(jour 29) La voie est proche mais, si on n’y va pas, on ne l’atteindra pas (2/4)

Traduction de travail par Yves Cadot de :
Kanō Jigorō. «Michi chikashi to iedomo yukazareba itarazu 道雖近不行不至 (La voie est proche mais, si on n'y va pas, on ne l'atteindra pas)». Sakkō 作興. Janvier 1925.

Même la confusion de la pensée provient de ce que l’homme du commun ne reconnaît rien comme but mais cet objectif ferme existait, il n’y aurait plus place au trouble. Si tout membre de la société, non seulement ne pouvait pas faire autrement que de le reconnaître lui-même comme principe, mais savait aussi que tous les autres l’acceptent également, y contrevenir entraînerait une forte condamnation de sa bonne conscience, ainsi que celle de la société. En conséquence, on en arriverait à ce que les gens se comportent de façon vertueuse. Et on pourrait ainsi palier à la déchéance de la morale.

En ce qui concerne les relations internationales, jusqu’aujourd’hui, notre peuple a manqué d’esprit de bonne entente et de coopération à l’égard des pays étrangers. Tout en négligeant de consolider sa propre puissance, il a manifesté une forte hostilité vis-à-vis des autres pays. Pour tout résultat, on en est arrivé à ce que les autres pays ne nous respectent ni ne nous fassent confiance mais, au contraire, nous détestent et nous craignent. Si notre peuple avait appliqué aux relations internationales le principe de prospérité pour soi et les autres, il serait inévitablement respecté, mais aussi apprécié, des pays étrangers. Ne pas prendre en compte cette réalité pourtant facile à comprendre, continuer d’agir comme si l’autre n’existait pas, sans se remettre en cause, voilà quelle est, à mon sens, la raison principale pour laquelle les relations internationales ne peuvent s’améliorer. Puisqu’on en est là, pour se sortir des trois grandes difficultés [NDT : économie, pensée, relations internationales] que rencontre aujourd’hui notre pays, je suis persuadé qu’il n’y a pas de politique plus judicieuse que, pour le peuple, d’appliquer radicalement le principe de bonne utilisation de l’énergie – prospérité mutuelle et que les orientations de l’État soient également basées sur ce principe. Comme ce principe est simple et limpide, il est des plus efficaces mais il est inévitable que certains considèreront qu’il n’a pas d’emprise réelle sur leurs sentiments, du fait qu’il sonne comme nouveau à beaucoup, et que, prisonniers des anciennes habitudes, ils le voient ainsi que les enseignements et interdictions moraux antérieurs, ces préceptes que nous qualifierons de préjugés. Pourtant, à bien y réfléchir, les concepts moraux réellement solides n’apparaissent pas si ce n’est d’une doctrine simple et claire bâtie sur un principe inébranlable. En considérant les choses ainsi, on doit pouvoir dire que la voie [NDT : ou le principe] est proche. Nul besoin de la rechercher dans une philosophie hermétique. On peut la saisir au travers de ce que l’on a sous les yeux. Certains, ont critiqué notre théorie, sans aucun contre-argument, regrettant qu’on ne l’expliquât pas en nous basant simplement sur un fondement philosophique. Critique à laquelle nous répondons qu’en philosophie, l’opinion diffère selon les individus. Une doctrine morale basée sur un type de philosophie ne peut avoir qu’un nombre limité de sympathisants, et il lui sera impossible d’obtenir l’adhésion de tous. En revanche, aucune philosophie, dans la mesure où elle ne nie pas la vie sociale, ne pourra être en désaccord avec le principe de bonne utilisation de l’énergie – prospérité mutuelle. Finalement, il ne peut y avoir d’interprétation différente selon les individus de ce principe de bonne utilisation de l’énergie – prospérité mutuelle qui n’admet aucun arrière-plan philosophique, mais on peut distinguer chacune des opinions philosophiques divergentes lorsque bonne utilisation de l’énergie – prospérité mutuelle est adossé à une philosophie. Ainsi, ceux qui souhaitent mettre un arrière-plan religieux au principe de bonne utilisation de l’énergie – prospérité mutuelle peuvent le faire à leur guise, ceux qui ne seront pas satisfaits tant qu’il n’y aura pas de fond philosophique peuvent librement en concevoir, et la conclusion est que, ce à quoi tout le monde doit croire unanimement, est à la bonne utilisation de l’énergie – prospérité mutuelle sans le moindre arrière-plan.

思想の混乱も、衆人が認めて目標とすべきものがないから生ずるのであるが、この確乎たる目標の存する以上は、混乱する余地はないわけである。社会の各員は、自己が理窟としてそれを認めざるを得ざるのみならず、他の各員も同様にそれを認めているということを知らば、それに背くことは良心の強き制裁を受け、また社会的の制裁を受けることになる。したがって、人が道徳的行為をするようになるのである。道徳の廃頽はかくして防ぎ得らるるのである。

国際関係においても、今日まで我が国民は、外国に対して融和協調の態度を欠いていた。自己の力を充実せしむることを怠りながら、他国に対して敵愾心が強過ぎた。その結果として、他国から尊敬もせられず、信頼もせられず、かえって嫌われ、恐れらるるに至った。もし我が国民が、自他共栄の主義を対外的に実行するならば、外国から尊信せられ、また親愛せらるることは必然のことである。この分りやすい事実を顧みず、従来のごとく、おのれを顧みず、いたずらに他を排する風のあるのが、国際的関係の良好にならぬ最大の原因であると思う。そういう次第であるから、我が国が今逢著している三大難関を切抜けるには精力善用・自他共栄主義を国民が徹底的に行い、国家の方針も、この主義に基づいて立てるよりほかに良策はないと信ずる。この主義は、簡単明瞭であるから、最も有効であるのであるが、多くの人には耳新しいのと、在来の習慣に支配されて、いわゆる先入主となるの道理で、従来の道徳上の教えとか戒めのように、強く心を支配しないように思う人もあるのはやむを得ぬことである。けれども、深く考えてみれば、本当に強い道徳的信念は、動すべからざる原理に立脚した簡単明瞭の主義からでなければ発生せぬのである。かく考えてみると、道は近きにありといい得べきである。道は深遠なる哲学に求むる必要はない。近く眼前に捕え得るのである。ある人は、我らの所説について批評して、すべて異存なし、ただ哲学上の根柢に基づいて説かぬことを遺憾とするというた。その批評に対して、我らは、哲学は人によって所説を異にする。一種の哲学に基づいた道徳説は、限りある共鳴者を得るに止まって、万人をして共鳴せしむることは不可能である。しかし精力善用、自他共栄の主義は、いかなる哲学でも、社会生活を辞せざるかぎりは、これに同意せざるを得ぬのである。結局哲学を背景とせぬ精力善用・自他共栄主義は、万人がことごとく異議を称えぬが、哲学プラス精力善用・自他共栄は、その哲学上の意見を異にするごとに説が別れることになる。よって精力善用・自他共栄に宗教上の背景を希望する人には、勝手にそういう背景を作らしめ、哲学の背景を有たねば満足せぬ人には、随意に哲学の背景を有たしめ、万人の一致して信ずるところのものは、なんら背景のない精力善用・自他共栄でなければならぬという結論になるのである。