Itsutsu no kata -logie

Les textes ci-dessous (présentés ici dans une traduction de travail) sont ceux qui ont servi de base à la rédaction des articles consacrés à l’Itsutsu no kata dans les numéros 95 et 96 de l’Esprit du judo

Sommaire

Ce que nous en dit Kanō

Octobre 1913

Kanō Jigorō. "Jūdō gaisetsu 柔道概説 (Explication générale du jūdō)". Jūdō gaiyō 『柔道概要』, Dai Nihon Butoku-kai shūyōdan honbu 大日本武徳会修養団本部. Octobre 1913.
ことに名人の試合および起倒流扱心流の形、講道館五の形、柔の形のごときものに至りては、真に勝負の形たる性質を離れおのずから美的情操を起さしむるものにして、その見る者に快楽を感ぜしむるや大なり。かく単純なる筋肉の快感より高尚なる美的情操に至るまで快楽を得るを目的として修行するは、これを慰心法として柔道を修行すという。

En particulier pour les combats des experts ainsi que pour des choses telles que les kata de la Kitō ryū, de la Kyūshin ryū, ou l’Itsutsu no kata et le jū no kata du Kōdōkan, leure nature n’est plus d’être de véritables formes de combat mais de susciter une émotion esthétique, et le plaisir qu’ils donnent à celui qui regarde est immense. Ainsi, lorsqu’on pratique le judo dans l’objectif de parvenir à un plaisir qui va d’une simple satisfaction musculaire jusqu’à éprouver un sentiment esthétique raffiné, on parle de pratiquer le judo comme méthode de réconfort.

また五の形というものあり。こは激浪断崖[だんがい]に打当りて戻るとき、その勢いすさまじく家屋船舶触るるに従いて渫[さら]い去るがごとき実状を身体の動作に表現するの類にして、これを巧みに行うときは傍観者をして一種の美的感情に打たれざるを得ざらしむ。この形も講道館において始めて作られたるものにして、最も深き研究と練習とを要するものなり。

Il y a également l’Itsutsu no kata. Il est d’un genre qui exprime au travers des gestes du corps des réalités telles que lorsqu’une vague furieuse frappe la falaise et se retire, sa puissance est si grande qu’elle emporte maisons et navires sur son passage et, quand il est bien exécuté, celui qui regarde ne peut être que frappé d’une forme d’émotion esthétique. Ce kata a également été créé au Kōdōkan et il nécessite exercice comme l’étude la plus profonde .

(Pour la partie surlignée, comparer avec ce que Munakata a écrit 5 mois auparavant) 

Novembre 1921

Kanō Jigorō. "Ippan no shugyōja ni kata no renshū o susumeru 一般の修行者に形の練習を勧める (Encourager la pratique du kata pour tous les pratiquants)". Yūkō no katsudō 有効乃活動. Novembre 1921.
これらの外に、今日まで講道館で教え来った形といえば五の形、古式の形、剛の形等である。五の形はおのおの深い意味を含蓄していて、よく味わってみれば面白味もあるのであるが、今日はまだ完成していないのである。他日なお数も増し、ある部分は外の形に結び付いて、今日の組合せは変わる運命をもっていると思う。だからこれは、有志の者は練習して差支えのないことはもちろんであるが、今日の講道館柔道として必ずしも学ばなくともよいのである。

En plus de ceux-ci, dans les kata enseignés jusqu’aujourd’hui au Kōdōkan, il y a l’itsutsu no kata, le koshiki no kata, ou le gō no kata. Chaque mouvement de l’itsutsu no kata contient un sens profond et, si on le goûte bien, il est passionnant, mais il n’est pas encore achevé aujourd’hui. Je pense que son agencement actuel est amené à changer, qu’un de ces jours je rajouterai des mouvements, que j’associerai certaines parties à d’autres kata. C’est pourquoi il ne s’agit bien sûr pas d’empêcher ceux qui le souhaitent de s’y exercer mais, pour le Kōdōkan jūdō actuel, on n’est pas obligé de l’apprendre.

Novembre 1926

Kanō Jigorō. "Jūdō no hattatsu 柔道の発達 (Développement du jūdō)". Shin nihon-shi dai-yon kan budō-hen『新日本史第四巻武道編』 (Nouvelle histoire du Japon, volume 4, livre des budō). Yorozuchōhōsha 万朝報社. Novembre 1926.
この外に五の形というのがある。これは明治三十年前後から教え始めたのであるが、まだ完成しておらぬ。しかし他日完成の暁には、これは柔道に一新生面を開くものである。昔の柔術においては、運動の目的はいずれも直接または間接に攻撃あるいは防禦であった。しかるに五の形のうち後の三つは天然の力を人間の運動によって表現するのであって、攻撃あるいは防禦の意味は少しもない。そのうち第五の形の如きは逆波[さかなみ]が岸壁に打[ぶ]っつかって退却する際、途中にある船でも家でも一切のものを浚[あら]って行く有様を形容したのである。将来そういう種類の形を多く作って、一つには運動によってまたは種々の姿勢によって美の情操を起こさしめ、一つには身体を鍛錬する目的に供したいと思っている。

Sinon, il existe l’itsutsu no kata. J’ai commencé à l’enseigner aux alentours de l’an trente de l’ère
Meiji [NDT: 1897], mais il n’est pas encore complet. Cependant, lorsqu’un de ces jours il le sera, il ouvrira une facette du jūdō radicalement nouvelle. Dans les jūjutsu d’autrefois, le but de tous les mouvements était, directement ou indirectement, l’attaque ou bien la défense. Or, dans les trois derniers mouvements de l’itsutsu no kata, on exprime la force de la nature par les déplacements de l’homme et il n’y a pas la moindre intention d’attaque ou de défense. La cinquième séquence de celui-ci, par exemple, exprime la lame de fond qui frappe le quai et emporte toute embarcation ou maison qui se trouve sur son chemin. Je voudrais dans le futur créer de nombreux kata de ce type dans le double but de, d’une part, susciter une émotion esthétique par les mouvements ou les diverses attitudes et, d’autre part, renforcer le corps.

Avril 1927

Kanō Jigorō. "Shōrai no kokumin taiiku ni tsuite 将来の国民体育について (A propos du futur de l'éducation physique populaire)". Sakkō 作興. Avril 1927.
このほかに、今一つ国民体育の方法を考えている。それは表現式国民体育と命名しようと思っている。それはどういうのかというと、これもやはり意味のある運動でなければならぬという着眼から起った案である。現に、講道館柔道の五の形の中にもあるように、天然の力を形に表すことが出来る。

Sinon, je réfléchis aussi actuellement à une autre méthode d’éducation physique populaire. Je pense à la baptiser éducation physique populaire de type expressif. Cette proposition est bien évidemment née de l’idée qu’il doit s’agir de mouvements qui ont du sens. On peut, ainsi qu’actuellement dans l’itsutsu no kata du Kôdôkan, exprimer la puissance de la nature sous forme de kata.

Mai 1927

Kanō Jigorō. "Kōbō shiki kokumin taiiku 攻防式国民体育 (Éducation physique du peuple sous forme d'attaque et défense)". Chūtō Kyōiku 中等教育. Mai 1927.
私は国民運動について二種類を考案している。その一つは攻撃防禦を目的として身体の練習をするもので、その中に単独で出来るものと相手を要するものとある。今一つは運動によっていろいろの意味を表す種類のものである。前者は武術を基礎として作ったものであり、後者は一種の意味を形に表す種類の運動で、あるいは水の動く有様を形容し、あるいは風のために物体が動揺する有様を形容し、自らその中に人間の思想、感情を表現する運動で、講道館柔道の五の形や在来我が国に行われておる踊り、舞、能等における運動のごときものである。いずれも意味のある運動である。それゆえに運動に興味が添いまた限りなき熟練を要するのである。

J’ai imaginé deux sortes d’activité populaire. L’une consiste en un exercice physique dans un but d’attaque-défense, dans laquelle se trouve une partie que l’on peut faire seule, et une autre qui nécessite un partenaire. L’autre revient à exprimer toutes sortes de significations au travers des mouvements. La première a été conçue avec les arts guerriers pour base, la seconde est un type d’activité qui exprime par la forme certaines significations, un type d’activité où s’expriment naturellement les pensées et émotions humaines en figurant soit l’eau en mouvement, soit le frémissement du au vent d’un objet, et qui s’apparente à l’Itsutsu no kata du Kōdōkan ou aux danses ou théâtre nô déjà pratiqués dans notre pays. Tous sont des mouvements ayant du sens. C’est pourquoi cette activité est si intéressante et qu’elle réclame une infinie dextérité.

Décembre 1927

Kanō Jigorō. "Jūdōka to shite no Kanō Jigorō (dai-jūnikai) 柔道家としての嘉納治五郎(第十二回) (Kanō Jigorō, le jūdōka (XII))". Sakkō 作興. Décembre 1927.
このほかに今日行なわれている形に五の形というものがある。これも未成品で実際行なわれてはいるが、完成したものではない。そのうち最初の二つは起倒流の形と趣を同じうしているが、のちの三者は昔の柔術には全くなかった性質のものである。

Sinon, parmi les kata aujourd’hui en vigueur, se trouve l’Itsutsu no kata. Il est certes pratiqué mais il est encore incomplet et il n’est pas parfait. Les deux premiers mouvements ont la même teneur que les kata de l’école Kitō mais les trois suivants sont d’une nature qui n’existait absolument pas dans les jūjutsu d’autrefois.

