(jour 22) Souhaits à l’égard des professeurs de jūdō (4/4)

Traduction de travail par Yves Cadot de :
Kanō Jigorō. « Jūdō no kyōshi ni tai suru kibō 柔道の教師に対する希望 (Souhaits à l'égard des professeurs de jūdō) ». Yūkō no katsudō 有効乃活動. Octobre 1919.

III. Il faut que les professeurs de jûdô expriment au travers de leur propre comportement l’enseignement du jûdô

a – Dans le dôjô

Si, tout en expliquant par le discours qu’une technique ne doit pas être portée n’importe comment, le professeur lui-même projette ou étrangle n’importe comment en force, l’effet de l’enseignement est réduit de plus de moitié. Comme l’ordre et la discipline du dôjô tiennent pour beaucoup au comportement du professeur, celui-ci doit, en permanence bien évidemment, mais en particulier dans le dôjô, préserver son prestige et veiller à sa conduite. Ce qui est important pour un professeur, c’est une dignité inébranlable et laisser transparaître le sentiment d’une affection débordante.

b – Chez soi

Même chez eux, les professeurs de jûdô doivent mener une vie en accord avec le dessein du jûdô. Ce à quoi on doit le plus faire attention est, le rapport entre les recettes et les dépenses, la répartition de ces dernières, notamment. On ne saurait à la fois gaspiller l’argent à sa guise et rechigner à des dépenses qui seraient de l’ordre du devoir ou des obligations. Pas plus qu’on ne saurait être obnubilé par son apparence extérieure ou l’ostentation et renâcler aux frais nécessaires à l’hygiène ou l’éducation.

Le temps consacré au sommeil, la nourriture, la lecture, à ses relations etc., doit être inféré du principe du jûdô et on doit faire en sorte de préserver l’équilibre le plus approprié. Parmi les professeurs de jûdô, nombreux sont les célibataires. Et nombre d’entre eux ont des revenus permettant une épargne appréciable même en menant une vie ordinaire. Ces gens-là, pour peu qu’ils y soient disposés, peuvent parfaitement assurer financièrement leur avenir. Qui plus est, les professeurs de jûdô n’ont généralement que peu d’heures de travail. Je pense que la plupart n’a certainement pas la réserve d’énergie pour un travail physiquement exigeant mais, ayant de nombreuses heures de libres, certainement la majorité peut-elle supporter une activité intellectuellement sollicitante. Aussi ces personnes peuvent-elles, en plus d’enseigner le jûdô, faire des études, ou bien faire des recherches sur ce qui peut être directement complémentaire à la pratique du jûdô, ou encore sur un domaine tout autre qui pourra leur servir plus tard professionnellement une fois établis dans la société. Je pense qu’agir ainsi est conforme au but du jûdô.

Il y a encore bien des remarques que j’aimerais faire sur la façon dont je veux que les professeurs soient ou se comportent dans la société mais, pour cette fois, je vais m’arrêter là de l’énumération de mes souhaits.

第三 柔道の教師は柔道の教えをおのれの行いに実現するを要す

(い)道場において

業は無理な掛け方をしてはならぬと口では教えていながら、教師自身が無理なことをして力ずくで生徒を投げたり絞めたりするようなことがあれば、教えの力は半分以下にも減じてしまう。道場の秩序風紀は、教師の行動いかんに関係することがはなはだ多いから、教師たるものは平常ももちろんであるが、ことに道場においては威儀を正し、行動を慎まなければならぬ。教師の心掛として、犯すべからざる威厳と溢るるばかりの親愛の情が表れるようでなければならぬ。

(ろ)家庭において

柔道の教師は、家庭においても柔道の趣旨に適う生活をしなければならぬ。収入と支出の関係、支出の割振等は最も心を用いねばならぬ事柄である。おのれの勝手には無駄に金を使うが、義理とか義務とかいうようなことに支出を渋るというようなことがあってはならぬ。外観の体裁とか、虚飾というようなことに捕われて、衛生、教育に必要なる費用を惜しむようなことがあってはならぬ。

睡眠、飲食、読書、交際等に用いる時間を、柔道の主義から割出して、最も適当なる釣合を保たせるようにしなけれはならぬ。柔道の教師の中には独身者が相応にある。そうして普通の生活をしていても、相当の貯蓄の出来るだけの収入を得ているものも少なくない。そういう人々は心掛さえよければ、他日の計をなすことは十分に出来る。また柔道の教師は概して勤務時間が少ない。筋肉を労して働く余力は、多くのものにはなかろうと思うが、余暇はずいぶん多くあって、精神を働かせてする仕事には堪えるものが多数あろうと思う。だからそれらの人は柔道を教えるかたわらに、学問をするとか、何か直接に柔道の修行に補益する研究をするなり他の方面のことでも他日世に立って働く上に役に立つ研究をすることが出来る。かくすることは、柔道の目的に適った仕方であると思う。

その他、社会において教師にかくありたいとか、かく行動せよとか注意したいこともあるが、まずこのたびはこれだけの希望を述べるに止めておこう。