(jour 14) Jūdō et disciplines de compétition (1/5)

Traduction de travail par Yves Cadot de :
Kanō Jigorō. « Jūdō no kyōgi undō 柔道の競技運動 (Jūdō et disciplines de compétition) ». Sakkō 作興, novembre 1929

Avec le développement des disciplines de compétition ces dernières années, on me pose souvent des questions sur le rapport entre elles et le jūdō. Les questions revêtent diverses formes mais, pour donner les deux extrêmes, certains rejettent le mouvement compétition, arguant : alors qu’il existe dans notre pays toutes sortes d’arts guerriers [NDT : bujutsu] formidables à la fois pour l’édification spirituelle et l’éducation physique, quel besoin y a-t-il à s’investir à toute force dans des disciplines de compétition importées de l’étranger ? Ils disent que si l’on s’exerce aux arts guerriers propres au Japon, on peut naturellement développer l’esprit japonais et toutes sortes d’autres formations morales, mais que, si l’on se plonge dans les disciplines sportives venues de l’extérieur, alors, naturellement, on devient étranger jusque dans l’âme. D’autres prônent les bénéfices du mouvement compétition et disent que le jūdō aussi doit se populariser sur le modèle des disciplines de compétition et qu’il faut tout calquer sur le modèle des sports actuels, des méthodes d’entraînement aux formules de compétition. Aucune de ces deux conceptions n’est juste. Il me semble extrêmement nécessaire de clarifier le rapport originel entre les deux.

近年競技運動が盛んになるにつれ、しばしば競技運動と柔道との関係につき質問するものがある。質問の形はいろいろであるが、両極端なのをあげてみると、ある人は競技運動を排斥し、わが国に精神教育としても体育としても立派な種々の武術があるのに、何を苦しんで外国から輸入した競技運動に熱中する必要があるか。日本固有の武術を練習すれば、自然日本人の精神も養い得られ、その他道徳的修養も出来るが、外来の競技に耽ると自然と魂までが外国人になってしまうと。またある人は競技運動の利益を説いて、柔道も競技運動の例に倣い民衆化し、その練習の方法も試合の仕方もすべて今日の競技運動の如くせねばならぬと。これはいずれも当てを得た考えではない。これら両者は、本来いかなる関係のものかということを明らかにしておくことはきわめて必要のことと思う。