元来、攻撃・防禦が武術の手段として必要であったこと、すなわち手段そのものが、実際目的に比してかえって尊重せられるに至ったという事実が、昔の柔術においてすでに認められるのである。これを他の例についていってみれば、一体交易というものは、昔はいうまでもなく物々交換であって、こちらの所有物で他方の人の役にたつものと、他方のものでこちらが欲するものと交換したのが本来である。しかるに、後には欲するものを得んとするに一定の貨幣を使用するようになり、それも、始めは、貨幣そのものに価値のある貝殻・金銀・銅・鉄のごとき、いわゆる硬貨を用いたが、ついには、貨幣そのものには値のない紙幣を用うるに至った。しかも、取扱上の便宜等から、硬貨よりはかえって紙幣を喜ぶに至ったのである。ようやく進んでは、紙幣よりも一層、信用を重んずるようになった。信用は執ることも握ることも出来ない空なものではあるが、売買には必要であり、便利なものであるから、実物以上に重んぜられるに至った。この道理はいかなるものにも存在する。柔術も武術としてこれを見るときは勝ち負けの実際の目的にかなってこそ武術である。しかるに、勝負に必要なる要素として、落ちつきとか、身体の動作の敏活とか、熟練というようなものが、筋骨の力以外に加わって、真の勝負が定[きま]るもので、これらのものが、武術上尊重せられてくる。そこで、この落付、熟練などというようなものをば、筋骨の力から切り放して、それ自身に尊重せられる。昔からの柔術で、起倒流・扱心流などの形になると、そのかたむきが非常に顕著になってきている。
こういうような訳で、すぐれた形の先生が真剣勝負において必ずしもつねに勝ち得ないのであるが形としてはすこぶる高尚な形となっている。こういう次第で昔の柔術においてすでに直接勝負の目的でなくその手段たるものがたっとばれて、先に例をあげた商売において実物より信用のかえって貴ばれるがごときかたちをなして来ていることは事実である。この考えを推し進めて行けば必ずしも肉体的の勝負の目的にかなわんでも巧妙にして優美なる動作が尊重せられるという道理が生ずる。種々の意味で、水の動く形、天体の運行、その他百般の天地間の運動を人間の身体をもって巧みに表現することも尊ばれる。五の形の終わりの三本はこの意味合いから出来たのである。

Qu’à l’origine l’attaque – défense aient été nécessaire comme moyen des arts guerriers, puis qu’en somme le moyen lui-même en arrive à être plus respecté que l’objectif réel, on s’en aperçoit déjà dans les jūjustu d’autrefois. Pour le dire au travers d’une analogie, le commerce, était autrefois, cela va sans dire, un échange de marchandises dont la base était d’échanger ce que je possédais qui pouvait être utile à l’autre contre ce que je désirais et qui était en sa possession. Pourtant, par la suite, on s’est mis à utiliser une monnaie fixe pour obtenir ce que l’on désire et, là encore, au départ, on a utilisé pour monnaie ce qui avait de la valeur en soi, comme les coquillages, l’or, l’argent, le bronze ou le fer mais, finalement, on en est arrivé à utiliser du papier qui n’a aucune valeur propre. Qui plus est, du fait que c’est notamment plus pratique à manipuler, on en est venu à préférer les billets aux pièces. Et, bientôt, le crédit a pris le pas sur les billets. Le crédit est une baudruche vide qui ne peut être ni saisie ni empoignée mais, comme elle est nécessaire au commerce et pratique, on en est venu à lui accorder plus de poids qu’à l’objet réel. Ce principe réside en toute chose. Quand on regarde cela en tant que jūjutsu ou bujutsu, on est dans le bujutsu tant que l’on répond à l’objectif réel de la victoire et de la défaite. Pourtant, comme ce sont les éléments essentiels au combat tels que le calme, l’agilité du déplacement, ou la dextérité en complément de la force physique qui déterminent l’issue réelle de l’affrontement, ce sont eux qui en sont venus à être considérés dans les bujutsu. Puis, ce calme ou cette dextérité ont finalement été valorisés pour eux-mêmes, coupés de la force physique. Et cette tendance est particulièrement frappante, pour ce qui est des jūjutsu d’autrefois, dans les kata de la Kitō ryū ou de la Kyūshin ryū, par exemple.
C’est pourquoi les grands professeurs de kata ne peuvent pas forcément l’emporter dans un combat réel mais, pour ce qui est de leur kata, il est extraordinairement raffiné. Ainsi, dans le jūjutsu d’autrefois, sans qu’il ne s’agisse déjà plus directement de l’objectif du combat, on valorisait son moyen, comme dans l’exemple précédent avec le commerce où, plutôt que l’objet réel on en vient en fait à valoriser le crédit. Si l’on suit cette logique, naît alors l’idée que peut être valorisée une gestuelle gracieuse et exquise qui ne répond pas nécessairement à l’objectif du combat physique. De différentes façons, exprimer habilement par le corps l’eau en mouvement, la course des astres, le déplacement de toute chose comprise entre la terre et le ciel, est respecté. Les trois dernières séquences de l’Itsutsu no kata relèvent de cette conception.

Mai 1930

Kanō Jigorō. "Dōjō ni okeru kata randori renshū no mokuteki o ron zu 道場における形乱取練習の目的を論ず(第一回) (Des objectifs des exercices de kata et de randori dans le dōjō (I))". Jūdō 柔道. Mai 1930.
この形は体育と武術とを兼ねたものであるが、外に投の形、固の形の如き乱取の形もあり、極の形の如き武術本位のもあり、また柔の形、古式の形、五の形の如き美育を加味したものもある。

Ce kata [Seiryoku zen.yō kokumin taiiku] combine éducation physique et bujutsu mais il existe également des kata de randori comme le Nage no kata ou le Katame no kata, d’autres purement guerriers comme le Kime no kata, d’autres encore comme le Jū no kata, le Koshiki no kata, l’Itsutsu no kata qui éveillent le sens esthétique.

Août 1930

Kanō Jigorō. Seiryoku zen.yō kokumin taiiku 『精力善用国民体育』 (Éducation physique du peuple à la bonne utilisation de l'énergie). Kōdōkan bunka-kai 講道館文化会. Tōkyō. Août 1930.
講道館柔道の形の中で五の形と称するものの後の三つは、武術式というよりはむしろ思想を表現した形といわなければならぬ。

On doit dire que les trois dernières formes du kata que nous appelons Itsutsu no kata en jūdō Kōdōkan, plus que de type bujutsu, sont plutôt l’expression de la pensée.

Munakata Itsurō, 1913

Munakata Itsurō 宗像逸郎. Jūdō 柔道. Naigai shuppan kyōkai 内外出版協会. mai 1913.
五(イツツ)の形五本

Itsutsu no kata, cinq mouvements

此の形は僅かに五本なれども身心の順正有効自在強健の柔道原理を身体の動作に著しく体現したるものである。譬へば激浪断崖に打ち当たりて戻るとき、其の勢すさまじく、家屋船舶触るるに従ひて渫ひ去るが如き実状を身体の動作に表現したるものにして、之れを巧みに行ふときは、看る者をして其の霊活雄大なる動作に対して一種の美的感情に打たれしむるものである。此の形も講道館に於て始めて作られたるものにして、柔理の最も深き研究と技術の高き練習とを要するものである。

Ce kata ne comporte que cinq séquences mais il incarne formidablement au travers des mouvements du corps les principes du judo de justesse, efficacité, liberté, santé, du corps et de l’esprit. C’est, par exemple, l’expression au travers des gestes du corps des réalités telles que lorsqu’une vague furieuse frappe la falaise et se retire, sa puissance est si grande qu’elle emporte maisons et navires sur son passage et, quand il est bien exécuté, celui qui regarde est frappé d’une forme d’émotion esthétique face à cette gestuelle vive et grandiose. Ce kata a également été créé au Kōdōkan et il nécessite l’étude la plus profonde du principe jū ainsi qu’un haut niveau technique.

Ce qui est surligné est ce qui est repris mot pour mot par Kanō dans son article d’octobre 1913. 

Murakami Kunio, 1920

Murakami Kunio 村上邦夫. "Itsutsu no kata kaisetsu 五の形解説 (Explications de l'Itsutsu no kata)". Yūkō no katsudō 有効の活動 (Un comportement efficace). Jūdōkai honbu 柔道会本部. août 1920.
Août 1920 
序言
五の形は講道館で制定された形の中で最も高尚なものである。この形を私如きが解説することは烏滸[おこ]がましい事である。従て解説といふても、私が修得した程度の解説にすぎない訳である。故に五の形の意義が之で尽きたものと思はれては困る。五の形の大体が是で理解され、五の形を学ぶ素地を作る助となれば幸いである。

Avant propos
L’tsutsu no kata est le plus raffiné de tous les kata créés au Kōdōkan. Que quelqu’un tel que moi en propose l’explication m’apparaît présomptueux. En conséquence, plutôt qu’une explication, il ne s’agira de rien de plus que ce que j’ai pu en saisir. C’est pourquoi je ne voudrais pas que vous pensiez de cette présentation que le sens de l’Itsutsu no kata a été révélé. Mon but est que cela permette de comprendre globalement l’Itsutsu no kata et que cela aide à bâtir les fondations de son étude.

第一、五の形の名称に就て

I. À propos de l’appellation de l’Itsutsu no kata

五の形はよくゴノカタと読む方があるが、之はイツツノカタといふのである。これは師範が御示[おしめし]になったのであるから間違いない。

Certains le lisent Go no kata [NDT : go et itsutsu sont deux lectures possibles du même caractère 五], mais cela se dit Itsutsu no kata. Il n’y a aucun doute là-dessus puisque c’est Me Kanō lui-même qui l’a indiqué.

五の形は、業が五つだから五つの形といふのである。業の数によつて名称を附したものである。若し六つならば六つの形、七つならば七つの形となる訳である。現在は業が五つだから五つの形だが、五つと固定したものではないと承つて居る。将来は数が増すかもしれない。

C’est parce qu’il est composé de cinq techniques que l’Itsutsu no kata se nomme ainsi [NDT : itsutsu 五, signifie « cinq »]. C’est en rapport avec le nombre de techniques qu’il a été baptisé. S’il en comptait six, on parlerait de Mutsu no kata [NDT: mutsu 六, « six »] et, s’il en avait sept, de Nanatsu no kata [NDT: nanatsu 七, « sept »]. Comme il en comporte cinq actuellement, on parle de l’Itsutsu no kata, mais comprenez qu’il n’est pas fixé à cinq. Peut-être que, dans l’avenir, leur nombre augmentera.

五の形の一々に就いては名称が無い。未だ名称を附してない。何故に名がないか、その理由はなまじ名称を附しても、業そのもの及其内容を限つて仕舞ふ。云い換へて見れば、五の形の一々の形及び内容を表はしうる名称がないのである。将来適当の名称が発見されたらば或は名称ができるかもしれぬ。

Il n’y a pas de nom pour chaque technique de l’Itsutsu no kata. Pas encore. Et la raison en est que si on le faisait de façon irréfléchie, cela limiterait tant la technique elle-même que son contenu. En d’autres termes, il n’y a pas d’appellation pour exprimer chacune des formes de l’Itsutsu no kata et leur contenu. Si, dans le futur, une appellation adéquate était trouvée, alors, peut-être, un nom leur serait donné.

