(jour 30) La voie est proche mais, si on n’y va pas, on ne l’atteindra pas (3/4)

Traduction de travail par Yves Cadot de :
Kanō Jigorō. «Michi chikashi to iedomo yukazareba itarazu 道雖近不行不至 (La voie est proche mais, si on n'y va pas, on ne l'atteindra pas)». Sakkō 作興. Janvier 1925.

Comme je l’ai dit, la voie est proche. Cependant, même proche, si on n’y va pas on ne l’atteint pas et, même si la voie est à ce point facile à comprendre, si on ne l’applique pas, elle n’a aucune valeur. Alors, nous, nous avons dévoilé cette voie si facile à comprendre que doit suivre l’homme mais, en même temps, comme il ne nous semble pas non plus inutile d’expliquer la façon de l’appliquer, voici ci-après trois, quatre points sur lesquels nous souhaitons attirer l’attention des gens.

La bonne utilisation de l’énergie consiste à utiliser de la manière la plus efficace la force du corps et de l’esprit en toute situation mais, en réalité, du lever au coucher, nous gâchons une quantité incalculable d’énergie que nous devrions mettre à profit. Et puis combien de fois utilisons-nous de façon relativement peu effective cette énergie qu’il nous faudrait employer plus efficacement encore ? La non prise en compte indifférente de cette vérité simple à comprendre est la vie réelle de l’homme. On peut dire que l’application de ce principe est le secret du développement de l’homme ou encore celui du succès dans ses entreprises. Mais pourquoi l’homme se montre-t-il ordinairement indifférent à cette vérité si simple ?

Ensuite, si quelqu’un désire prospérer, il lui arrivera d’avoir besoin de recourir aux capacités d’autrui. Il faudra aussi parfois que d’autres lui fassent des concessions. A cette fin, il doit lui aussi aider les autres et leur accorder des concessions. C’est de cette aide mutuelle et de ces concessions mutuelles [NDT : sôjo sôjô 相助相譲] que provient « prospérité de soi et des autres » [NDT : jita kyôei自他共栄]. Cependant, on doit dire que négliger ce qui relève de notre devoir tout en souhaitant prospérer soi-même revient à ignorer cette vérité évidente. De même que, dans la vie de tous les jours, s’il nous arrive de causer inconsciemment une gêne à d’autres, il n’est pas rare que nous perdions, répugnant au moindre effort, l’occasion de rendre service ou de tirer autrui de l’embarras. Si les gens avaient en permanence en tête la prospérité mutuelle, il ne fait aucun doute qu’ils saisiraient toute occasion de faire quelque chose pour les autres, de ne pas leur créer de désagréments.

以上述べたごとく、道は近きにあるのである。しかし、道近しと雖も、行かざれば至らずというように、道はかく分りやすいものであっても、これを実行しなければ詮のないことである。それで我らは、かく分りやすく人間の行くべき道を示したが、同時に、これを実行すべき仕方を説くことも無用のことと思わぬから、左に三、四の事項について世人の注意を促そうと思う。

精力善用といえば、どんな場合にも心身の力を最も有効に使用しなければならぬのであるが、実際起きてから寝るまでに、利用し得べき精力を徒費していることがいくばくあるか、計り知るべからざるほどあるのである。また、一層有効に使用し得べき精力を、比較的効果のないことに使用する場合がどれほどあるか。これら分りやすい事実を等閑に附して顧みないのが、人間の実際生活である。この主義の実行が人間の発達や事業の成功の秘訣であるというてもよいのである。なにゆえに人は、平素この分りやすい事実を閑却しているのであるか。

次に、人は自ら栄えんと欲せば他人の力を借りる必要もある。他人に譲ってもらわねばならぬこともある。それには、自分も他人を助け、他人に譲ることを辞するわけには行かぬ。この相助相譲こそ、自他共栄のよって成るゆえんである。しかるに、自ら栄えんことを希望しながら、おのれの務むべきことを怠るのは、この見やすき事実を無視しているものといわねばならぬ。また、日常生活において、知らず識らず他人に迷惑を掛けていることもあれば、少しの労苦を厭うて、他人を益しまた他人を難儀から救い得る機会を失うようなことは、決して少なくない。人は自他共栄ということを平素念頭に浮べているならば、あらゆる機会に他人のためを図り、他人に迷惑を掛けぬようになるに違いない。