(jour 20) Souhaits à l’égard des professeurs de jūdō (2/4)

Traduction de travail par Yves Cadot de :
Kanō Jigorō. « Jūdō no kyōshi ni tai suru kibō 柔道の教師に対する希望 (Souhaits à l'égard des professeurs de jūdō) ». Yūkō no katsudō 有効乃活動. Octobre 1919.

I. Ne pas négliger sa propre formation

a – Formation du caractère

Ce qu’il y a de plus important pour un professeur est de se doter d’un caractère approprié à cette fonction. Pour ce qui est des moyens de cette formation, il convient de s’efforcer de se rapprocher des gens de haut caractère, de s’éloigner de ceux de vil tempérament, mais aussi de lire constamment des ouvrages complétant nos connaissances, sans manquer de chercher par soi-même.

b – Exercice technique

Certains considèrent qu’une personne qui se trouve en position d’enseigner sans avoir elle-même de maître ne progresse pas techniquement. C’est là se méprendre grandement. Certes, dans les débuts, on ne peut acquérir la technique sans recours à un maître mais, après un tant soit peu de pratique, même sans s’exercer constamment sous la direction d’un professeur, on peut convenablement progresser techniquement si on réfléchit par soi-même, même si l’on n’a que des partenaires moins avancés que soi. Si vous vous exercez ingénieusement en respectant bien les principes de ne pas forcer, de rompre [NDT : « kuzushi »] d’abord la posture du partenaire, de créer le plus grand effet sur l’autre en utilisant le moins possible de votre force, en veillant à ne blesser ni vous ni votre partenaire, vous progresserez convenablement même en ne pratiquant qu’avec des personnes malhabiles. Et si, chaque fois que vous en avez l’opportunité idoine, vous mettez à l’épreuve les compétences ainsi acquises sur des personnes plus fortes que vous, ou encore que, saisi d’un doute dans votre réflexion, vous interrogez un aîné à l’occasion d’une rencontre ou que vous demandez conseil par lettre, alors c’est parfait.

c – Réflexion pédagogique

Quelle que soit votre excellence dans la confrontation, quelle que soit votre virtuosité technique, vous ne pouvez guère espérer de progrès des pratiquants si votre méthode pédagogique laisse à désirer. La nécessité d’une méthode pédagogique est d’autant plus manifeste lorsqu’un professeur seul enseigne à un grand nombre d’élèves. En première année de collège, par exemple, il s’agira forcément d’enseignement collectif où plusieurs élèves forment un groupe auquel soit on montre un kata, soit on fait faire des mouvements tous ensemble sur instructions mais, si on ne réfléchit pas bien la progression, notamment, en choisissant au début ce qui est facile aux élèves de retenir, les élèves, perplexes, se dissipent finalement et c’est bien embêtant. Et même s’il ne s’agit pas d’enseignement collectif mais individuel, les résultats ne progresseront pas selon nos attentes si on ne conçoit pas bien, au préalable, l’ordre des apprentissages ou la façon d’expliquer.

d – Acquisition de connaissances

Comme le professeur de jûdô a maintes occasions d’être personnellement en contact avec les élèves, il doit grandement s’employer à leur instruction. Pour cela, il doit acquérir le plus largement possible de connaissances même en dehors de sa propre spécialité et être en mesure de répondre aux diverses questions des élèves, de les guider quant à leurs orientations futures et de leur parler, entre autres, de leur attitude une fois qu’ils seront dans la vie active.

e – Enfin, comme aujourd’hui le jûdô est également enseigné dans le cadre du programme scolaire dans un but d’éducation physique, le professeur doit être pourvu de connaissances en anatomie, biologie ou encore hygiène et, bâtissant sa réflexion à partir de ces disciplines, il doit enseigner de façon à ce que la pratique du jûdô soit la plus appropriée aux objectifs de l’éducation physique.

第一 おのれの修養を怠らざること

(い)人格の修養

教師として最も大切なことは自ら人の師たるに足るだけの人格を備えているということである。その修養の方法としては、務めて人格の高い人に接近し、人格の低い人と遠ざかり、また平素修養に裨益ある書物を読み、工夫を怠らぬことである。

(ろ)技術の練習

師に就かず人を教える立場にある者は、技術の進まぬもののように考えている人が往々ある。それは大いなる心得違いである。初心のうちは師に就かなければ技術は覚えられぬものであるが、一通り修行した後は、必ずしも師に随って始終練習しなくとも、自身で工夫し、下手を対手にして練習していても、相応に技術は進むものである。無理をしないように、まず対手の姿勢を崩し、おのれの最少の力を加えて対手に最大の結果を及すように、おのれも怪我をせず、対手にも怪我をさせぬようになどいう原則をよく守って工夫練習してしれば、下手のみを対手にしていても相当に上達するものである。かくして練習した実力を、適当な機会のあるたびごとに自分以上の力の人に試み、また工夫中疑問が起ったならば、先輩に会った時質問するとか、書面で相談するとかすればよいのである。

(は)教授法の工夫

いかに自身に歩合が強くとも、どのくらい技術が巧妙であっても、教授法が拙劣であれば修行者の上達は望み難いものである。ことに一人の教師が多数の者を教える場合には教授法の必要が明らかになる。中学の初年級などでは、団体教授に限るが、多数の生徒を一団にして、あるいは形を示し、あるいは号令して一斉に動作せしめるのであるが、最初は生徒の分りやすく覚えやすいものを選び、順序なども上手に考えておかぬと、生徒がまごついて乱雑になって困るものである。団体的でなく個人個人に教える場合でも、教える順序や説明の仕方をよく考えておかぬと、思うように成績は挙らぬものである。

(に)知識の収得

柔道の教師は、個人的に生徒に接する機会が多いから、生徒の訓育上に大いに力を尽さなければならぬ。それには、柔道の教師は自己の専門以外の知識もなるべく博く収得し、生徒の各般の質問にも応じ、将来の方針についても指導し、社会へ出てからの心掛なども話して聞かせ得られるようでなければならぬ。

(ほ)最後に今日柔道は体育という目的からも学校に課せられているのであるから、教師たるものは、解剖、生理、衛生等の学識をも備え、それらの方面からも考えを立てて、柔道の修行が最もよく体育の目的に適するように指導しなければならぬ。