第二、五の形総説II. Explication générale de l’Itsutsu no kata
五の形は、勿論柔道の理法に則るものであるが、その間自ら趣を異にするものが有るから、私は是を大体二種に区別して考えるが適当だと思ふ。其第一種に属するものは第一と第二である。第三、第四、第五、を第二種とする。

L’Itsutsu no kata suit bien évidemment les principes du judo, mais comme il s’y trouve des séquences qui diffèrent dans leur essence, il me semble pertinent d’en distinguer deux types. Les mouvements se rapportant au premier type sont le premier et le deuxième. Les troisième, quatrième et cinquième séquences constituent le second.

第一種は、柔道の理法の極致を表はしたものであつて、第二種は天地間の現象をとり来つて柔道の形に表はしたものといひ得ると思ふ。

Je pense que l’on peut dire que le premier type révèle les principes du judo à leur plus haut degré, tandis que le second exprime les phénomènes naturels dans un kata de judo.

しかして第一種第二種共に柔道の攻撃防禦の広い意味に於いては含有するが、狭く考へた攻撃防禦の意味は既に脱して居る。敵が打つてくる、切つてくる、故にかくしてかく取り挫ぐといふ、直接の攻撃防禦のことからは脱却して、攻撃といふ力、防禦といふ力、或は力と力と勝敗相分れるといふ風に、実際から遠ざかつている。而してかかる性質であるからして、形そのものが意義を形に表はすものとなつて、従つて形そのものに十分に固定的な性質を有して居ない。形を演ずる其人の頭によつて形の上に差が生ずる。まあむづかしい言葉で云へば芸術的の性質をもつて居るのである。

Toutefois, premier comme second type recèlent le sens large de l’attaque-défense en judo, tandis qu’ils ont déjà été dépouillés du sens de l’attaque-défense perçues de façon étriquée. On se dégage de l’attaque-défense directes telle que l’ennemi arrive pour frapper ou pourfendre et, alors, on l’écrase comme cela, et on s’éloigne de la réalité de la lutte où l’on distinguerait une force dite d’attaque et une autre de défense, ou bien de force contre force. De plus, relevant de cette nature, le kata lui-même est expression du sens par la forme et, en conséquence, ne se trouve pas en ce kata de nature complètement fixée. Des différences formelles apparaîtront selon ce que la personne qui l’exécute a en tête. Pour le dire en termes un peu plus complexes, il est d’une nature artistique.

第三、五の形各論III. Présentation de chaque séquence de l’Itsutsu no kata
イ、第一A. Première forme
第一の形は、柔道の力の使ひ方を表はすものである。初め、約一間の距離で向ひ合つて立つて居る。この距離も必しも一間と決まつたものでない、広くても差支ないと思ふ。狭くてはよくない、気分に於いて大分違つてくる。遠い丈はいいかと思ふが、遠い丈け困難で有る。それで一般には約一間で可いと思ふ。さうして立礼する。立礼して互に自然本体で向ひ合つて立つ。この瞬間より既に気合盈実、而も静かなる事林[りん]の如く、澄めること鏡の如く、且つ云ひ表はし得ない力が内に盈ち盈[み]ちて居る。動[どう]と静[せい]とを併せ、有ならす無ならずである。

La première forme exprime la façon d’utiliser la force en judo. Au départ, on se tient debout face à face à une distance d’environ 1,80m [NDT : ikken ±1,82m]. Cette distance n’est pas absolument fixée à 1,80m et je pense que cela ne gêne pas si c’est un peu plus. Par contre, il n’est pas bon d’être plus proches, car cela induit un grand changement d’humeur. Je pense qu’il est bon d’être à grande distance, mais ce n’est pas facile. C’est pourquoi, généralement, 1,80m me paraît bien. On se salue ensuite debout. Puis on se fait face en shizentai. Dès cet instant, déjà, la concentration [NDT : kiai] est totale, le silence tel la forêt, la pureté telle le miroir, et une force indescriptible grandit en nous et nous emplit. Il s’agit de la combinaison du mouvement et de l’immobilité, de l’être et du non-être.

而して捕は前進する、其前進するや、凝らず固まらず、早からず遅からず、振天[しんてん]動地の気ありて而も発せずとでも云はうか、遂に右手は一歩一歩に高きを加へて、愈[いよいよ]受と相接する時は、その掌[て]は受の胸の真正面にあたるのである。

Alors tori s’avance et, ce faisant, il n’est ni raide, ni dur, ni rapide, ni lent, avec une énergie ce que l’on pourrait qualifier d’irrésistible [« à ébranler le ciel et faire trembler la terre »] qui, pourtant, ne s’exprime pas, la main droite s’élève pas après pas et quand finalement il entre en contact avec uke, il pose cette paume directement sur sa poitrine.

其掌が受の胸に触るるや、極軟かに最静[もっともしづか]である。而してその力は静々と受の体[たい]に働く、茲[ここ]に於て受は、体の上部を押されるために、両踵を連ねたる線上[せんじょう]に支点が出来て、極微少なる力にも容易[たやす]く制せられる事となるのである。

Lorsque cette main se pose sur la poitrine d’uke, elle est d’une souplesse et d’une tranquillité absolues. Mais sa force s’applique doucement sur le corps d’uke, lequel se retrouve, étant poussé en haut du corps, en appui sur la ligne des deux talons et est facilement dominé par cette force absolument infime.

受にして若[も]しもそのままに放置[ほうち]せんか、忽にして転倒して了うのである。故[ゆゑ]に受は、何の足か少し退いて、己の体勢を安定ならしめんとする。されど捕は、引きたる場合にも、尚体[たい]の正面と直角に力を及ぼす、受は更に一方の足を引く、引けば又捕はその体の正面と直角に力を及ぼす、而も捕の力は漸次[ぜんじ]その大を増し、受の体勢は漸次大なる崩れとなり、受退くと捕進み、遂に受は捕につきはなされ、直後[すぐうしろ]に倒れるのである。

Si uke voulait rester ainsi, il tomberait aussitôt à la renverse. C’est pourquoi il recule légèrement l’un de ses pieds et cherche à stabiliser sa posture. Alors, tori, même s’il y a recul, exerce toujours une force perpendiculaire au corps, alors uke recule encore d’un pas, et tandis qu’il le fait, tori exerce toujours sa force perpendiculairement, l’accentuant progressivement, si bien que la posture d’uke finit par être peu à peu fortement ébranlée et, tandis que tori avance dès qu’uke recule, finalement, uke est éjecté par tori et tombe directement en arrière.

形[か]の理は右の如くであるが、捕と受と相接[あいせつ]する気分の点に至っては、到底吾人の筆に書き尽す事は出来ない。而して受退き捕進み、一歩一歩に力が変化し、而も柔道の理[り]に当たる所、意志の力を以てして然るにあらず、所謂為無而窮自然之妙と形容[けいよう]すべきであらう。疾風一過而も波[なみ]立ちしを知らず、相接触する者すべて粉碎しさると雖、その表はるるや静かに、倒し去りて静かに止[とま]るや、全く無心の境[きゃう]。その運動は緩より急に、急より緩に、茲に運動の美[び]を表はす。これが第一の大畧であると思ふ。

Le principe de la séquence est tel que ci-dessus mais, pour ce qui est du sentiment dans le contact entre tori et uke, je suis totalement incapable de l’exprimer par écrit. Cependant, uke recule, tori avance, la force change pas après pas et sans doute pouvons-nous dire que ce qui correspond au principe du judo, c’est qu’il ne s’agit pas de l’expression de la puissance de la volonté, mais d’exprimer l’idée de réaliser la subtilité de la nature par le non-agir [NDT : il y a cependant inversion des caractères (-> 為無) pour ce que nous traduisons par « non-agir » (無為, mui / bui) et que nous retrouverons plus tard, c’est pourquoi nous considérons qu’il s’agit d’une erreur typographique]. Ainsi qu’une rafale de vent ignore qu’elle a fait se lever une vague qui fracassera tout ce qui entre en contact avec elle, calme quand elle surgit, calme quand elle retombe, il s’agit de la pleine expression de la non-intention. Ce mouvement est plus rapide que lent, plus lent que rapide, et c’est là que se manifeste son esthétique. Je pense que ce sont là les grandes lignes de cette première séquence.

Septembre 1920 
第二も前の第一と同じく柔道の極致を示したものと思ふ。

La deuxième séquence, à mon sens, démontre, comme la première, la perfection du judo .

柔道の技に於て、力と力と接触する場合に於て、柔と剛との二種がある。柔とは力と力と抵抗しない力の使ひ方であり、剛とは、力と力と抵抗する力の使ひ方を云うのである。

Dans les techniques de judo, quand il s’agit de la rencontre force contre force, on trouve deux façons que sont jū et gō. Jū, c’est la manière d’utiliser la force qu’elle s’oppose à l’autre et, gō, concerne la manière d’employer la force en opposition à l’autre.

柔といふ力の使ひ方は、柔道の柔道たる所以のもので、日本に於ける柔道の発達史に見ても、これが柔道の生命である。

La façon d’utiliser la force selon jū est ce qui fait du judo le judo et, quand on observe l’histoire du développement du judo au Japon, c’est ce qui constitue la vie du judo.

然り、柔道は柔道の生命である。力と力と抵抗しないで、之に順応しつつ勝を制するが柔道の妙訣[みょうけつ]である。が、吾人は茲に一考[こう]しなくてはならぬ。柔は力と力と抵抗しないといふならば、何処迄も力と力と抵抗しないならば如何なる結果を持来すか。何処までも柔ならば到底勝つ事はない訳である。相手が押す、己は之に従つて退く、押す退く、押す、又退く、遂に退くのみである。かくの如きを名[なづ]けるならば柔の柔である。吾人は柔の柔を学ぶことは出来ぬ即柔は力と力との接触の際に於ける力の使ひ方である。やがては勝つべき力が相手に及ぼされるのである。故に、吾人は剛の柔と之を名けて、この剛の柔を学ばねばならぬ。但し、茲に云ふ柔の柔剛の柔の上の方の柔は、弱いといふ意味の柔、剛は強いといふ意味の剛であつて、力の使ひ方に就いて云ふ下の方の柔剛とは、意味を異[こと]にする事[こと]を注意して戴きたい。

En effet, le judo est la vie du judo. Ne pas opposer la force à la force et, ainsi, obtenir la victoire en suivant l’ordre des choses est le summum du judo. Mais je dois ici livrer une réflexion. Si jū est ne pas opposer la force à la force, quel pourra bien être le résultat si nous n’opposons jamais aucune résistance ? Si l’on est indéfiniment jū, on ne gagnera jamais. L’adversaire me pousse, je m’adapte à cela et recule, il pousse, je recule, il pousse, je recule encore et, finalement, je ne fais que reculer. Si je dois nommer cela, ce serait jū no jū [NDT : « l’adaptation de l’adaptation », « la souplesse de la souplesse »]. Je ne peux pas apprendre jū no jū, car jū est l’utilisation de la force lors d’un contact entre deux forces. Au final, la force amenant à l’emporter sera appliquée sur l’adversaire. C’est ce que j’appelle gō no jū, et c’est ce gō no jū [NDT : « la douceur de la dureté »] qu’il faut apprendre. Toutefois, je souhaite que vous fassiez bien attention au fait que jū, dans ce qui précède et que j’appelle ici jū no jū / gō no jū, a pour sens le faible et gō celui de fort, et que cela diffère de la signification qu’aura gōjū dans ce qui va suivre.

