(jour 17) Jūdō et disciplines de compétition (4/5)

Traduction de travail par Yves Cadot de :
Kanō Jigorō. « Jūdō no kyōgi undō 柔道の競技運動 (Jūdō et disciplines de compétition) ». Sakkō 作興, novembre 1929

La raison pour laquelle, dans notre pays, je n’étais pas enchanté à l’idée de faire des compétitions payantes pour le public, est que, autrefois, les soi-disant artistes qui vivaient de leur art divertissaient la foule contre ce que l’on appelait un droit d’entrée pour le vivre et le vêtir et que, parmi ceux-ci, comme certains se comportaient de façon dissolue, adoptaient une attitude servile avec l’audience, les spectateurs et tout spécialement avec les mécènes, pour les gens, faire payer évoque cela et a tendance à laisser penser à quelque chose de vulgaire. Cependant, on peut aussi prendre le fait de demander un droit d’entrée dans un sens totalement différent des représentations de ces prétendus artistes. Dans les pays Occidentaux, en même temps que le système, pour un artiste, de jouer contre rémunération, existent aussi de nombreux cas dans lesquels on fait payer l’audience ou le spectateur non pas, pour les gens installés dans la vie active ou les étudiants, avec pour but leur propre profit, mais pour leur passion, l’intérêt public, ou, avec ces recettes, envisager le développement et la prospérité de ce dont ils sont amateurs ou de ce qu’ils considèrent comme profitable à la société. Même des compétitions internationales telles les Jeux Olympiques répondent à cette logique. J’y ai déjà assisté par trois fois et, quel que soit le pays organisateur, c’est une assemblée des plus distinguée, placée sous l’égide du roi ou de la reine, et où princes, ministres, aristocrates, etc., collaborent d’un même élan. Pourtant, en tout pays, on finance les dépenses nécessaires au stade ou autres infrastructures par des droits d’entrée. Actuellement, même chez nous, les rencontres du sanctuaire Meiji, placées sous l’égide du prince Chichibu, sont des rassemblements emplis de dignité où tous les participants sont dans la vie active ou étudiants, et pour lesquelles on demande évidemment des droits d’entrée. Comment, sans cela, subvenir aux dépenses nécessaires à un tel rassemblement ? Si ce n’est par des finances de l’État, on ne pourrait compter que sur des subventions, mais les premières ont leurs limites en elles-mêmes, et elles ne peuvent donc pas couvrir tous les frais. Et on ne peut pas non plus demander des subventions à l’infini. Je pense que rien n’empêche, pour une part des dépenses, de recourir soit à l’État, soit aux subventions mais je trouve normal d’en faire supporter la plus grosse partie à ceux qui, soit sont amateurs de la discipline en compétition, soit veulent l’encourager. Plutôt que d’extorquer des subventions à des gens sans lien à l’activité, je suis persuadé que collecter un droit d’entrée à qui vient par lui-même parce qu’il l’apprécie, couvrir tous les coûts avec cela, ou les employer comme budget de développement, est la façon la plus rationnelle de récolter des fonds. Simplement, dans le cas où ces recettes ont pour but le profit des compétiteurs ou des acteurs, comme on en arrive à les confondre avec artistes, il est nécessaire d’y être particulièrement vigilant. Dans les pays occidentaux, on établit une séparation stricte entre professionnels et amateurs et il est strictement interdit de faire participer les premiers dans des équipes des seconds. En 1912, lors des Jeux Olympiques de Stockholm, un athlète américain a gagné et a été titré. Je ne pense pas qu’il ait été un professionnel mais on a appris que, par le passé, dans son pays, il avait reçu de l’argent en guise de prix à l’occasion d’une compétition, ce qui a posé un gros problème, et je me souviens que son titre lui a été retiré. Je me suis ensuite rendu aux États-Unis et, lorsque j’ai rencontré le Président Taft, la première chose qu’il m’ait dite, prenant d’abord la parole, est : « C’est sur le chemin du retour dans votre pays que vous passez par les États-Unis après les Jeux Olympiques de Stockholm, mais ce que notre athlète a fait, c’est vraiment déplorable. » J’ai alors compris à quel point le comportement professionnel était méprisé et les athlètes amateurs valorisés. C’est pourquoi je pense qu’aujourd’hui il n’y a aucune raison qui nous prévienne de prélever des droits d’entrée si l’emploi des recettes est clair et, qui plus est, profitable, et que c’est même une nécessité de l’époque.

