(jour 232) Meilleure utilisation de l’énergie et prospérité mutuelle (43/55)

 

Traduction de travail par Yves Cadot de : Kanō Jigorō. « Seiryoku saizen katsuyō jita kyōei 精力最善活用自他共栄 (Meilleure utilisation de l'énergie et prospérité mutuelle ». Seiryoku zen.yō 『精力善用』(Bonne utilisation de l'énergie). Aijitsu Kyōikukai 愛日教育会. Juillet 1925.

Un des préceptes moraux est qu’il ne faut pas mentir et, pourtant, tous les moralistes d’Occident comme d’Orient s’entendent pour dire que, dans ce cas, il ne faut rien dire. La raison pour laquelle on peut ici mentir à son parent est quelque peu difficile à préciser selon les théories morales ordinaires mais c’est facile à justifier en se basant sur le principe de pérennité et de développement de la vie sociale. La raison originelle pour laquelle on nous enseigne ordinairement qu’il ne faut pas mentir est que, si on le fait, la confiance entre les hommes s’amenuise et que le lien social s’en trouve altéré. Mais, ne pas rapporter à une personne au seuil de la mort le contenu cru d’un télégramme en provenance de Sibérie n’a aucune raison d’abîmer le lien social et il ne fait aucun doute que quiconque entende cela dira au contraire qu’infliger une souffrance inutile à son parent mourant en lui dévoilant telle quelle la réalité de la nouvelle, n’est pas souhaitable.

道徳上嘘をいってはならないと教えてありますが、東西の道徳家は、そういう場合にはいわぬがよいということに一致しております。それではなぜ親に嘘をいってもよいのかという説明は、普通の道徳論ではやや困難であるが、社会生活の存続発展原理に基づいて解決すれば容易に出来ます。本来嘘をいってはならぬと平素教えられである訳は、人が嘘をいえば、人と人との間の信用が薄くなり、社会生活の結束が破れるからである。しかし、死にかかっている病人に、シベリアから来た通信をありのままにいわぬからとて、何も社会の結束を妨げる理由はなく、だれが聞いても、死にかかっている親にありのままに通信の事実を語って、無用の苦痛を与えることは、かえってよろしくないというに相違ないからであります。