この剛の柔、これが柔道の生命でなくてはならぬ。而して其剛の力が僅かなだけ、夫[そ]れ丈[だ]け業は微妙になつたのであつて、其力が零に達する時、其頂点に至つたともいへるのである。即無為[すなはちむい]にして勝つものである。

Ce gō no jū doit être le principe vital du judo. Toutefois, comme plus la part de gō est infime, plus la technique est subtile, quand cette part atteint la nullité, on peut dire que l’on est parvenu au sommet. En d’autres termes, il s’agit de vaincre par le non-agir.

無為は無能[むのう]でない。又無為なる本体[ほんたい]は空虚[くうきょ]なものでない。偉大なる力の集積[しふせき]であり、且純真なるものである。形より云へば不動であり、質より云へば易動[えきどう]である。この本体にして始めて無為にして勝つ事が出来るのである。

Le non-agir n’est pas l’impotence. Et la nature du non-agir n’est pas la vacuité. Il s’agit de l’accumulation d’une immense puissance et de quelque chose de pur. En termes de forme, c’est inamovible, en termes de substance, c’est aisément mobile. C’est en adoptant cette nature que l’on peut vaincre par le non-agir.

第二の形[かた]は、第一の形が済んで、捕は無心の境に直立している。受は起き上がり、静かに歩いて捕の直前一歩位の処に來り、右足を踏み出しながら右手の捕の左帯の処に突き出して来る。

Pour la seconde forme, une fois la première terminée, Tori reste droit dans un état de non-intention. Uke se relève, marche tranquillement jusqu’à se trouver à un pas environ de tori et tout en avançant le pied droit, tend la main doite vers le côté gauche de la ceinture de tori.

捕は無心にして立つて居た、併し忘心[ぼうしん]ではなかった。受が攻撃して来る瞬間、捕にはその攻撃を知り、且つ最も適当な判断を下し立どころに処置[しょち]する。即ち左膝をつき(左足先は爪立てる)突き出して来た手に、左手は手首のあたり、右手はこの臂のあたりに添[そ]へ、突いて来た力に全く副ふて、且つ全くその方向にずつと引いて、相手をして相手に力に加ふるに捕の力を以て倒れしめるのである。捕は両手を添へたきりで、頭も元のままに、姿勢端然として些の動揺もない。

Tori se tenait sans intention mais n’était pas absent. A l’instant où uke attaque, tori perçoit cette attaque, et la gère en prenant la décision la plus pertinente sur-le-champ. Il pose le genou gauche au sol (orteils du pied gauche relevés), saisit le bras d’attaque de sa main gauche au poignet et de la droite au niveau du coude et, accompagnant totalement la force qui fondait sur lui, tirant absolument dans le même sens, il fait chuter l’adversaire en ajoutant sa force à la sienne. A part l’action des mains, tori maintient sa tête comme au départ, conservant sans le moindre tressaillement sa posture juste.

動作は僅にこれだけである。これ位の動作は、少し体の鍛錬が出来た人ならば誰にも出来る。然し真に出来るには決して容易でない。

Pour ce qui est du mouvement, il ne s’agit que de cela. Quiconque s’est un tant soit peu forgé le corps peut y parvenir. Toutefois, pour l’accomplir réellement, c’est loin d’être chose facile.

捕の心些の動揺なく、疑惑[ぎわく]なく透明徹底して、攻撃の前も制服の後も変わりなく、気合盈実して而も我なく、秋風一過した時の如く、自然の妙が表はされなければならむ。而して夫れが柔道の原理に叶つて、動作が柔道の規に合し、且つ自然に一致しなくてはならぬ。

Il ne doit pas y avoir le moindre vacillement, le moindre doute dans l’esprit de tori qui doit rester d’une transparence absolue, sans altération entre avant l’attaque et après l’avoir maîtrisée, dans une concentration totale, et il faut démontrer les mystères de la nature, comme si le souffle d’une brise d’automne venait de simplement passer. Mais il faut que cela soit en accord avec les principes du judo, que le mouvement soit conforme aux règles du judo et être en harmonie avec la nature.

簡単に解せば簡単である。而も簡単が必しも価値のないものでない。柔道の真味[しんみ]を真に体得すればする程かくの如き簡単な業の中に、無限の興趣は掬まれるのである。水は単に水である。而も水の中に無限の教訓もある。自然は実に妙である。この自然に生きる処に五の形も妙趣もあると思ふ。

Si l’on résout les choses simplement, c’est simple. Mais ce qui est simple n’est pas sans valeur. On peut puiser un intérêt infini dans des techniques simples telles que celle-ci pour peu que l’on comprenne vraiment la véritable saveur du judo. L’eau n’est que de l’eau. Pourtant, elle est source d’infinis enseignements. La nature est vraiment mystérieuse. Vivant dans cette nature, je trouve que l’Itsutsu no kata également possède ce charme indicible.

Octobre 1920 
第三以後の形は、宇宙間に於ける現象を柔道の形[かた]に表はしたものであることは、前に陳[の]べた通りである。

Ainsi que je l’ai dit précédemment, à partir de la troisième forme, il s’agit d’exprimer les phénomènes de l’univers sous forme de kata de judo.

第三に於て先づ其形[かたち]と説[と]かう。第二に於て受に倒されて居る。其起きようとするとき、受は両脚を前に組む形[かたち]にし、丁度あぐらをゆるく組んだやうな形になり、上体を前に傾けつつ起き上るのである。その起き上ると同時に、両臂を斜上前に開[ひら]きつつ、丁度立上つて仕舞つた時開ききる如[や]うにす。開ききるといふものの、両臂を後に開きすぎては、体のまとまり悪くなる故、やや前方に止む。

Pour cette troisième séquence, commençons par la décrire formellement. Uke est au sol suite la deuxième. Pour se relever, il croise ses jambes devant lui, comme en position de tailleur relâchée et il se redresse en penchant son buste vers l’avant. Tout en se relevant, il commence à ouvrir les coudes en oblique sur l’avant, de façon à finir de les déployer pile au moment où il s’est redressé. Il s’agit de les ouvrir pleinement mais comme, si on les tire trop en arrière, le corps n’est plus en harmonie, on arrête quand ils sont encore légèrement vers l’avant.

捕は左膝を畳につきて相手を引落したから、その姿勢で居る、それから立上りつつ受と同じく姿勢をとる。即ち起き上りつつ両臂を開くのである。茲に於て、受も捕も同じ形のものとなる。

Tori, qui a le genou gauche au sol après avoir tracté et fait tomber [NDT : hiki otoshi] son partenaire conserve cette attitude puis, se relevant, adopte la même posture qu’uke. C’est-à-dire qu’il écarte les coudes en se relevant. Là, uke comme tori ont pris la même forme.

受も捕もやや弧線[こせん]をなすやうに左の方にまわりながら接近する。さうして相接[あいせつ]したとき、受の胸と捕の胸と相触れ、捕の左手首の下に受の右手首、受の左手首の下に捕の右手首が接し、これが連鎖となるのである。さうして左の方に二人ながらまはりつつ、捕は体を捨て受はそのまはる力にて倒れるのである。捕は倒れて自然の儘に、受は倒れた勢で立上り、無心に立つて居るのである。

Uke et tori se rapprochent en tournant vers la gauche selon une trajectoire légèrement arquée. Puis, une fois au contact, les poitrines d’uke et tori se touchent, les poignets sont en contact, le droit d’uke sous le gauche de tori, le gauche d’uke au-dessus de celui de tori, et c’est ainsi que s’établit le lien. Puis, tout en continuant tous deux à tourner vers la gauche, tori sacrifie son corps et uke est renversé par cette force de rotation. Tori reste naturel au sol, uke se redresse par l’élan de sa chute et se tient debout, sans intention.

大体の形[かたち]は以上の通りである。この形[かたち]は二つの偉大なる力を想像しなくてはならぬ。両臂を開いたときは、その手は無限の空間にのび、その指も亦無限の空間にのびて居る気持ちで、己は偉大なる力の塊である。故に立ち上りながら行ふ動作は、その予備運動に過ぎない。然しその動作の間も、宇宙に盈つる力の発動[はつどう]であるので、無論十分の気合の充実と動作の緊張がなくてはならないのである。

C’est là la forme globale. Dans cette séquence, il faut imaginer deux puissances incommensurables. Lorsque les coudes sont écartés, il faut avoir le sentiments que les mains s’étendent vers un espace infini, et même les doigts s’étendent encore infiniment, et être une masse d’immense puissance. C’est pourquoi les gestes que l’on fait en se relevant ne sont rien d’autre que le mouvement préparatoire. Mais même pendant ce temps, comme il s’agit de la mise en branle de la puissance qui emplit l’univers, il faut bien sûr y mettre une pleine énergie et de la tension dans le geste.

二つの偉大なる力、それが速度こそ速くないが、徐々と而も恐るべき力を以て衝突せんとする。一度衝突し終らんか、相共[あいとも]に粉碎されねば止[や]まぬだらう。それがまわる為に、相接しつつ而も衝突の力を表はさぬ。茲に翫味[ぐわんみ]すべき所が伏在する。而して回転の速度は次第に増し来る、其瞬間、捕なる一方の力はそこに形[かたち]をひそめ去る、ために、受なる力はその己の力を以て転回し去るのである。

Ces deux forces incommensurables ne sont pas particulièrement rapides mais elles vont, peu à peu, et avec une puissance effroyable, entrer en collision. Et si cela se produisait, cela ne s’arrêterait pas sans que les deux soient totalement détruites. Mais comme elles sont en rotation, tout en se rapprochant, elles ne laissent pas paraître la puissance du choc. C’est là que se cache toute la saveur. Mais la vitesse de rotation croît progressivement et, à cet instant, la force de tori disparaît en s’effaçant tandis que celle d’uke l’éjecte de son propre fait.