我が国において入場料を取って競技をすることを悦ばなかった原因は、従来、芸をもって衣食をしているいわゆる芸人などが芸をもって公衆を慰め、木戸銭と称して、衣食のために一種の入場料を取りまた、それら芸人の中には素行の修らないものもあり、聴衆・観客ことに保護者に対して卑屈の態度をもって相対するなどのことがあるので、世人は入場料を取るといえば、それらのことを聯想して、何か卑しいことのように考える風がある。しかるに、入場料というものは、いわゆる芸人の演芸に対して取るのと全く異なった意味において取ることが出来るのである。欧米諸国においては、一方に芸人の入場料を取って演芸する施設もあると同時に紳士・学生などが、自己の利益を目的とせず、趣味のため、公益のため、またはその収入をもっておのれが愛好しまた世に有益と認めらるることの発達隆昌を図るため、入場料を取って、聴衆なり観客を入場せしむる場合がはなはだ多い。かの国際オリンピック大競技会のごときもそれである。私もすでに三回その大会に臨んだが、いずれも主催国の国王とか女王が保護者となり、皇太子も加われば、国務大臣貴族なども一緒に協力して行うのであって、高尚なる会合である。しかるに、いずれの国でも、入場料を取り会場その他の施設に要する費用に充てているのである。現に我が国においても、明治神宮競技大会は、秩父宮殿下を総裁に仰ぎ、参加者はいずれも紳士や学生であって、品格を備えた会合であるが、やはり入場料を取っている。もし入場料を取らなければ、どうしてそういう会合に必要なる費用を得ることが出来るか。国庫の費用かしからざれば寄附金に依るよりほかはなかろうが、国費はおのずから限りがあり、そう何事にも支出することの出来るものでない。寄附金も限りなく募ることの出来るものでない。一部の費用をあるいは国庫に、あるいは寄附金に依頼するということは差支なきことと思うが、大体はその競技なり技術を愛好し、または勧奨する人より支出せしむるを適当とするのである。その事柄に没交渉の人より寄附金を強いるよりは、自ら好んで来るものより入場料を取って、その仕事の諸経費に充て、またその拡張費に用いることは最も合理的な資金の徴収法であると信ずる。ただその収入をもって、選手なり演技者の利得を目的としたる場合は、選手なり演芸者を芸人と混同することに至るから、これは特に注意することが必要である。欧米諸国においては、職業選手と素人選手との間に厳然たる区別を立て、素人選手の仲間に職業選手を加えることを厳禁してある。一九一二年にストックホルムのオリンピック競技会で、米国の一選手が優勝して賞を貰った。その選手は職業選手ではなかったと思うが、かつて自国である時競技の賞として金員を貰ったことがあるということが分つたので、大いに問題になって、その賞を取返されたことのあったことを覚えている。その後米国に渡って、大統領タフト氏に謁見した時、大統領が一番先に口を切っていわれたのは、貴下はストックホルムの国際オリンピック競技大会からの帰途米国に立寄られたのか、米国の選手はまことに遺憾なことをしたといわれた。それほど職業的行動を卑しめ、素人選手を貴いものとしていることが分る。そういう訳であるから、今日は収入した入場料の支途さえ明らかに、また有益に使用されるなら、入場料を取るということはなんら差支のあるべき理由はなく、むしろ時勢の必要とすることであろうと思う。