que la balance doit peser un peu plus qu’aujourd’hui soit en faveur de l’éducation intellectuelle, soit en celle de l’éducation morale. Alors, si rien que cela est possible, le but est facile à établir et, si on a un but, il doit naturellement être possible de débattre sur le moyen de l’atteindre.

Même si on ne considère que l’éducation intellectuelle, il faut d’abord en déterminer l’objectif mais sans oublier qu’il y a les deux versants de l’acquisition de connaissances et du travail de l’esprit. On dit généralement que connaissances et capacités de l’esprit ne sauraient être débattues séparément, mais pourtant, comme les personnes aux vastes connaissances ne sont pas nécessairement dotées de capacités de déduction ou de jugement exceptionnelles, et que, si on éduque ces qualités, ce n’est pas pour autant que l’on en devient érudit, il est, en réalité, possible de réfléchir en distinguant ces deux aspects. Alors, le problème, d’un point de vue pédagogique, de savoir si l’on doit insister un peu plus sur façonner les capacités de l’esprit ou placer un peu plus d’énergie sur l’acquisition de connaissances peut être soulevé. Or, si cet objectif n’est pas clair, il est impossible d’en décider la méthode. Et ce n’est qu’une fois d’abord clairement décidé quel est le but que l’on peut étudier comment employer l’énergie de façon optimale pour l’atteindre. Et certainement pouvons-nous dire que si, jusqu’à ce jour, les méthodes d’éducation intellectuelle ont diverses lacunes et que les nombreux pédagogues n’ont pas encore réussi à établir une proposition qui entraîne l’adhésion des foules, c’est qu’en premier lieu, ce but n’a pas été précisé.

La conclusion de ce qui précède est que, moi, j’affirme que les pédagogues doivent toujours rendre d’abord leur objectif clair puis débattre de la manière de la meilleure application de l’énergie.

智育と柔道

さらにこの原理は、智育にも、徳育にも応用せらるべきである。従来、学者や教育家は、智育徳育につき、種々論じてはいるが、智育徳育の目的が明らかにせられておらず、かつその釣合が、示されておらぬため、その方法を攻究するに種々困難があるのである。人は、あるいはいうかもしれぬ、智育徳育の釣合というようなことは数字をもって定めることの出来るものでない。したがって釣合というようなことをあらかじめ決定することは、無理な註文であると。

これはもちろん一応もっともなことであるが、釣合は必ずしも数字的に定むる必要のあるものではない。すなわち智育と徳育は、今日の釣合より一層智育を重んずべきであるとか、徳育を重んずべきであるとか、その軽重の比較くらいは出来ぬわけのものではない。よって、それだけのことが可能ならば、目的は定めやすく、目的が定れば、それに到達する手段は自然と講ぜられるはずのものである。

智育のみについて考えてみても、まず智育の目的を明らかにしておかなければならぬが、智育に、智識の獲得と、心力の陶冶との両方面のあることを忘れてはならぬ。一体、智識も、心力も、別のものとして論ずることは出来ぬのであるけれども、智識の広い人は、必ずしも推理力や判断力の優れた人ではなく、推理判断の力を養えば、物識りになるという訳合のものでないから実際においては、この両者を区別して見ることが出来るのである。してみれば、教育上、心力の陶冶に一層重きを置くか、智識の獲得に一層力を加えるかというような問題は、生じてき得るのである。よってその目的が明らかになっておらなければその方法を決定することが出来ぬ。そこでまずその目的とするところが明確に定って初めてその目的を果すためにいかにすれば精力が最善に活用されるかということの研究が出来るのである。今日まで智育の方法に種々欠陥があり、多くの教育家がいまだ万人を納得せしむるに足るだけの案を立て得ぬのも一はその目的を明らかにしておらぬからであるといい得られよう。

以上述べたところの結論として、私は、教育家は常にまずその目的を明確に定め、それを果すために精力の最善活用の方法を講ぜねばならぬというのである。