偉大なる力、その想像は各差等がある。若[も]しも野球のボールとボールの衝突する力を想像するならば、その力は甚だ少である。一万噸の軍艦と二万噸の軍艦と全速力で衝突するとしたならば、其力[そのちから]は可なりに大である。これを太陽と地球と衝突したと想像したならば更に偉大である。その想像されたる力、その想像するとき、人の力、精神上に於ける力が偉大となり、その力によりて興奮された筋肉動作が、微妙の内に見るものをしてその偉大なる力を想像せしめ、その力に触れしめるのでなくてはならぬ。形を演ずる人も、之を見る人も、等しくこの力に己を忘れるのでなくてはならぬ。

Il y a des différences dans ce que l’on peut imaginer comme force colossale. Si vous imaginez la force de collision de deux balles de baseball, elle tout à fait infime. S’il s’agit d’un cuirassé de 10000 tonnes et d’un autre de 20000 tonnes qui se percutent à pleine vitesse, la force est là plutôt importante. Et si vous pensez au choc entre le soleil et la terre, alors c’est encore plus puissant. Cette puissance imaginée, quand on la conçoit, rend la puissance de l’homme, la force dans son esprit, immense et les mouvements musculaires galvanisés par cette énergie doivent faire ressentir à celui qui regarde, sans qu’il s’en aperçoive, cette immense puissance, lui faire toucher cette énergie. Que ce soient ceux qui font le kata ou ceux qui le regardent, doivent pareillement se fondre dans cette force.

この形の内容に於ける深みは、演者[えんしゃ]の向上と共に向上するのである。而して無限に向上の余裕が存在する。吾人は此処に柔道の中心的本義が存在する事を思ふのである。或は云はん、これ唐人[たうじん]の囈語のみと、而も演者のみ其力を知る。他人の評語を顧みるの要[よう]なしである。宜しく自ら修行して之を需[もと]めよといはねばならぬ。

La profondeur contenue dans cette forme, augmente à mesure que progresse celui qui la réalise. Mais il y a une marge de progrès infinie. Je pense, personnellement, que se trouve là le cœur du sens du judo. Certains disent que c’est totalement incompréhensible, ou que seuls ceux qui le font en connaissent la puissance. Mais il est inutile de s’intéresser aux commentaires d’autrui. Mieux vaut pratiquer et rechercher par vous-même.

受は倒れて無心、捕は倒して無心、茲に何等[なんら]の形もなく、何等受も捕もない。相接する時相分[あいわか]れる時然り、自然に茲に至る、これ五の形第三の妙所[めうしょ]である。

Uke est projeté et est sans intention, tori projette et est sans intention, il n’y a là, sous quelconque forme, ni uke ni tori. Quand on arrive au contact, quand on se sépare, c’est naturellement qu’on en arrive là, et c’est la perfection de cette troisième séquence de l’Itsutsu no kata.

Novembre 1920 
五ノ形の第四は実に無限の興味なる業である。五ノ形の第四は実に水の力を表はしたものである。

La quatrième séquence de l’Itsutsu no kata est véritablement une technique d’un l’intérêt infini. La quatrième séquence de l’Itsutsu no kata représente en réalité la puissance de l’eau.

水は軟かなものである。方円[ほうゑん]の器に従ふ順なる質をもつて居る。静かなる時は明鏡の如く月を浮べて澄み、洋々[やうやう]として平面的に偉大の感を与へる。

L’eau est quelque chose de souple. Elle a pour qualité de se conformer au récipient, qu’il soit carré ou rond. Lorsqu’elle est calme, elle est claire, reflétant la lune telle un parfait miroir, et donne un sentiment d’immensité plane infinie.

これやがて柔道に於ける柔の貌(かたち)である。C’est l’apparence du jū dans le judo.
然るに其動[そのうご]くや、或は谷間に滾々として微妙の楽を奏でるかと思ふと、彭湃(ほうはい)としてみなぎり、其怒り猛ふや山を裂き巖を流すのである。囂々[がうがう]として人の心を寒からしめ、坐ろに神威を覚えしめる。

Mais quand elle se met en mouvement, alors qu’il nous semblait qu’elle jouait une mélodie subtile en s’écoulant dans les vallées, voilà qu’elle gonfle et que, sa fureur à son comble, elle fend les montagnes, emporte les rochers. Son fracas glace le cœur des hommes, leur fait malgré eux se rappeler la puissance des divinités

これやがて柔道に於ける柔の力である。C’est la force du jū dans le judo.
巨濤、山の如き巨濤。今静に起こる。而も動き始むるや次第に其力を増す、白馬の鬣(たてがみ)を振はずして音をひそめて走る。矢の如く走りて遂に巨巌に衝突す。天地も砕けん許りの音して白沫数[はくまつすう]十丈に飛び、瀧の如く落つ。千古[せんこ]の美観、砕けしか波、茲に力を集めて退く。退くや猛然として舟[ふね]も家[いへ]もありとあらゆる物を流し去りて物なき平面を走るが如し。偉大なる哉水の力。

Une vague gigantesque, grosse comme une montagne. Elle se forme tranquillement. Et, le mouvement amorcé, sa force croît progressivement, et le cheval blanc s’élance sans secouer sa crinière dans un grondement sourd. Il file comme une flèche et, finalement, frappe un immense rocher. Dans un bruit à déchirer le ciel et la terre, l’écume s’élève à trente mètres, et retombe telle une cascade. Superbe contemplation d’éternité, la vague brisée concentre sa puissance et se retire. Se retirant, avec fureur, elle emporte bateaux, maisons et tout ce qui se trouve sur son passage, comme si elle parcourait une plaine désolée. Qu’elle est grande, cette puissance de l’eau !

偉大なる力、而して柔[じゅう]の力[ちから]。而して美絶壮絶。Une puissance colossale et, pourtant, la puissance du jū. Et pourtant, une beauté totale, une intensité absolue.
之第四の形[かた]の意である。C’est le sens de la quatrième forme.
第三の形終[かたを]りて受はそのまま立つ。捕は其左後の方に退き再び受に向つて立つ。受は家なり船なり亦巖なり。捕は波なり。巨濤なり。

À la fin de la troisième séquence, uke se tient debout sans bouger. Tori recule vers son arrière gauche puis se tient à nouveau debout en direction d’uke. Uke est une maison, un bateau, ou encore un rocher. Tori est une vague. Une vague gigantesque.

受は左足を退き、両手を下に下[さ]げ体[たい]を低くす。波未だ起こらず、柔の貌にあり。静まれる波は動き始む。捕は体[たい]を浮かせず、軽く両足を運び、次第に速く走りて波の走れる貌を表はす。受の立てる左側を通りて受の数歩前[すうほまへ]に至るや、無形の巨巌[きょがん]あり、これに衝突す。捕は両手を高く上げてその形を表はす。その手両方[てりょうほう]に平に收まるや力を集めて退く、波茲に退く貌なり。

Uke recule son pied gauche, abaisse son corps les bras pendant. La vague ne s’est pas encore formée, c’est l’apparence de jū. La vague, tranquille, commence à bouger. Tori, sans faire flotter son corps, bouge ses jambes avec légèreté et court de plus en plus vite pour figurer l’apparence de la course d’une vague. Dépassant uke par sa gauche, lorsqu’il se retrouve à quelques pas devant ce dernier, il se trouve un gros rocher invisible avec lequel il entre en collision. Tori lève les deux bras pour représenter cette forme. Quand ses deux bras sont à l’horizontale, il concentre sa puissance et recule, c’est maintenant l’aspect de la vague se retirant.

捕の右臂は受の胸にあたる。捕は物あるも無きが如く退く。受は之に引かれて後[あと]に退き遂に倒る。捕は左足をひき左膊をつけて止る。両臂自然に下る。波の威を示して茲に收まる。波静[なみしづ]まりて茲に柔道の形なり、而も演者自然の妙無心[みょうむしん]の境涯に立つて自然と和するのみである。

Le coude droit de tori se place sur la poitrine d’uke. Tori recule comme s’il n’y avait rien. Uke est emporté, recule et, finalement, tombe à la renverse. Tori s’arrête en reculant le pied gauche et en laissant retomber le bras gauche. C’est là que s’arrête la démonstration de puissance de la vague. Le retour au calme de la vague, c’est là la forme du judo, et les protagonistes se tiennent dans un état sans intention d’expression des mystères de la nature, simplement en harmonie avec celle-ci.

第四の形[かた]は茲に終るのである。柔[じゅう]の力[ちから]の偉大を感じ自然の威力を見る。芸術の粋である。否到底その境地を筆に表はす事は出来ない。

La quatrième forme s’arrête là. On y ressent la grandeur de la puissance de jū, on y découvre l’autorité de la nature. C’est le summum de l’art. Il est totalement impossible de retranscrire cet état d’esprit par écrit.

柔道と云ふと何だか極めて武骨で殺風景なもののやうに一般に考へられ、又、何だか柔道家と云へば、ゴツゴツして、肩を聳やかして稜形になつて歩く人のやうに思はれて居るが、決してさういふものじやない。本田幹事長もよく説かるる通り、武道の真髄は文教と一致し、柔道は天地自然の大道の発露であつて、殊に尤も克く自然の法則の見実的に行はるるものであれば、その形に於ても、真、善、美の遺憾なき発現を見るのである。武骨のやうに思はるるのは、ほんの外形で、その実質には実に優美な処がある。柔の形然り、五ノ形の第四の如き実に又然りである。柔道家としても稜形的タイプのものは未だ真の柔道を体得したものとは云へないので、その真諦に触れたものは、堅い中にやさしき処あり、武骨の中に優美の点が現はれるものである。我が嘉納師範の風丯に接した人は、何人かその然らざることを反證し得るであらうか。

On considère généralement le judo comme quelque chose d’extrêmement rustre, de creux et, de plus, on se représente les judokas comme rugueux, marchant en roulant des épaules, l’air sévère mais il n’en va pas du tout ainsi. Ainsi que l’explique souvent le secrétaire général Honda [NDT : Honda Ariya], la substantifique moelle du budō ne fait qu’un avec l’étude et le judo est la manifestation des grands principes de la nature et, en particulier s’il est pratiqué conformément aux règles de celle-ci, on voit dans ses kata [NDT : ou « dans sa forme »] la parfaite expression du vrai, du bien, du beau. Qu’il soit vu comme rustre n’est que l’apparence extérieure : il y a, dans sa substance, une réelle finesse. Il en va ainsi de la forme de jū et réellement ainsi aussi de quelque chose comme la quatrième séquence de l’Itsutsu no kata. On ne peut pas dire de ceux, parmi les judokas, qui adoptent un type sévère, qu’ils aient encore compris le véritable judo ; ceux qui en ont effleuré l’essence ont, dans la dureté, de la gentillesse et, dans leur rusticité, apparaît de la finesse. Qui parmi ceux qui ont été en contact avec les intentions de Me Kanō pourrait prétendre qu’il n’en va pas ainsi ?

