Attacher la ceinture : old fashion

Il existe, aujourd’hui encore, de nombreuses façons d’attacher sa ceinture de judo, mais elles ont toutes en commun un noeud plat, serré, d’où s’échappent latéralement les deux bouts de la ceinture, l’un vers la droite, l’autre vers la gauche.

La façon supposée “classique” étant :

Jûdô daijiten 柔道大辞典, Atene shobô アテネ書房, 1999, p. 76

Et pourtant… 

Voici le noeud de ceinture tel que proposé en 1910 :

ジュウドウ テビキグサ
Isogai Hajime, Jûdô no tebikigusa, Butokukai shihatsubaisho, 1910 (p. 20)

Celui illustré en 1916 :

Morino Yukio, Shinshin shûyô bujutsu gokui tanren hô, Kokkadô shoten, 1916, p. 14

Proche de celui de 1920 :

Matsuoka Tatsusaburô, Gakkô jûdô, Ôsaka yagô shoten, 1920, p. 73

Et voici trois exemples de publications de 1939, pour montrer qu’à cette date encore n’existait toujours pas de façon canonique de nouer sa ceinture et où l’on retrouve ce noeud, celui que nous connaissons et une dernière variante plus… enfin, moins… 

Baba Toyoji, Shôgaku budô dokuhon, Tanaka Sôei dô, Ôsaka, 1939, p. 152
Miyawaki Taiken, Shôgakkô budô jûdô shidô yômoku kaisetsu, Meiji Tosho, Tôkyô, 1939, p. 178
Jûdô kyôiku kenkyûkai, Jûdô jôtatsu hô, Seitôsha shuppan bu, Tôkyô, 1939, p. 21

Tout cela n’étant pas sans rappeler cette une de 1905 du quotidien français Le Petit Parisien :

Brousse Michel, Le judo, Liber, Turin, 1996, p. 39