然り柔道は美也、繊弱たる美に非ずして雄大なる美である。朝日の如く落日の如き天地の崇美である。

Ainsi, le judo est beauté, non une beauté fragile mais une esthétique sublime. L’extraordinaire beauté du monde, à l’instar d’un lever ou coucher de soleil.

Décembre 1920 
玄妙[げんめう]なる哉造物主の巧。無限大の宇宙も方尺に満たざる頭脳の中に收めしむ。微妙なる哉人間心身の働。声に色に動作に態度に、宇宙の現象を表現して観者をして感嘆せしめ、演者をして宇宙と同化せしむ。

Quelle subtilité que l’œuvre du Créateur ! L’univers tout entier contenu dans un cerveau d’à peine quelques centimètres cube. Quelle finesse que le travail du cœur et du corps de l’homme ! Par la voix, la couleur, le geste, l’attitude, il exprime les phénomènes de l’univers, d’une manière qui provoque l’émerveillement du spectateur et la fusion de l’interprète d’avec l’univers.

柔にして剛、剛にして柔、柔に入りて柔を超越し、剛に練りて剛を超脱す。柔もなく剛もなし。無心而入自然の妙、無為而窮変化之神。

Dur [gō] en se faisant souple [jū], souple [jū] en se faisant dur [gō], transcender le jū en s’y engouffrant, dépasser le gō en le travaillant. Ni jū ni gō. Sans intention, pénétrer les mystères de la nature, sans agir, devenir la divinité du changement [NDT : calligraphie de Katsu Kaishū offerte à Kanō Jigorō en 1894 suite aux démonstration de l’inauguration du nouveau Kōdōkan].

宇宙大の両塊[りやうかい]あり、無限の力を蔵し無限の空間を走る。その走るや停滞[ていたい]なく無限の速力を以てなす。如何[いか]なるものも之を障[さは]るなし。而して両塊今や相向つて接近[せつきん]す。甲粉砕するか乙微塵となる乎。時は過ぎぬ、距離は近づぎぬ瞬真に一瞬、甲消散して形[かたち]なし。乙はその猛力を以て止る能[あた]はず、走り去る。一瞬の転倒亦不関。

Deux masses de la taille de l’univers possédant une énergie infinie et parcourant un espace infini. Leur vitesse est infinie et jamais elles ne stationnent. Rien ne se met sur leur chemin. Mais ces deux masses, à ce moment-là, se rapprochent frontalement. La première sera-t-elle pulvérisée, ou sera-ce la seconde dont il ne restera que poussière ? À l’instant où ce n’est ni trop tard ni trop près, la première s’évanouit, disparaît. La seconde, du fait de son élan, ne peut s’arrêter et file sur sa lancée. Un renversement en un à peine un instant.

第五は実にこの両塊を表はすなり。両隅に右足を先にし両臂を延ばし、指を広げて立てる無限大の塊なり。指は無限に延長し足は無限に延ぶ、力は無限に蔵せらる。今両塊は互に相対して走る。而して相衝突せんとする間一髪の所、乙は遽[にわ]かに甲の脚底に伏して形を收む。甲は之を超へて大きく転倒して立つこれ五の形第五の形[かたち]なり。

La cinquième séquence représente véritablement ces deux masses. Dans chaque coin, on se tient debout, la jambe droite devant, et étendant les deux bras, ouvrant les doigts, on devient une masse d’une taille infinie. Puis les deux masses courent l’une vers l’autre. Mais à un cheveu du contact, la seconde s’allonge subitement dans les pieds de la première. Cette dernière fait une grande culbute pour la franchir et se redresse ; c’est là la forme de la cinquième séquence.

五の形は大略上述の如し。而して其気持に於ては遂に其演者の修養の如何に関す。その表現の形式の如きは次なり。故にその形を説くも一定不変の形なく、其意[そのい]に於ては到底筆舌を以て尽[つく]し難し。乞ふ練習に修練を積みて以て五の形をして真[しん]に五の形たらしめよ。

L’Itsutsu no kata est globalement tel que ci-dessus. Mais son ressenti dépend finalement de la formation de celui qui l’exécute. Ce n’est qu’ensuite que vient la forme ce cette expression [ou la façon de l’exprimer]. C’est pourquoi il n’est pas une façon déterminée et immuable de l’expliquer et qu’il est très difficile d’en expliquer le sens par les mots. C’est pourquoi je vous enjoins à pratiquer et pratiquer encore afin que l’Itsutsu no kata devienne véritablement l’Itsutsu no kata.

Mifune Kyūzō, 1956

Mifune Kyūzō 三船久蔵. Kudō Kazuzō 工藤一三. Matsumoto Yoshizō 松本芳三. Jūdō kōza - go 柔道講座-5 (Cours sur le judo - 5). Hakusuisha 白水社. 1956.
五の形解説Explication de l’Itsutsu no kata
この五の形は宇宙大自然の運行哲理に融合する柔道の理想の相[すがた]を表現したもので、一つ一つにはいずれも名称がなく、また相互間の連絡もなく、それぞれに独立している点が、柔道の他の形と異なった大きな特色である。

L’Itsutsu no kata est l’expression de l’aspect de l’idéal du judo qui se fond dans les principes philosophiques de l’univers et la Nature, et qu’aucun de ses mouvements n’ait de nom, qu’ils soient indépendants les uns des autres sans lien entre eux, constituent ses principales singularités qui le distinguent des autres kata du judo.

五本あるので「五の形」と呼ばれているが、嘉納師範も「これはそれぞれ個々の理想を現わしたものであるから、将来研究によっては更に本数がふえて七の形[ななつのかた]・十の形[とうのかた]となってもよいのだ」と語っておられた。

Comme il compte cinq séquences, il est appelé « Itsusu no kata » [NDT : « kata des 5 »], mais même Me Kanō disait : « comme chacune exprime un idéal particulier, il est possible que, dans le futur, leur nombre augmente en fonction des recherches et qu’il devienne le Nanatsu no kata [NDT: nanatsu 七, « sept »], ou le Tō no kata [NDT: tō 十, « dix »]. »

演技にあたっては、一つ一つがいかなる理想を現わしているかということを十分に呑みこみ、その気持を正しく表現することが何より大切である。

Le plus important quand on le pratique, est d’avoir parfaitement intégré quel idéal chacun représente et d’exprimer cette sensation avec justesse.

第一の形Première forme
(解釈)正しい者の前には抵抗する何物もない。(Idée) Rien ne résiste face à l’homme juste
[suit la description de la séquence] 
第二の形Deuxième forme
(解釈)逆わずして勝つ。(Idée) Vaincre sans s’opposer
[suit la description de la séquence] 
第三の形Troisième forme
(解釈)求心・遠心(Idée) Centripète – centrifuge
呼応しつつ大きく旋回する両個がゆるやかに接して微妙な均衡を保ちつつ、更に旋回を続けるうちに柔の理に従って自然に分れる姿。

Les deux partis, qui tournent amplement en accord l’un avec l’autre, se rapprochent doucement tout en maintenant un équilibre délicat et se séparent naturellement suivant le principe jū tandis qu’ils continuent plus encore leur rotation.

[suit la description de la séquence] 
第四の形Quatrième forme
(解釈)大海の波濤(Idée) Déferlante du grand large
津波のように押し寄せた波濤が岸壁にうちあがり、引き返す勢でそこらに散乱している汚物塵芥などを一切洗い流してこれを浄化する気持。

Le sentiment qu’une vague déferlant telle un tsunami submerge le quai et, nettoyant toutes les saletés et immondices éparses qui s’y trouvaient par sa puissance lorsqu’elle se retire, le purifie.

[suit la description de la séquence] 
第五の形Cinquième forme
(解釈)一切共存(Idée) Coexistence du tout
地球のような大きな二つの天体が接近し、まともにぶつかれば剛と剛との衝突で、相方共に破滅するが、非常な勢を以て衝突しようとする刹那、ばっと旋回して分れ、何ら事なく共存してゆくという気持。

Le sentiment que de grands astres tels la Terre se rapprochent et, s’ils s’entrechoquaient, ils s’anéantiraient mutuellement par la rencontre du dur [gō] contre le dur mais que, à l’instant de la collision avec une extraordinaire puissance, ils se séparent en une rotation soudaine et tous deux co-existent sans le moindre accroc.

[suit la description de la séquence] 

Kotani Sumiyuki & Ōtaki Tadao, 1971

Kotani Sumiyuki 小谷澄之. Ôtaki Tadao 大滝忠夫. Saishin Jūdō no kata 最新柔道の形・全 (Les kata de judo dans leur dernière version - édition complète). Fumaidō shuppan 不昧堂. 1971.
嘉納先生は、柔道における攻防の理合[りあい]を、水の様相に象[かたど]って形[かたち]に表現し、これ等を一連の形[かた]として教えることにされた。これが「五[いつつ]の形[かた]」であります。

Me Kanō a exprimé au travers de cinq séquences le principe d’attaque – défense du judo au travers des états de l’eau et les a enseignées de façon enchaînées sous forme de kata. C’est « l’Itsutsu no kata ».

そしてこの形は、明治二十年に講道館の形の一種に加えられた。

Puis il a rejoint les kata du Kōdōkan en l’an 20 de l’ère Meiji [NDT : 1887].

「五の形」という名称は、形の数が五本あるというところから名附けられたといい、個々の形には名称がついていない。

On dit que cette appellation de « Itsutsu no kata » [NDT : « kata des 5 »] vient de ce que les séquences sont au nombre de cinq, et celles-ci n’ont pas de nom en propre.

この形は、形の数が少ないという点に憾みはあるが、攻防に必要な原則的な理合をよく表現しており、練習して興味か多く、また制し、制される両者の表現的な移動変化は、見る者をして攻防を超越した動作美を感じさせるものがある。

Comme il ne comporte que peu de séquences, ce kata est quelque peu frustrant mais il exprime bien le principe fondamental nécessaire à l’attaque-défense, est plaisant à pratiquer et, de plus, les variations dans les mouvements expressifs de celui qui domine comme de celui qui est dominé fait ressentir à celui qui regarde une esthétique gestuelle transcendant l’attaque-défense.

第一の形は、流れる水に象って考案されている。水の性は至って柔弱ではあるが、流水が休みなく触れ侵せば、終いに巌壁をも抉[えぐ]り崩すように、いかに相手が強大であっても、これに対して合理的に力を使い、しかも間断なく攻め続ければ、終にはこれを制禦することが出来るという理合を示しているのである。

La première séquence a été pensée selon le modèle de l’eau qui coule. La nature de l’eau est d’être infiniment adaptative mais, de la même façon que si le courant touche et s’immisce sans relâche, même les murs de roches finissent par s’écrouler, cela démontre le principe que, peu importe combien l’adversaire est imposant, en utilisant rationnellement la force et, qui plus est, en continuant d’attaquer sans interruption, on peut en venir à bout à la fin.

第二の形は、始めの攻撃の激しさを怒濤[どとう]の勢に象って形を仕組んでいる。

La deuxième séquence a été construite tandis que la violence de l’attaque du début représente l’élan d’une lame de fond.

何物をも押し流す怒濤の如き強烈な攻撃に対して、その真正面から立ち向かっては一瞬にして圧倒されてしまうであろうが、小力と雖も大力の進路をはずせば、安全に身を保つことが出来るばかりでなく、その瞬間に、相手の大きな力をそのまま利用して攻め返せば、容易にこれを制することが出来るという理合を表現しているのである。

Face à une attaque violente telle une déferlante emportant tout sur son passage, on serait sans doute écrasé en un instant en se dressant de face contre elle, et cela exprime le principe selon lequel si une petite force s’écarte du chemin d’une grande puissance, non seulement on peut préserver son intégrité physique mais si, en cet instant, on riposte en utilisant telle quelle l’immense puissance adverse, on peut facilement la dominer.

第三の形は、攻防の形[かたち]を、渦を巻く潮流に取材して工夫したものである。

La troisième séquence s’est inspirée pour la forme de l’attaque-défense du courant qui forme un tourbillon.

相向かう二つの巨大な力が一直線に進めば必ず衝突する。そして次の瞬間には、共に壊滅する。しかし、我は旋回しなから彼を迎えて正面衝突をさけ、彼我互に渦潮[うずしお]の如くになって、次第に速度を早めつつ円く旋回すれば、彼の体勢を弱めることが出来るばかりでなく、ここで一瞬、己の体を捨てて技を施せば、はるかに我に優る強力な相手をも、完全に制禦することが出来るという理合を示している。

Deux forces colossales qui s’avancent l’une vers l’autre entrent nécessairement en collision. L’instant d’après, elles sont toutes deux anéanties. Il s’agit d’illustrer que si j’évite le choc frontal tout en me mettant en rotation, on se retrouve tous deux à former quelque chose comme un tourbillon et, augmentant progressivement la vitesse, non seulement je peux affaiblir sa posture, et si, en un instant, je porte une technique en sacrifiant mon corps, je peux parfaitement maîtriser un adversaire d’une puissance bien supérieure à la mienne.

第四の形は、退[ひ]く大波の水勢に象って、力の使い方を教えているものである。

La quatrième séquence enseigne la façon d’utiliser sa force en prenant exemple sur la puissance du courant d’une grosse vague qui se retire.

一度岸辺に打ち寄せた大波が、次の瞬間には、何物をも呑んで退[ひ]き返す如く、相手に対して攻めかかる時は、遅疑もなく、逡巡もなく、ただただ我が力を最大に結果して一気に攻撃を展開すれば、相手の堅固な防禦陣をも打ち破ってこれを圧倒することが出来るというのである。

Ainsi qu’après s’être abattue sur le littoral, une grande vague, l’instant d’après, se retire en emportant tout, lorsque je porte une attaque à l’adversaire, si je la déploie en une fois, sans hésitation, sans indécision, simplement en tirant le meilleur parti de ma force, je peux percer et écraser les plus solides défenses de l’adversaire.

第五の形は、打ち寄せる巨浪に象って考案された形である。

La cinquième séquence a été pensée en prenant pour modèle une vague gigantesque qui s’abat.

正面から打ち寄せる山の如き巨浪に直面しては、身を沈めてその下をかい潜り、これをさける如く、真正面から攻めかかって来る巨大な力に対して、もはやこれを避けることが出来ない間一髪、我はその前下に、身を捨ててこそ浮かぶ瀬があるという理合を表現しているのである。

Cela illustre le principe selon lequel, ainsi que face à une vague grosse comme une montagne qui s’abat sur moi je plonge et passe en dessous pour l’éviter, face à une immense puissance qui m’assaille de front, c’est en sacrifiant mon corps devant et dessous elle alors qu’il ne reste déjà plus qu’à peine l’épaisseur d’un cheveu pour l’éviter, que je peux triompher.

(註)この形が制定されて数十年を経た今日、この形を解説するに当って最も困難を感ずることは、第一にはこの形についての参考文献が見当たらぬということであり、第二には、古い先輩の説き方にも細部については、人によって違いがあって、何れを信ずべきかに迷わされるということである。

Aujourd’hui, plusieurs dizaines d’années après la création de ce kata, ce qui nous apparaît le plus problématique quand il s’agit de l’expliquer, c’est, en premier lieu, qu’on ne trouve pas de document de référence sur ce kata, en second lieu, que dans la manière de l’expliquer des plus anciens aînés, il y a des différences de détails selon les gens si bien qu’on ne sait trop à qui se fier.

従ってここでは、恩師、永岡秀一先生の所説に従って述べることにした。

En conséquence, ici, nous avons opté pour suivre les explications de notre professeur, Nagaoka Hide.ichi.

嘉納先生は、自ら学んだ起倒流から「古式の形」を講道館の形として残されたように、天神真楊流から「五の形」を残されたものであるともいわれている。

On dit également que Me Kanō, aurait conservé l’ « Itsutsu no kata » de la Tenjin shin.yō ryū, comme il l’a fait à partir de la Kitō ryū qu’il avait étudiée pour le « Koshiki no kata ».

(二)練習上の注意(2) Points de vigilance pour sa pratique
この形は、動作としては甚だ簡単であるが、これに依って表現する意味合には非常に深いものがある。それだけに、これを十分にやりこなすことは容易なことではない。この形が一般に難しいといわれるのは、このところをいうのであろう。

Ce kata est extrêmement simple pour ce qui est des mouvements mais son sens est extraordinairement profond. C’est pourquoi il n’est pas chose aisée que de le maîtriser parfaitement. C’est certainement pour cela que ce kata est réputé comme étant difficile.

練習に際しては、動作を円滑に行うこと、並びにその一挙一動をその意味の合致さすように行なうことが大事であって、この形の意味を表現し尽すように努めなければならぬ。例えば、第一の形に例をとって言えば、受は取に押されて退[さ]がるのであって、取がおさぬうちに受が退[さ]がったり、また取が少ししか押さないのに受が大きく退[さ]がったりしたのでは、取と受の呼吸が合わないし、両者の攻防が不一致になる。こうなっては、この形は既にその意味を失っているのである。他の形の場合でも全く同様であって、取と受とは、常に一本の無形の糸で互に連絡していて、この糸に少しの緩みもあってはならない。

Lors de sa pratique, il faut s’efforcer d’exprimer parfaitement le sens de ce kata et, pour cela, il est important d’avoir une gestuelle fluide et d’accorder chaque geste à sa signification. Si l’on prend par exemple la première séquence, uke recule sous la poussée de tori et si uke bouge alors que tori ne pousse pas ou qu’il recule grandement tandis que tori ne pousse que légèrement, c’est que les respirations de tori et d’uke ne sont pas en harmonie et que l’attaque et la défense ne sont pas unies. Alors, la kata a déjà perdu tout son sens. Il en va strictement de la même façon dans les autres kata également, tori et uke sont en permanence en lien au travers d’un fil invisible et il ne faut pas que celui-ci se relâche le moins du monde.

(三)技の名称(3) Appellation des techniques
この形は、五本の形から出来ているというのでこの名称がある。

Ce kata est appelé ainsi du fait qu’il est constitué de cinq séquences.

他の形では、その内容の一つ一つにそれぞれ名称がついているが、この「五の形」だけは、昔から個々の技に名前がつけられていない。従って技の名称を呼ぶにも、一本目、とか五本目とかいうより致し方がない。

Dans les autres kata, les séquences qui les composent ont toutes un nom chacune et seul cet « Itsutsu no kata » fait exception depuis toujours. C’est pourquoi n’y a-t-il pas d’autre moyen pour les désigner que de parler de la première ou de la cinquième.

[suit la description des séquences] 

Kudō Raisuke, 1972

Kudō Raisuke 工藤雷介. Hiroku nihon jūdō 秘録日本柔道 (annales secrètes du judo japonais). Tōkyō supōtsu shinbun sha 東京スポーツ新聞社. Tōkyō. 1972.
講道館『五つの形』の極意Arcanes de l’ « Itsutsu no kata » du Kōdōkan
〝五の形〟(いつつのかた)〜講道館では一つ一つ名称を告げずに、五本から成り立っているので、単に〝五の形〟といっているが、この形は、最初の二本は術理を示し、後の三本は水の動く形、天体の運行、そのほか天地間の運行を、人の体をもって巧みに表現したもので、この形は未完のまま今日にいたっている。これが講道館における〝五の形〟の説明である。これを、天神真楊流側から説明すると、一本目は、正しい者の前には抵抗するなにものもない。小さい力でも合理的に、間断なく、加速的に攻め続ければ、大力をも容易に制することが出来る理合いを表現する。

Comme, au Kōdōkan, l’ « Itsutsu no kata » est composé de cinq séquences auxquelles, sans leur donner de nom une à une, on parle simplement de « Itsutsu no kata » [NDT : « kata des cinq »] et, dans ce kata, les deux premiers mouvements démontrent des principes techniques tandis que les trois dernières expriment habilement au moyen du corps humain l’aspect de l’eau en mouvement, la course des astres ou encore le déplacement de tout ce qui se trouve entre le ciel et la terre, et c’est encore incomplet qu’il nous est parvenu. C’est là l’explication de l’ « Itsutsu no kata » donnée au Kōdōkan. Mais quand on l’explique du point de vue de la Tenjin shin.yō ryū, la première séquence illustre que rien ne résiste devant l’homme juste. Elle exprime le principe selon lequel même une faible force, si elle continue à attaquer rationnellement, sans interruption et en accélérant, peut aisément maîtriser une grande puissance.

二本目は、逆らわずして、順に従って相手に勝つの理、すなわち弱少の力といえども、相手の攻撃力を無効にすれば、大豪であろうとも、容易にこれを制する理合いを表現したものである。

La seconde illustre le principe de vaincre l’adversaire en s’adaptant, sans s’opposer, c’est-à-dire la logique selon laquelle même une force infime, si elle rend inopérante la puissance d’attaque de l’adversaire, peut facilement la maîtriser.

三本目は、双方がある速度をもって、一直線に進めば、衝突して両方ともに壊滅する。双方が渦潮(うずしお)のようになって、内円の動因が外円を支配するという理によって、衝突の一瞬、技を施すと、いかに強力な相手でも容易にこれを制することが出来る理合いを表現する。

Dans la troisième, si les deux s’avancent l’un vers l’autre en droite ligne à une certaine vitesse, ils seront tous deux détruits lors de la collision. Les deux formant un tourbillon, selon le principe que la force motrice du cercle intérieur domine celle du cercle extérieur, cela illustre la logique que si on applique une technique à l’instant du choc, il est possible de maîtriser un adversaire quelle que soit sa puissance.

四本目は、大海の波濤が、津波のように岸辺に打ち寄せ、そこにある、いかなるものをも呑み込んで引き返すさまを形容し、その大きな力の理合いを表現する。

Pour la quatrième, on illustre une lame de fond du grand large qui frappe le littoral telle un tsunami et qui se retire en emportant tout ce qui s’y trouve, et elle exprime le principe de cette force immense.

五本目は、真正面から無限の力と無限の力とが衝突しようとする一瞬、それをかわす柔の理合いを表現する。

La cinquième illustre, à l’instant où une force infinie et une autre force infinie vont se percuter, le principe jū [NDT : d’adaptation, de céder].

この五の形の修得研究によって、相手の力に逆らわずに、相手に勝つ理合いを教えたもので、この形は、亡くなった三船十段が、白井清一九段を相手に、好んで演じたもので、まさに名人芸であった。五の形は、講道館の形の中では、いわば最高の〝極意〟ともいうべきものである。一つ一つの技に名称がないことも、この形の特長であるが、講道館では今日、常識的となっている説明では、〝未完成〟のものだというが、果たしてそうだろうか。

Au travers l’étude et la maîtrise de cet Itsutsu no kata, il enseignait le principe de vaincre sans s’opposer à la force de l’adversaire et feu Mifune, 10e dan, aimait à le présenter avec Shiroi Seiichi, 9e dan, et c’était vraiment un chef-d’œuvre. Il nous faut qualifier l’itsutsu no kata, au sein des kata du Kōdōkan, du « secret » ultime. Qu’aucune séquence n’est individuellement de nom est aussi un de ses points forts et, au Kōdōkan, aujourd’hui, selon l’explication communément admise, il serait « incomplet », mais en va-t-il vraiment ainsi ?

この〝五の形〟は、実際には嘉納師範の発想、発案によるのではなく、天神真楊流にあったものである。天神真楊流では、これを〝極意〟として、伝書などにはいっさい記述せず、口伝としてこれを伝授した。それだから文書にはこの形が、次のとおり、一、押返(おしかえし)二、曳下(えいげ)三、巴分(ともえわかれ)四、波引(ろういん)五、石火分(せっかのわかれ)と名称がつけられている。

Cet « Itsutsu no kata », en réalité, n’est ni une invention ni une proposition de Me Kanō mais quelque chose qui se trouvait dans la Tenjin shin.yō ryū. Dans cette école, en tant qu’ « arcane », il ne figure absolument pas dans les documents et était transmis oralement. C’est pourquoi, dans les écrits, ces formes ont les appellations suivantes : 1 – (1) oshikaeshi 押返 (« pousser en retour »); (2) eige 曳下 « tirer vers le bas »(ou 曳外 « tirer et expulser »); (3) tomoe wakare 巴分(« disjonction en spirale »); (4) rōin 浪引(« retrait de la vague »); (5) sekka wakare 石火分(« disjonction en un éclair »).

それでは、どうして講道館では、ことさらに〝未完の形〟というのであろうか。嘉納師範は、天神真楊流の福田八之助、次いで家元の三代・磯正智について同流を学んでいる。その後は、起倒流竹中派の飯久保鍬吉について同流をきわめているが、飯久保を師としながら、磯正智が亡くなった後にも、神田お玉が池の磯道場(四代目)に通っていたあとがある。それは磯家に伝えられる明治十七年の〝稽古帳〟には、無刀流の山岡鉄太郎(鉄舟)の署名と並んで「麹町上二番町 嘉納治五郎」という署名があることからも立証される。

Alors, pourquoi le qualifie-t-on de « kata incomplet » au Kōdōkan ? Me Kanō a étudié la Tenjin shin.yō ryū auprès de Fukuda Hachinosuke puis avec le maître de ce style à la troisième génération, Iso Masatomo. Après, il a approfondi la Kitō ryū du style Takenaka auprès d’Iikubo Kuwakichi mais, tandis qu’il suivait l’enseignement de ce dernier, il a continué à fréquenter le dojo Iso (du maître à la quatrième génération) d’Otamagaike, même après la mort de Masatomo. Cela est attesté par la signature « Kanō Jigorō Kōjimachi kami niban chō [NDT : adresse] » à côté de celle de Yamaoka Tetsutarō (Tesshū) de l’école Mutō [NDT : il s’agit d’un sabreur réputé] sur le « registre de pratique » de l’an 17 de l’ère Meiji [NDT : 1884] conservé dans la famille Iso.

講道館史には、嘉納師範の柔術の師匠は前述の福田八之助、磯正智、飯久保恒年(鍬吉)の三人となっているが、実際には、天神真楊流四代目・磯又右衛門柳信斉正信にもついているし、三代・正智の高弟であった兄弟子、井上敬太郎にも師事していた。

Dans l’histoire du Kōdōkan, les professeurs de jūjutsu de Me Kanō sont les trois suscités, Fukuda Hachinosuke, Iso Masatomo, Iikubo Kōnen (Kuwakichi) mais, en réalité, il a aussi suivi le quatrième maître de la Tenjin shin.yō ryū, Iso Mataemon Ryūkansai Masanobu, ainsi que son aîné dans la pratique, Inoue Keitarō, qui était le disciple principal du troisième maître, Iso Masatomo.

嘉納師範は、明治十年以来、天神真楊流については、八年ないし、九年間を学んでいるのだから、講道館柔道の主体となったのは、起倒流(竹中派だけでなく神田の吉田直蔵にも学んでいる)ではなく、やはり天神真楊流の方であろう。

Comme Me Kanō a étudié huit à neuf ans la Tenjin shin.yō ryū dans les années 10 de l’ère Meiji, ce n’est pas la Kitō ryū (non pas seulement la branche Takenaka car il a aussi étudié auprès de Yoshida Naozō de Kanda) qui constitue le noyau du judo Kōdōkan, mais bien la Tenjin shin.yō ryū.

いま行なわれている古式の形は、別名を起倒流の形といい、飲久保鍬吉の師恩に報いるために保存したもので、五の形は天神真楊流の最高の形として残したのであろう。しかし、嘉納師範、この形の理合いは説明したが、その技の一つ一つの名称は、天神真楊流の名称を踏襲せず、新しく名称を考慮研究中に、この世を去ってしまった。その意味においては〝未完成〟だったということが出来る。

Le Koshiki no kata que l’on pratique aujourd’hui, et que l’on qualifie aussi de kata de la Kitō ryū, a été conservé pour témoigner de sa gratitude envers son professeur Iikubo Kuwakichi certainement l’Itsutsu no kata a été laisse comme kata le plus élevé de la Tenjin shin.yō ryū. Pourtant, si Me kanō en a expliqué la logique, pour ce qui est des appellations de chacune des techniques, n’ayant pas conservé celles de la Tenjin shin.yō ryū, c’est toujours dans l’étude et la réflexion quant à de nouvelles qu’il a quitté ce monde . En ce sens, on peut dire que cela a été « inachevé ».

Jūdō daijiten, 1999

Kanō Yukimitsu 嘉納行光, et alJūdō daijiten 柔道大辞典 (Grand dictionnaire du judo). Atene shobō アテネ書房. 1999.
水の動き、天体の運行などの天地間の運動を人間の優美な動作によって表現した形。この形では、攻防の技術から離れて、東洋的な自然への帰一をめざす。五の形は未完成であり、それぞれの動作につけられた名称はなく、便宜上、一、二、三、四、五という。

Un kata qui exprime au travers d’une élégante gestuelle de l’homme le cours de toute chose entre le ciel et la terre tels que le mouvement de l’eau ou le déplacement des astres. Avec ce kata, on s’éloigne des techniques d’attaque-défense et l’on vise à revenir à une nature orientale. L’Itsutsu no kata est incomplet et, comme les différentes séquences n’ont pas de nom en propre, par commodité, on parle de première, deuxième, troisième, quatrième et cinquième.

(一)=相手がいかに強大でも、合理的に間断なく巧みに力を働かせば、強制できるという理念を表現したもの。

(1) – Cela exprime le principe selon lequel quelle que soit la puissance de l’adversaire, il est possible de le maîtriser si on mobilise sa force habilement, sans relâche rationnellement.

(二)=相手の強い攻撃に対して、その力に逆らわず、反対に力を利用して完全に相手を制圧する理合いを表現したもの。

(2) – Cela exprime le principe selon lequel si, face à l’attaque puissante de l’adversaire, on ne s’y oppose pas mais qu’au contraire on l’utilise, on peut parfaitement dominer l’opposant.

(三)=宇宙に存在するいっさいのもの、天地自然が大きく流転する姿を表現したもの。

(3) – Cela exprime que tout dans l’univers, que la nature, est grandement en mouvement.

(四)=大津波が陸地に襲来し、何物をもさらっていく、その大波の水勢と流動の理法を表現したもの。

(4) – Un énorme tsunami déferle sur le rivage et emporte tout : cela exprime le principe de l’élan et du courant de cette énorme vague.

(五)=流れてとどまらない宇宙の現象の中、直進する巨星がまさに衝突しようとするとき、一瞬かわして悠久平安の姿に戻る理法を表現したもの。

(5) – Cela exprime le principe selon lequel lorsqu’une étoile géante en trajectoire rectiligne, au beau milieu des phénomènes de l’univers en perpétuel mouvement, est sur le point d’entrer en collision, elle revient à un état de tranquillité stable en s’esquivant un instant.